Je suis étudiant

active

Dans nos établissements sous contrat avec l’État, nos professeurs bénéficient d’une grande liberté pédagogique pour mettre en œuvre les programmes : avec le soutien des chefs d’établissement, ils témoignent que l’on peut innover, inventer, monter des projets et travailler en équipe pour faire réussir les élèves.

Exercer un métier varié
Le parcours de formation
Obtenir un master
Concours de recrutement
Votre premier emploi
Exercer un métier varié

Exercer un métier varié

En 1er degré

En école maternelle ou élémentaire (enseignement du premier degré) la caractéristique essentielle de l’enseignant réside dans sa polyvalence. Il assure les apprentissages dans toutes les disciplines dans une seule classe. Il peut ainsi concevoir sont projet pédagogique dans une démarche globale et articuler les disciplines entre elles.

Le premier degré est organisé en 3 cycles :

• Cycle 1, cycle des apprentissages premiers (l’école maternelle) ;

• Cycle 2, cycle des apprentissages fondamentaux (cours préparatoire – cours élémentaire 1ère année – cours élémentaire 2ème année) ;

• Cycle 3, cycle de consolidation : (cours moyen 1ère année – cours moyen 2ème année – 6ème) ;

L’enseignant du premier degré travaille en équipe et notamment : en équipe de cycle rassemblant les enseignants d’un même cycle et en équipe pédagogique d’école rassemblant tous les enseignants de l’établissement.

• En 2nd degré

À la différence du premier degré, l’enseignant du second degré est spécialisé dans une discipline (parfois deux). Il assure donc les enseignements de cette discipline dans plusieurs classes et souvent plusieurs niveaux de classes.

C’est un spécialiste d’une discipline qui doit conduire son enseignement en tenant compte des autres disciplines enseignées par ses collègues et en s’efforçant de donner unité et cohérence à ces différents enseignements disciplinaires.

L’enseignant du second degré travaille lui aussi en équipe et notamment : en équipe ou conseil de classe qui rassemble tous les enseignants des différentes disciplines d’une même classe,  en équipe disciplinaire qui permet à tous les enseignants d’une même discipline de concevoir leurs enseignements dans une continuité pédagogique au-delà de chaque niveau de classe et en équipe pédagogique d’établissement rassemblant tous les enseignants de l’établissement

L’enseignement du second degré est divisé en 3 :

• Le premier cycle, ou collège,

Le professeur de collège assure l’enseignement dans les classes de 6ème, 5ème, 4ème et 3ème. Il assure progressivement le passage des élèves de l’enseignement du premier degré à celui du second degré.  Il prépare les élèves aux choix orientant leurs études et leurs professions. Les programmes d’enseignement sont communs à tous les collèges.

• Le second cycle, ou lycée

• Le post bac, qui se déroule aussi en lycée.

L’enseignant de lycée travaille en seconde, première et terminale et, dans certains cas, dans les classes dites « post-bac » : BTS, classes préparatoires…

L’enseignement du lycée est spécifique à chaque filière de formation. On distingue trois grands groupes de filières de formation :

• L’enseignement général qui conduit au BAC général,

• L’enseignement technologique qui conduit au BAC technologique

• L’enseignement professionnel qui conduit au BAC professionnel.

En fonction des établissements d’affectation et du concours de recrutement qu’il a passé, le professeur du second degré peut enseigner en collège ou en lycée et et dans un type de lycées ou plusieurs.

Et pour découvrir la variété du métier, n’hésitez pas à visionner nos Paroles d’Enseignants.

Le parcours de formation

Le parcours de la formation

 

La formation vise à l’acquisition d’un haut niveau de compétences professionnelles, tant disciplinaires que didactiques et scientifiques, ainsi que celles spécifiquement liées au contexte d’exercice du métier. La formation se définit comme un processus continu, depuis l’entrée dans le métier jusqu’à la formation tout au long de la carrière.

Répondant aux exigences du diplôme de master précisées par l’arrêté du 25 avril 2002, cette formation est sanctionnée par l’obtention d’un diplôme de master mention « Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation ».
Ces masters intègrent progressivement une part de plus en plus importante de pratique professionnelle depuis des stages d’observation et de pratique accompagnée en M1, jusqu’à une alternance entre des séances de cours et un exercice professionnel en établissement scolaire pendant l’année de M2.

La formation comprend également des stages en entreprises pour les étudiants se destinant à l’enseignement technique et professionnel ainsi que l’accès à la mobilité internationale notamment pour les étudiants se destinant au professorat de langues étrangères.

Quatre « mentions » (parcours) sont prévues pour le master "Métiers de l'enseignement de l’éducation et de la formation" :

• Premier degré,
• Second degré,
• Encadrement éducatif,
• Pratiques et ingénierie de la formation.

