Prospective à Caen : Faire tourner les tables - Enseignement Catholique

Prospective à Caen : Faire tourner les tables

La 5e rencontre régionale de la Prospective s’est déroulée au lycée Jeanne-d’Arc de Caen. 100 participants normands y ont assisté dans une ambiance de travail décontractée. Retour sur les temps forts de la journée.

François Husson

Au lycée Jeanne d’Arc de Caen (Calvados), le 9 février dernier, la salle polyvalente n’était pas remplie d’élèves qui jouaient au handball, mais d’une centaine de participants qui assistaient à la 6e journée Prospective organisée en territoire. Des rencontres régionales qui se déroulaient pendant les vacances, mais dans une ambiance de travail qui n’a pas empêché la bonne humeur. Hervé Lecomte, directeur diocésain de Fécamp (Seine-Maritime), a introduit la journée en signalant que la région avait déjà travaillé sur la formation et la gestion de ses moyens, à la suite de sa fusion. « J’ai besoin de vous, a ensuite lancé Philippe Delorme, secrétaire général de l’Enseignement catholique. Cette démarche synodale nous fait marcher ensemble et réfléchir à ce qui va nous transformer, sans logique descendante. Nous sommes tous concernés. » Pierre Marsollier, chargé des affaires politiques au Sgec, a ensuite rappelé l’historique et les modalités de la journée Prospective. « Nous avons 700 à 800 pages de contribution. Il faut reprendre cette matière pour structurer les propositions et identifier “ce qui allait de soi mais qui ne va plus de soi”, comme la mission éducative de l’Église, la construction intégrale de la personne… »

 

Échanges d’idées et de pratiques

Répartis autour de douze tables thématiques, les acteurs de l’enseignement catholique normand ont commencé à cogiter, cornaqué par l’équipe de Codesign-it, l’agence organisatrice de toutes les rencontres, qui veillait à ce que la méthode de travail soit bien comprise. La journée s’est alors déployée, avec bien sûr des pauses entre chaque temps fort, autour de trois phases : diagnostic, axes stratégiques, et pour finir, pistes d’actions à dégager, avec le même mode d’emploi : faire tourner les douze tables thématiques régulièrement pour brasser les participants et faire émerger dans la confrontation et l’échange des idées concrètement applicables.

Ainsi, dans un brouhaha studieux, les participants ont échangé sur de multiples thèmes. Comme sur le manque d’attractivité du métier d’enseignant où les coûts du carburant qui pèsent sur les déplacements ont été évoqués, ainsi que le problème de la motivation d’une génération qui veut plus profiter de la vie plutôt que de réussir leur vie. « Le métier est dur mais ils ne le voient pas forcément », estime le père rouennais François-Xavier Henry. « Mais c’est un métier qui a du sens », fait remarquer Laurent de Beaucoudrey, délégué épiscopal à l’enseignement catholique à Rouen. Le groupe s’accorde sur la nécessité de recruter dans des niches, en faisant valoir l’importance de la reconversion, pointant un métier également ouvert sur les autres.

À la table voisine, c’est la mixité sociale qui fait sujet. Pour Laurence Macé, chef d’établissement à Montebourg, celle-ci s’impose avant tout dans un contexte géographique et par les contraintes économiques. « Les familles sont parfois réticentes, mais c’est un enrichissement car le vivre ensemble fait positiver », plaide Guylaine Lievens, enseignante havraise. Le débat porte sur l’équilibre entre mixité et excellence, avec au centre l’image de marque de l’école. Pour les uns, l’élite plus que la mixité menace l’enseignement catholique, ce qui rendraient certains établissements « plus privés que catholiques ». Mais pour d’autres, on ne peut cependant pas rejeter l’élitisme…

 

