Les Cordées pour aider les bac pro à réussir en BTS - Enseignement Catholique

Les Cordées pour aider les bac pro à réussir en BTS

Depuis la rentrée 2014, le lycée Perrimond de Marseille forme, avec trois établissements de la région, une cordée de la réussite pour favoriser la poursuite en BTS des élèves de bac pro. Un projet mobilisateur pour les jeunes et les équipes éducatives.

Par Laurence Estival

bac-pro-bts-enseignement-catholique

En ce mois de juin, Alexia et Adeline, élèves en bac pro Gestion au lycée professionnel Saint-Michel de Marseille, ont le sourire. Les deux jeunes filles viennent d’obtenir le feu vert pour poursuivre leurs études en BTS au lycée privé catholique Perrimond qui ne comprend que du post-bac. Pourtant, il y a un an encore, Alexia envisageait de chercher du travail, une fois son bac en proche… Ce changement de cap n’est pas le fruit du hasard mais d’un travail en profondeur mené depuis un an par les deux institutions dans le cadre d’une cordée de la réussite qui regroupe par ailleurs le lycée professionnel privé sous contrat non confessionnel Charles-Péguy de Marseille et le lycée professionnel et technologique, privé sous contrat non confessionnel, Célony à Aix-en-Provence. Objectif de partenariat : faciliter le passage des élèves de bac pro en BTS. « Pour nous, ce projet allait de soi, explique Nicole Delor la directrice du lycée Perrimond. Nos élèves obtenant de bons résultats, nous devons montrer l’exemple et accepter de nous mobiliser pour la réussite du plus grand nombre. »

Menée tambour battant, cette expérience a commencé en septembre 2014 après des réunions préparatoires au mois de juin destinées à poser les bases de cette future coopération et réfléchir aux moyens d’action. Premier principe : chaque lycée professionnel doit sélectionner un petit nombre d’élèves de première ou de terminale bac pro, volontaires et motivés, suivis pendant toute l’année scolaire. « Cela n’a pas été facile. Nous nous sommes rapprochés de ceux qui avaient le potentiel pour réussir mais certains ont refusé par peur de ne pas être à la hauteur, se souvient Marie-Pierre Pagny, enseignante à Charles-Péguy. D’autres, au contraire, que nous avions écartés, n’ont pas compris leur exclusion, nous obligeant à revoir notre décision. »

Lors de la manifestation « Un jour, un style », organisée par les BTS Assistant de manager.© Lycée Perrimond
Lors de la manifestation « Un jour, un style », organisée par les BTS Assistant de manager.© Lycée Perrimond

Un programme très ambitieux

Au total, vingt-sept élèves ont été retenus pour cette aventure tant scolaire qu’humaine. Le programme était, en effet, très ambitieux. « Nous souhaitions leur faire découvrir à quoi ressemblait l’enseignement supérieur », poursuit Brigitte Julian, la coordinatrice du projet. Les heureux élus ont été immédiatement jetés dans le bain. En octobre, ils ont participé à la manifestation «Un jour, un style », organisée par les BTS Assistant de manager. Chaque année, plusieurs évènements, dont un défilé de mode, sont présentés à cette occasion devant un jury avec récompenses à la clé. Accompagnés par leurs aînés, les bac pro ont découvert les coulisses de cette vaste opération. Comment préparer un tel évènement ? Comment le mener à son terme ? Que faire face à des imprévus ? On ne pouvait rêver mieux pour les initier à la conduite de projet !

La cohorte a ensuite eu la possibilité d’assister à des cours, mélangés avec leurs camarades de BTS. Lorian, lycéen à Charles-Péguy se souvient encore de l’heure passée à écouter le professeur de commerce international. « Il parlait de la Chine d’une manière complétement nouvelle pour moi ! Et quand il nous a dit que la façon de faire du commerce, là-bas, n’avait rien à voir avec ce que nous connaissons ici, j’ai eu envie d’en savoir plus ! »

Les élèves ont eu, en outre, la chance d’assister à des oraux de BTS lors de partiels, rendant encore plus concret ce qui les attendait… « Non pas pour les inquiéter mais pour leur montrer le fossé à franchir et les aider à y arriver, ajoute Brigitte Julian. Avec les lycées professionnels, nous avons d’ailleurs mis en place des ateliers de soutien scolaire, soit une trentaine d’heures sur l’année scolaire, pour renforcer leurs connaissances en culture générale, économie, management ou droit. Ces ateliers ont notamment été centrés sur la méthodologie. Nous souhaitions leur apprendre à apprendre. »

