Séminaire prospective - Enseignement Catholique
Le séminaire
Education et pédagogie
Ecouter Charles Gardou

« La fragilité nous réunit, la force nous divise. La question de la société inclusive que j’oppose à la société exclusive qui se maintient est la question la plus forte de notre temps »

Charles Gardou

Anthropologue spécialiste de la société inclusive. Il est également professeur à l'Université Lumière Lyon 2 et Directeur de la collection Connaissances de la diversité. (ed. érès).

À partir de son regard d’anthropologue, Charles Gardou nous explique l’urgence d’avoir une école réellement inclusive. Une école qui ne soit ni dogmatique, ni égalitariste, mais permette de prendre en compte la diversité des situations et d’adapter ses propositions aux besoins de chaque élève.

La loi française de février 2005 et la Convention de l’ONU sur les droits de l’enfant inscrivent dans le marbre le droit à l’éducation pour tous. Pour le rendre effectif, l’école a besoin de moyens, en accompagnement humain comme en formation des acteurs. Il faut aussi que l’ensemble de la société apprenne à changer de regard sur les fragilités.

Version longue (20min05s)
Version courte (06min16s)

« Le numérique du quotidien, c’est une culture, une norme d’usage social qui balaie les fantasmes de mécanisation de l’éducation »

Pascal Plantard

Le 21e siècle nous est arrivé et le confinement confirme qu’il sera numérique. L’émergence des technologiques pour tous et dans tous les champs du quotidien révèle aussi pourtant de nouvelles fractures numériques…

En s’appuyant sur les enquêtes menées par son groupe de recherche le GIS Marsoin, Pascal Plantard nous expose les leviers qui permettraient de les réduire en accompagnant mieux le quart d’enseignants encore réfractaires à la transition numérique mais aussi des jeunes qui doivent être guidés vers des pratiques plus scolaires et professionnelles.

Cet anthropologue des usages numérique voit le confinement comme un point de bascule qui redonne la main aux éducateurs et remet l’impératif du lien au centre, les outils ayant pour vocation « de ne pas perdre les élèves ».

Version longue (20min05s)
Version courte (06min16s)

« L’école a un rôle de mise en lien des jeunes avec des tiers lieux éducatifs partenaires »

Mathias Lamarque

Vacances apprenantes, cités éducatives, plan mercredi… L’école et les tiers lieux éducatifs ont à co-construire ensemble et ainsi, à donner un supplément de sens et de cohérence à l’éducation.

Mathias Lamarque, sous-directeur de l’éducation populaire détaille les complémentarités à approfondir entre ce secteur et le monde scolaire.

Dans un monde où le progressisme humaniste est mort, il nous montre qu’il existe une vraie complicité entre le « transhumanisme » et le « véganisme » et nous rappelle que c’est dans notre condition ordinaire que se jouent les choses les plus divines.

Pour lui, les établissements, de par les rapports de proximité qu’ils entretiennent avec les familles, sont les structures pertinentes pour édifier ces réseaux où les jeunes pourront se former à l’engagement, s’ouvrir à des pratiques culturelles et artistiques. Un enjeu fort pour le vivre ensemble, la réduction des inégalités et l’épanouissement de la jeunesse.

Version longue (17min04s)
Version courte (04min35s)
Investir aujourd’hui pour demain : quelle économie pour quel développement durable ?
Ecouter l'interview de Cécile Renouard (version longue)

« A quelles conditions on crée de l’activité qui respecte les personnes et la planète ? Reconnaître qu’il y a un plancher social et un plafond écologique »

Sœur Cécile Renouard

Religieuse de l’Assomption, docteur et professeure de philosophie à l'école des Mines, à l'ESSEC et Sciences Po.

Sœur Cécile Renouard nous livre son analyse du modèle économique porté par notre société et ses possibles améliorations. Elle présente ainsi les leviers qui permettront de bâtir une croissance plus juste et durable : réviser les objectifs de développement à l’aulne des limites planétaires, introduire des critères sociaux et écologiques dans le calcul des normes comptables et des indicateurs de croissance, réduire les écarts de revenus, former aux métiers de demain…

Elle est présidente du Campus de la transition. C’est un lieu d’enseignement, de recherche et d’expérimentation créé en 2018 par un collectif d’enseignants-chercheurs, d’entrepreneurs et d’étudiants qui souhaitent, à travers des contenus d’enseignement originaux et de nouvelles manières d’enseigner, promouvoir une transition écologique, économique et humaniste.

