Centre Val de Loire : une belle énergie - Enseignement Catholique

Centre Val de Loire : une belle énergie

La Journée Prospective qui s’est tenue à Blois le 24 février a réuni 80 participants déterminés à s’exprimer et à prendre les problématiques proposées à bras-le-corps.

Mireille Broussous

Collégiens, étudiants en Master Meef (en vue de devenir professeurs des écoles), responsables d’Isfec, directrices d’écoles également enseignantes en maternelle ou en primaire, chefs d’établissement du second degré en zone rurale ou à Orléans, Blois, Chartres ou Tours, directeurs diocésains, représentant du Cneap et, bien sûr, du Sgec : les 80 participants de la Journée Prospective du Centre Val de Loire, organisée à Blois, formaient une assemblée diversifiée et vivante. Tous avaient envie d’échanger… Chacun s’est d’ailleurs senti libre de prendre la parole, du plus jeune (12 ans…) au plus aguerri, lors du World Café animé par l’agence Codesign-it !

Parmi les différents thèmes de réflexion de la matinée : l’œuvre éducative de l’église. Les huit participants qui s’installent à une table autour du modérateur Philippe Castille, directeur du diocèse de Chartres, ne se laissent pas démonter par la complexité de la problématique.  « Pourquoi les parents nous choisissent-ils ? Qu’apportons-nous de spécifique qui les séduit ? C’est comme cela que j’aborderais la question », lance une chef d’établissement du primaire. Rapidement, c’est la lisibilité du projet éducatif qui interroge. Est-il d’ailleurs présenté aux étudiants des Isfec ? Ces derniers n’optent-ils pas pour l’enseignement catholique afin d’être sûr de travailler dans leur région ? Comment l’institution peut-elle les accompagner pour qu’ils s’acculturent à la tradition éducative du réseau ? Une interrogation qui reviendra à plusieurs reprises durant la journée.

La discussion évolue vers la capacité de l’enseignement catholique à épauler les jeunes. « Nous devons être terre de mission » dit l’un des participants. « Attention, c’est du jargon catholique. Les gens ne comprennent pas. D’ailleurs, que veux-tu dire par là ? Qu’on accompagne les jeunes. Dans ce cas, mieux vaut le dire ainsi », rectifie un chef d’établissement. Autre thème abordé, celui de la pastorale. « On ne la voit pas beaucoup. Pourquoi ne pas la diffuser autrement que dans le cadre de cours ? Par exemple, en faisant en sorte qu’un prêtre mange à la cantine avec les élèves et que ce soit un moment convivial. Il faut passer de la pastorale dans l’école à la pastorale de l’école », suggère un participant.

Tout le monde s’entend autour de l’indispensable cohérence entre ce que proclame l’enseignement catholique et ce qu’on y fait et de l’accompagnement nécessaire des acteurs pour favoriser le dynamisme de sa culture propre.
Le temps tourne. De nouveaux participants s’installent à la table pour creuser cette même problématique à partir de ce qu’ont fait les précédents.  « Nos valeurs, c’est parfois du vernis. L’accueil de tous, dans certains établissements, on n’y est pas ! Il faut aller de l’avant », s’exclame l’un. « Comment rendre les écoles catholiques plus visibles dans la société et faire que les jeunes qui y ont été scolarisés fassent valoir un certain nombre de valeurs et de compétences lorsqu’ils recherchent un emploi ? », s’interroge un autre. Les grandes lignes de ce brainstorming consignées par le groupe précédent sont discutées et validées par le nouveau.

En deuxième partie de matinée, les participants ont eu à travailler sur quatre axes stratégiques : « affermir et mieux faire connaître notre projet d’éducation de la personne », « adapter et déployer une offre éducative actualisée », « réinterroger le modèle économique et la gouvernance », « développer la liberté et l’excellence éducatives et pédagogiques pour tous ». Le secrétaire général de l’enseignement catholique, Philippe Delorme, a encouragé les futurs enseignants présents dans la salle à « ne pas avoir peur d’utiliser leur liberté pédagogique. Cet espace de liberté, il faut en tirer parti en vue de l’excellence pédagogique à laquelle tous les élèves ont droit ».

