Les remontées sur Parcoursup s’organisent

Alors que les futurs bacheliers ont finalisé leurs dossiers sur la nouvelle plateforme d’orientation vers le supérieur, les établissements commencent à examiner les candidatures reçues. Pour partager les tendances qui se dessinent et les questionnement qu’elles amènent, RenaSup, réseau des établissements catholiques proposant du post-bac lance des forums de discussions et des Webinaires.

Après la finalisation des dossiers par les élèves et des Fiches Avenir par les établissements,  du 4 avril et jusqu'au 20 mai, les établissements d'accueil classent les dossiers reçus.

Premier constat observé par RenaSup dans son alterte Flash du 26 mars: «Il semble que les filières sélectives aient reçu plus de vœux qu'habituellement sous APB, attention que ce ne soit pas dû à un réflexe de sécurisation face à des universités présentées comme sélectives. Il faudra y être attentif dans le rang du dernier classé. On ne peut en effet pas présager quelle proportion de ces voeux se transformeront en effet en candidature ferme», prévient Jean-Marc Petit, délégué général de RenaSup. l'augmentation générale des voeux est selon lui également à relativiser: la possibilité ouverte de formuler des voeux multiples induit une inflation artificielle du nombre de voeux", explique Jean-Marc Petit.

Afin de mieux évaluer le phénomène, cette organisme a invité les établissements d'accueil à bien vouloir répondre à l'enquête rapide qu'il a mis en place.
Parmi les ressentis exprimés par les équipes figure aussi le regret que la contrainte de la confirmation des voeux n'ait pas été supprimée dans ce nouveau système alors même que les élèves doivent se prononcer sur leur choix tout au long de la procédure dès qu'ils reçoivent une réponse positive. Autre remarque technique: les enseignants regrettent de ne pas pouvoir différencier leurs appréciations en fonction des élèves alors qu'elles seraient évidemment à moduler selon les options envisagées (CPGE- BTS -IUT)

Il ressort globalement que les équipes pédagogiques et les professeurs principaux ont bien sûr été énormément sollicités par cette nouvelle procédure. Et ils s'inquiètent logiquement  de la manière dont le travail fourni va être pris en compte. Alors que des témoignages affluent d'universitaires refusant de classer les dossier ou utilisant pour le faire des algorithmes dont on ne connaît pas la manière dont ils pondèrent les différents critères.

Pour poursuivre ces échanges autour des remontées de Parcoursup, deux forums d'échanges en ligne sont mis en place et RenaSup a pris contact avec le Ministère afin de répondre au mieux aux questionnements, conscient que « la phase de réponse des élèves à partir des retours sur leurs voeux risque d'être délicate (quel oui /oui si garder, quels voeux en attente abandonner, etc..) Elle requiert une grande mobilisation de la part des équipes des lycées, à commencer par les Professeurs Principaux"
A partir du 22 mai, des "rendez-vous webinaires" organisés par renaSup permettront également de répondre en direct aux questionnements des équipes en charge d'accompagner les élèves.

Les outils de remontées et d'échanges proposés par Renasup

 

Du nouveau sur les réformes du bac et du lycée

le CSE dont l'avis est uniquement  consultatif  a rejeté quatre des cinq textes dessinant les contours de la réforme du lycée. Ces débats ont toutefois amené le gouvernement à modifier certains points:

  • Les spécialités et enseignements optionnels de la voie technologique comme  de la voie générale ne sont plus listées dans ces textes initiaux.

 

  • Quelques changements de terminologie qui pourraient recouvrir des inflexions majeures: les »humanités scientifiques et numériques » deviennent « enseignement scientifique». Les "enseignements du socle de culture commune" deviennent "enseignements communs "

 

  • Les coefficients de la Voie Technologiques sont modifiés :4 en philo au lieu de 8 initialement et 14 au lieu de 10 pour l'épreuve orale.

 

Partagez cet article