La formation comprend :

• Un tronc commun à l’ensemble des enseignants,
• Des enseignements différenciés en fonction des métiers préparés et incluant notamment la discipline et la didactique.

Le tronc commun de formation porte notamment sur les domaines suivants :

• L’enseignement catholique : spécificités, projet éducatif…
• Processus d’apprentissage des élèves,
• Prise en compte de la diversité des publics,
• Méthodes de différenciation pédagogique et de soutien aux élèves en difficulté,
• Connaissance du socle commun et de l’approche par compétences,
• Processus d’orientation,
• Spécificité de certains niveaux d’enseignement (maternelle),
• Méthode d’évaluation,
• Enseignement de la laïcité,
• Lutte contre les discriminations et culture de l’égalité homme-femme,
• Conduite de classe,
• Prévention des violences scolaires,
• Grands sujets sociétaux.

La formation intègre un enseignement des langues à un niveau qui sera fixé par arrêté (sans doute le niveau B2 du cadre européen des langues), enseignement validé par l’attribution de crédits ECTS obtenus sans compensation ainsi que l’acquisition de compétences relatives aux évolutions technologiques et numériques en référence au C2i2e.

La formation s’appuie sur la connaissance des méthodes pédagogiques innovantes et les compétences nécessaires à leur mise en œuvre ainsi que sur une activité d’initiation à la recherche. Cette activité de recherche doit permettre l’acquisition de compétences en lien avec le métier : notamment l’observation et l’analyse des pratiques professionnelles.

La formation comprend des stages d’observation et de pratique accompagnée, d’une durée minimale de 4 semaines, organisés pendant l’année de M1. Le volume annuel de la formation en présentiel est de l’ordre de 500 heures.

L’année de M2 est organisée en alternance.
Le volume annuel de la formation en présentiel est compris entre 250 et 300 heures.
Durant l’année de M2, l’étudiant, lauréat du concours, accomplit également son stage. Il est accompagné par un tuteur.

L’évaluation de l’activité professionnelle en fin d’année de M2 porte sur :

• Une évaluation du stagiaire en situation d’enseignement,
• Un mémoire,
• La soutenance de ce mémoire.

Les lauréats des concours, déjà titulaires d’un master, bénéficient, durant leur année de stage en alternance, d’une formation adaptée à leur parcours antérieur. Ils doivent valider l’acquisition des compétences nécessaires à l’exercice du métier et, pour ce faire, obtenir les crédits associés à la période d’alternance.

Obtenir un master

Obtenir un master

Pour vous présenter à un concours de recrutement de professeurs, vous devez être titulaire d’un master. Après le BAC vous devez donc obtenir une licence qui vous ouvrira la porte d’une poursuite d’études en master.

Sept masters

L’Enseignement catholique propose sept masters sur l’ensemble du territoire dont vous pouvez télécharger ici leurs présentations :

Master d’Angers

Master de Lille

Master de Lyon

Master de Lyon-Dijon

Master de Lyon Méditerranée

Master de Paris

Master de Toulouse

Inscription

Les étudiants titulaires d’une licence peuvent s’inscrire en master 1.
Peuvent aussi demander à débuter le parcours du master en M1, les titulaires d’un diplôme équivalent ou d’une expérience jugée équivalente après validation des acquis.

La formation en M2 est ouverte aux étudiants qui ont obtenu les 60 crédits du M1.
Même si le master « Métiers de l’enseignement et de la formation » constitue un parcours cohérent et structuré de formation, on peut accéder en M2 en ayant obtenu les 60 crédits de l’année de M1 dans un autre master.

La formation étant partiellement financée par l’État, les frais de scolarité sont réduits au maximum.

Les frais de scolarité seront de 1350 euros pour l’année scolaire 2016-2017 pour le M1 et gratuits en M2

Concours de recrutement

Les concours de recrutement

Concours 2017
Dates d’inscription : du 8 septembre au 13 octobre 2016 les inscriptions aux concours de recrutement d'enseignants sont ouvertes.

Sites :

Premier degré

Second degré

Il est impératif de consulter le bulletin officiel de l’Éducation nationale n° 23 du 4 juin 2015 (consultable sur internet) en particulier pour connaître les conditions exactes de candidature pour les concours et examens professionnels réservés

Les enseignants des établissements d’enseignement privé associé à l’État par contrat sont recrutés selon les mêmes modalités et les mêmes exigences que les enseignants de l’enseignement public. Ils passent les mêmes concours, selon le même calendrier.