Sur cette question, les participants s’expriment volontiers. « Je dis toujours oui à une proposition d’initiative pédagogique différente. Je m’assure juste qu’elle est cohérente avec les attendus du ministère », indique une chef d’établissement. Les futurs enseignants, étudiants dans les Isfec présents à la table sont-ils sensibilisés à la liberté pédagogique ? « Nos formateurs nous racontent ce qu’ils font dans leur classe : l’un d’eux a ainsi organisé une chasse aux monstres avec ses élèves de maternelle. J’ai trouvé cela étonnant et imaginatif. Par ailleurs, on étudie les méthodes Montessori ou Steiner ce qui ouvre à d’autres approches », indique un étudiant. Sur cette thématique, les idées fusent : « Il faut travailler entre pairs, ouvrir les portes de sa classe à ses collègues, créer un espace d’échange constructif et critique », propose un participant. Innover, c’est aussi s’initier les uns les autres à de nouveaux outils pédagogiques comme les escape game ou autres applications pédagogiques. Tout le monde est séduit pas les propos d’une chef d’établissement de primaire également enseignante : « on prend les enfants où ils sont et on a pour mission de les amener en fin d’année à un certain niveau de compétences. Le cheminement qui nous permet d’y arriver, c’est à nous à le construire et c’est là que nous pouvons pleinement utiliser notre liberté pédagogique ».

Le groupe qui suit est amené à travailler sur les leviers de l’innovation pédagogique. Le rôle clé du chef d’établissement est largement abordé. « La liberté fait peur. C’est au chef d’établissement de donner l’impulsion. Il faut accompagner les enseignants, créer des groupes de relecture de pratiques entre pairs », explique un participant. Tout le monde est d’accord sur deux points : les chefs d’établissement doivent susciter chez les professeurs l’envie d’innover et leur donner confiance en eux afin qu’ils aient le courage de suivre leurs intuitions pédagogiques.

L’après-midi a été consacré, toujours sur le modèle du World Café, à la façon de mettre en œuvre, pas à pas, des actions concrètes. Parmi les problématiques abordées : « renouveler le modèle économique et la gouvernance ». Il s’agit de s’interroger concrètement sur la manière de rechercher des fonds ou de trouver des financements pour mettre en œuvre un projet. Les participants sont sur la même longueur d’ondes : qu’il s’agisse d’obtenir des fonds européens ou privés ou de rester en veille sur les appels d’offres proposés, notamment, par des fondations, le recrutement d’un expert s’impose. Ceci étant établi, les interrogations restent nombreuses : cet expert doit-il travailler au niveau d’un diocèse ou de plusieurs ? Quelles sont les limites de son action ? Quel serait le profil idéal ? En quarante minutes, des réponses aux problématiques soulevées sont apportées. Une affaire rondement menée…

 

 

« La région Centre Val de Loire est petite. Derrière nous, il y a la Corse… », annonce Jean-Pierre Bonnet, directeur diocésain Orléans-Bourges. La région scolarise 56 000 jeunes dans 125 écoles, 56 collèges, 41 lycées généraux, techniques et professionnels et 9 lycées agricoles. Les contrastes y sont forts avec de gros établissements dans les villes d’Orléans, de Blois, de Chartres et de Tours et des petites structures rurales - certains collèges ne comptent qu’une centaine d’élèves. « Le maillage territorial au niveau du premier degré est faible mais les collèges et les lycées sont attractifs car les projets d’établissements sont clairs et bien identifiés par les parents. Du coup, en 2021, la baisse des effectifs a été stoppée », assure Jean-Pierre Bonnet.

La situation s’améliore mais la question reste entière. Que faire de cette forte demande des familles dans les grandes villes et le long de l’axe ligérien où la population ne cesse de croître et du maintien de certains établissements ruraux grâce à la seule solidarité académique ? « Le regroupement d’établissements est déjà à l’œuvre et c’est une piste à creuser encore. La situation demande de changer de paradigme, de se projeter dans le futur et de passer de la réflexion à l’action », affirme Jean-Pierre Bonnet.

 

Partagez cet article

X