Le sens du projet catholique

Lors du deuxième temps, les axes stratégiques ont été listés sur de larges feuilles mises à disposition. Au hasard des tables, c’est ici la notion de réussite qui est débattue : comment est-elle perçue ? Quel est le sens du projet de l’Enseignement catholique, autant pédagogique qu’évangélique ? Et les réponses fusent. Pour Mauricette Resneau-Daries, présidente d’Ogec dans l’Eure, « ça ne marche que si l’Ogec tient son rôle de soutien sans empiéter sur les prérogatives du chef d’établissement ». Quant à Jean-Pierre Laurey, coordinateurs de cinq établissements du Calvados, il défend plus les moyens stratégiques que financiers : « Nous travaillons des enseignements de cinquante minutes pour dégager du temps à l’aide aux devoirs et l’approfondissement » Et quid d’impliquer les professeurs ? « La plupart des enseignants ne sont pas concernés par l’aspect catholique. Il faudrait une liberté de recrutement de l’équipe enseignante », soutient Nathalie Dutoya, secrétaire à Rouen. À la fin du temps imparti, le modérateur résume les difficultés de l’implication des enseignants dans le projet, même réduit à sa dimension humaniste.

 

Pistes d’actions concrètes

Puis vient le temps de la synthèse, et de nombreuses pistes d’actions concrètes se dessinent, ou plutôt s’écrivent : une formation d’intégration propre à l’enseignement catholique pour tous les entrants, par un Isfec ou par la création d’une structure dédiée, avec des ressources et documents. Cette action aurait pour but de « redonner l’envie », de développer « le sentiment d’appartenance à l’institution », et s’étendrait aux familles et aux élèves à qui une « journée de présentation » pourrait être consacrée ; oser une « approche marketing décomplexée », via une campagne nationale axée sur « les personnalités et les célébrités passées par l’Enseignement catholique », afin de « valoriser le potentiel » des établissements ; des journées « portes ouvertes communes », en établissement ou en diocèse, assorties de plaquettes de présentation générales…

 

À la fin de cette journée dense, Christine Maignan, directrice diocésaine de Caen, a remercié Étienne Manson, le chef d’établissement du lycée Jeanne-d’Arc, et ses équipes qui ont accueilli l’événement. « Depuis plus de deux ans nous travaillons sur le territoire et son histoire récente. Car notre particularité, c’est l’unification », a-t-elle rappelé.

Philippe Delorme a conclu en remerciant « la présence précieuse et encourageante » de Mgrs Laurent Le Boulc’h, évêque de Coutances et Avranches, et Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre, qui ont tous deux participé activement aux travaux. Le secrétaire général a félicité l’assistance pour la qualité des échanges : « Un certain nombre de ces propositions formelles seront reformulées. Il faudra discerner pour qu’elles deviennent prioritaires. Mais d’ores et déjà elles peuvent être travaillées aux niveaux régional, académique, diocésain ou dans un réseau d’établissements. Il y a une responsabilité en partage. C’est à chacun de s’emparer de la démarche à son niveau ! »

 

Carte d’identité de l'Enseignement catholique de Normandie

 

5 départements

6 diocèses

94 800 élèves

2 140 apprentis

343 établissements

6 087 enseignants

2 700 personnels

 

 

 

 

 

 

 

Samuel Delalande,
chargé de mission à la direction diocésaine du Calvados

« Je suis modérateur, mais je participe aussi au débat avec mes idées. L’intérêt, c’est la différence des opinions. Ça me rassure qu‘on fasse remonter les problèmes de la base pour participer au bien commun. »

 

Mgr Boulc’h,
évêque de Coutances et d’Avranches

« Il y a beaucoup de travail à faire pour faire connaître l’Enseignement catholique. C’est une institution que je soutiens. Je trouve la méthode intéressante, d’aller à l’essentiel avec une parole vivante et partagée et j’apprécie cette prise de hauteur. L’avenir nous dira si elle porte ses fruits. »

 

Adèle Quesnot,
nouvelle chef d’établissement de l’école Sacré-Cœur, à Tilly-sur-Seulles
(Calvados)

« Dans ces rencontres, je ne me sens pas experte mais légitime, car en tant que chef d’établissement, on est au plus près des familles. »

 

Mauricette Resneau-Daries,
présidente d’Ogec dans l’Eure

« Je suis très satisfaite de la qualité de pensée qui prévaut dans nos échanges. Il existe une vraie volonté d’inscrire l’Enseignement catholique dans la société et d’en faire une offre qui lui corresponde. Ici, on en prend le chemin. »

Partagez cet article

X