On distingue deux principaux types de recrutement selon le public auxquels ils s’adressent :

• Le concours externe : principale voie de recrutement, il permet le recrutement de jeunes enseignants dès la fin de leurs études. Il est ouvert chaque année dans le plus grand nombre de disciplines. C’est à ce concours que sont offerts la très grande majorité des postes.

• Le second concours interne : il permet la titularisation d’enseignants dont la carrière a débuté par des suppléances (contrats de remplacement à durée déterminée). (Voir la rubrique « Etre enseignant suppléant »)

Chaque type de concours est organisé pour l’enseignement public et pour l’enseignement privé. En effet, même s’il s’agit des mêmes épreuves et des mêmes jurys, les concours sont distincts puisqu’ils conduisent à deux « corps » d’enseignant différents :

• Les enseignants fonctionnaires pour l’enseignement public,
• Les enseignants contractuels pour l’enseignement privé associé à l’Etat par contrat.

Les informations qui suivent concernent les concours externes. Les informations relatives aux concours internes sont disponibles à la rubrique « Les concours spéciaux ».

En premier degré, un seul concours de recrutement est organisé. Il s’agit du CRPE : Concours de Recrutement des Professeurs des Ecoles.

En second degré : 4 concours sont organisés :

• Le CAPES (Certificat d’Aptidude au Professorat de l’Enseignement du Second degré) permet le recrutement des enseignants des lycées et collèges dans les disciplines d’enseignement général.
• Le CAPEPS (Certificat d’Aptitude au Professorat d’Education Physique et Sportive) permet le recrutement des enseignants d’EPS des lycées et collèges.
• Le CAPET (Certificat d’Aptidude au Professorat de l’Enseignement Technique) permet le recrutement des enseignants des lycées technologiques  dans les disciplines technologiques.
• Le CAPLP (Certificat d’Aptidude au Professorat de Lycée Professionnel) permet le recrutement des enseignants des lycées professionnels dans les disciplines professionnelles.

Les futurs enseignants des établissements d’enseignement privé associé à l’Etat par contrat sont recrutés par le CAFEP (Certificat d’Aptitude aux Fonctions de maître dans les classes du second degré de l’Enseignement Privé). Il existe donc 4 CAFEP correspondant aux 4 concours ci-dessus :

• Le CAFEP – CAPES
• Le CAFEP – CAPEPS
• Le CAFEP – CAPET
• Le CAFEP – CAPLP

Votre premier emploi

Votre premier emploi

95% des lauréats des concours de l’enseignement privé, titulaires d’un accord collégial des chefs d'établissement de l’Enseignement catholique, sont nommés dans un établissement catholique de l’académie de leur choix.

À l’issue de votre stage, et pour la suite de votre carrière, votre nomination se déroule dans le cadre de la réglementation en vigueur et des dispositions générales des Accords sur l’Emploi dans l’Enseignement Catholique. La proposition de nomination relève donc de la responsabilité des Commissions Diocésaines de l’Emploi, pour le premier degré, et des Commissions Académiques de l’Emploi, pour le second degré, et obéissent aux règles définies par les accords précités.

Conditions de nomination en premier degré :

En premier degré, le concours de recrutement est académique. Tout lauréat du concours est donc censé pouvoir être nommé dans tout établissement de l’académie d’inscription au concours.

Cependant, afin de faciliter, au maximum, une nomination correspondant à vos souhaits vos vœux de nomination sont recueillis en vous demandant de classer, dans l’ordre de votre choix, les départements de l’académie d’inscription au concours.

Les commissions de l’emploi font le maximum pour respecter ces vœux. Cependant, en fonction des emplois disponibles, vous pouvez vous voir proposer un premier emploi dans un département correspondant à votre second ou troisième choix.

Très rarement, une proposition d’emploi dans une académie voisine peut être faite.

Conditions de nomination en second degré :

En second degré, le concours de recrutement est national. Tout lauréat du concours est donc censé pouvoir être nommé dans tout établissement.

Cependant, les commissions de l’emploi font le maximum pour vous nommer dans l’académie dans laquelle vous avez passé le concours et donc effectué votre stage.

Très rarement, les situations les plus difficiles sont gérés par la CNA (Commission Nationale d’Affectation) afin que, dans tous les cas, un emploi soit proposé.

Faire une demande de préaccord collégial

Le préaccord est donné au candidat suite à un entretien avec des chefs d’établissement (commission d’accueil et d’accord collégial (CAAC)), sous réserve d’un avis positif. Il est temporaire.
L’accord collégial intervient ultérieurement et permet à la CAAC de confirmer ou non la décision prise lors du préaccord. L’accord collégial, s’il est obtenu, est définitif.
Suivant le profil du candidat, la procédure et le calendrier diffèrent.

Pour créer un dossier

Partagez cet article