Forêt d’initiatives Laudato Si à Lyon

Répondre à l’appel du pape de « préserver la Maison commune » en faisant vivre concrètement l’écologie intégrale dans les établissements scolaires. C’est le pari relevé par la direction diocésaine de Lyon qui a réuni, le 3 octobre 2018, l’ensemble des acteurs de sa communauté éducative à des Assises Laudato Si.

Par Éléonore Veillas

« Tout est lié, tous reliés ». Tel était le thème de la journée organisée le 3 octobre par l’Enseignement catholique de Lyon à laquelle étaient invités tous les acteurs des établissements ainsi que les élèves et leurs parents.

L’occasion durant cette journée festive, qui a rassemblé 2000 personnes au Domaine Lyon Saint Joseph à Sainte-Foy-lès-Lyon, de partager ce qui a été vécu l’année dernière pour les « Assises Laudato Si » : « Nous avons invité les établissements à s’emparer du texte du pape François pour une écologie intégrale en imaginant des initiatives et en les partageant », explique Gilles de Bailliencourt, le directeur diocésain.

Des éco-projets que certains établissements ont présentés pour cette journée. Comme l’école Notre Dame de La Voisinée à Fourneaux (42) qui exposait des photos de nature prises par des élèves. « Leur proposer de s’émerveiller devant la création est le premier pas vers une sensibilisation à l’écologie », explique Jean-Guy de La Salle, le Chef d’établissement. Dans cette école, les élèves sont également initiés à la fabrication de papier recyclé ou d’ordinateurs zéro-déchets.

Hôtel à insectes et atelier jus de fruit de saison

Parmi les autres éco-projets : celui de Notre Dame de Mongrée à Villefranche sur Saône où les collégiens fabriquent du miel à partir des ruches de l’établissement ou encore les initiatives des éco-délégués du lycée Champagnat à Saint Symphorien sur Coise : jardin en permaculture, hôtels à insectes, valorisation du parc du lycée...

Tout au long de la journée, un programme très riche permettait d’aborder toutes les dimensions de l’écologie, comme des ateliers pour « prendre soin de ses émotions », être sensibilisé à la réduction des déchets ou plus ludique : apprendre à faire des jus avec des fruits de saison !

Des associations comme ATD Quart monde qui œuvrent auprès des plus pauvres étaient également présentes et une chapelle accueillait les participants pour prier avec la Communauté de l’Agneau. Enfin, douze Ecobéatitudes ont été promulgués « pour poursuivre l’élan, explique le directeur diocésain, et inviter les établissements à revisiter leur projet à partir de ce texte ».

Les établissements ont partagé leurs éco-projets sur le site internet  dédié à l'événement www.assiseslaudatosi.fr

 

 

Où se trouve aussi le reportage de la journée du 3 octobre 2018

Marie-Rose Elfaouzi, professeur de biologie au Lycée Don Bosco à Lyon

« Nous souhaitons faire de notre établissement un lycée éco-citoyen. Je suis venue avec un petit groupe d’élèves pour découvrir les initiatives. Trois d’entre eux seront les porte-parole de l’évènement dans l’établissement. J’ai notamment été intéressée par l’association E-graine qui propose des outils pédagogiques de sensibilisation au développement durable et dont les membres peuvent intervenir en classe avec par exemple un jeu interactif pour comprendre les liens, implications et impacts de nos choix de consommation »

Trois collèges réalisent une éco-cité

Les collégiens de la Xavière de Chaponnay, de La Favorite à Sainte-Foy-lès-Lyon, et de Sainte-Marie de Cours-la-ville ont relevé le défi de réaliser une maquette d’une Eco-cité avec une seule contrainte : utiliser uniquement des matériaux issus du recyclage, comme des boites de laits ou des paquets de lessive. Pendant plusieurs mois, par classe, à l’aide de leurs professeurs d’art plastiques, ils ont conçu des éco-quartiers qui ont été rassemblés spécialement pour la journée du 3 octobre. « L’objectif de ce projet pédagogique était de faire prendre conscience aux élèves que les déchets peuvent devenir des ressources et qu’ils réfléchissent à l’avenir de la ville en tenant compte des enjeux écologiques », explique Violette Tournilhac, l’architecte qui a coordonné le projet. C’est ainsi que les élèves ont été soucieux, par exemple, d’intégrer des espaces verts, de considérer la qualité de vie ou encore la gestion des eaux de pluie dans leur éco-quartier.
Un très beau résultat d’une très grande variété et créativité jusque dans les détails de fabrication !

Marie-Andrée Gagneré, Chef d’établissement de l’école Fleury-Marceau à Oullins

« Toute l’équipe de l’école est venue à cette journée. C’est un temps fort pour unifier et renforcer la communauté. L’année dernière, nous avons souhaité nous inscrire dans cette dynamique diocésaine qui nous a interpellés : nous avons construit un poulailler dans l’école, mis en place un self pour diminuer le gâchis alimentaire et sensibiliser les enfants au tri. Nous avons également voulu prendre en compte un des axes de l’écologie intégrale qui concerne le relationnel : pendant l’année, chaque adulte devenait l’ange-gardien d’un autre par de petites attentions. Une façon de prendre soin de chacun. »

Partagez cet article