Les équipes éducatives et les élèves reconnaissent tous l'intérêt de ce dispositif.
Les équipes éducatives et les élèves reconnaissent tous l'intérêt de ce dispositif. © Lycée Perrimond

À la découverte du Vieux Marseille

Le défi à relever est de taille pour les élèves de bac pro peu habitués à ce genre de démarche. Pour les encourager, le lycée Perrimond les a incités, au même titre que les BTS, à participer à un concours de nouvelles. Récompensée, Adeline se souvient encore de son étonnement. « C’était un énorme encouragement. Et j’ai ressenti de la joie et aussi une certaine fierté », raconte-t-elle. Les partenaires ont, par ailleurs, concocté un programme de balades à la découverte du Vieux Marseille ou des musées de la ville. Parallèlement à cette Cordée de la réussite, Célony a renforcé les cours d’anglais grâce à un assistant de langue qui a fait travailler les élèves sur l’expression orale. « Cette expérience m’a aidée à vaincre ma timidité, met en avant Élodie, élève en bac pro de l’établissement. C’est d’autant plus important que, comme la culture générale, l’anglais est souvent un obstacle pour accéder à l’enseignement supérieur ! »

Mis en œuvre pour faciliter l’insertion des bac pro dans l’enseignement supérieur, ce projet a aussi eu des répercussions sur les BTS. Une quinzaine ont été invités à jouer le rôle de tuteur auprès de leurs cadets. Ces étudiants volontaires les ont ainsi guidés dans leur cheminement, n’hésitant pas à échanger avec les plus jeunes par téléphone ou par mail, s’ils en ressentaient le besoin. « Nous avons en outre incité nos élèves à assister à des examens oraux passés par les bac pro pour leur montrer le chemin qu’ils avaient parcouru », relate Brigitte Julian.

Des élèves galvanisés

À l’heure des bilans, l’heure est à la satisfaction générale. « Cette initiative profite à tout le monde », résume Nicole Delor. Les équipes pédagogiques ne tarissent pas d’éloges sur cette expérience novatrice où chacun a appris à mieux connaître l’autre et à répondre à ses attentes. Ces résultats encourageants ont incité le lycée Caucadis de Vitrolles à rejoindre cette Cordée à partir de la rentrée prochaine pour bénéficier également de cette dynamique.

Pour les élèves aussi l’expérience est largement positive. Nombre d’entre eux ont choisi, à l’issue de cette préparation hors pair, de poser leurs candidatures pour intégrer un BTS, à Perrimond ou ailleurs. D’autres, trouvant la marche trop haute, se sont orientés en connaissance de cause vers des cursus plus courts et davantage axés sur la pratique. À l’image de Stéphane, en terminale bac pro à Saint-Michel. Cette expérience lui a donné le courage de frapper à la porte de l’un des centres de formation de la SNCF où pendant un an il va suivre un cursus complémentaire pour évoluer vers un poste de commercial. « Je n’y serais jamais arrivé sans cette préparation », constate-t-il. Pour Antoine aussi, ce projet a été concluant : cet élève de Charles-Péguy s’est, en effet, rendu compte que les BTS n’étaient finalement pas faits pour lui. « Quel que soit leur futur parcours, tous les participants ont apprécié que l’on s’intéresse à eux. Pour des jeunes, souvent en situation d’échec, cette attention a joué un rôle fondamental. Cela les a galvanisés ! », conclut Catherine Ngo-Nhon-Hien, professeur au lycée Célony.

Un projet soutenu par la Fondation Saint-Matthieu

 

Visant à assurer l’égalité des chances en rendant plus facile le passage vers l’enseignement supérieur d’élèves de bac pro, cette Cordée de la réussite a pu se mettre en place grâce à l’appui de la Fondation Saint-Matthieu. Les financements accordés ont notamment permis de faire fonctionner les ateliers de soutien scolaire, d’encadrer les jeunes sélectionnés mais aussi de financer les sorties dans Marseille et dans les musées, indispensables pour renforcer leur culture générale.

eca368Issu du magazine Enseignement catholique actualités n° 368, août - septembre 2015

À retrouver dans l'ECA n° 368

Partagez cet article

X