Version longue (16min44s)
Version courte (04min36s)

« Les moments les plus heureux ne sont pas ceux où on a surconsommé »

Fabrice Hadjadj

Fabrice Hadjadj est à la fois un intellectuel et un artiste : philosophe, dramaturge, auteur-compositeur, il se présente souvent comme « juif de nom arabe et de confession catholique ». Il est, depuis 2012, directeur de l'Institut Philanthropos (Fribourg, Suisse).

Il nous propose ici une réflexion exigeante sur l’écologie intégrale. Si tout le monde est devenu « écolo », on ne met pas tous les mêmes réalités derrière le concept d’écologie, y compris lorsqu’elle est qualifiée, en écho à Maritain, d’intégrale. Il nous invite à éviter d’entrer dans une écologie intégriste, pour que l’Évangile reste le critère de l’écologie et non l’inverse. Pour cela, il défend la vertu d’austérité, profondément liée à l’amitié, et l’urgence qu’il y a aujourd’hui pour nous, à accepter de rester humain.

Dans un monde où le progressisme humaniste est mort, il nous montre qu’il existe une vraie complicité entre le « transhumanisme » et le « véganisme » et nous rappelle que c’est dans notre condition ordinaire que se jouent les choses les plus divines.

Version longue (21min22s)
Version courte (11min14s)

« Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois de demain»

Philippe Mutricy

Dans une société en accélération permanente, l’investissement est plus que jamais capital… et notamment dans l’éducation. Et c’est Philippe Mutricy, Directeur de l’évaluation, des études et de la prospective à la Banque publique d’investissement BPI France, qui le souligne : L’éducation, le niveau de formation moyen d’une population représente le premier facteur de compétitivité d’une économie.

Cet expert des transformations actuelles de l’économie et de la société dresse un tour d’horizon des territoires d’investissement de demain au premier rang desquels les nouvelles énergies, les modèles de production alimentaire alternatifs et le digital.

Entre autres tendances du changement, Philippe Mutricy cite l'évolution des rapports à la consommation ou à la propriété ainsi que l'augmentation de l'envie d’entreprendre. Il remarque aussi que les jeunes attendent de leurs formations qu'elles portent des valeurs et participent à leur épanouissement tandis que les recruteurs attachent davantage d'importance aux capacités comportementales qu'aux compétences techniques et au niveau de diplôme...

Entre autres tendances du changement, Philippe Mutricy cite l'évolution des rapports à la consommation ou à la propriété ainsi que l'augmentation de l'envie d’entreprendre. Il remarque aussi que les jeunes attendent de leurs formations qu'elles portent des valeurs et participent à leur épanouissement tandis que les recruteurs attachent davantage d'importance aux capacités comportementales qu'aux compétences techniques et au niveau de diplôme...

Version longue (19min03s)
Version courte (06min55s)
Entre identité et ouverture : L'école catho dans un monde sécularisé et pluriel

« L’école catholique : un espace stratégique dans le rapport de l’Église avec la société. »

Yann Raison du Cleuziou

Maître de conférences en sciences politiques à l'université de Bordeaux et chercheur en sociologie au Centre Émile-Durkheim (CNRS), spécialiste du catholicisme en France, Yann Raison du Cleuziou travaille sur l’histoire et la sociologie du catholicisme. Il a notamment publié une étude : Qui sont les cathos aujourd'hui ? Sociologie d'un monde divisé (Desclée de Brouwer, 2014) et plus récemment Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous (Seuil, 2019).

Depuis 40 ans, la place des catholiques ne cesse de régresser dans la société française, ce qui n’empêche pas le monde catholique de rester traversé par différents courants, qui ont parfois du mal à dialoguer.

Yann Raison du Cleuziou dresse ici une typologie de ces courants, à partir des engagements des catholiques et des représentations qu’ils ont de la foi, de l’Église ou de la société. Il livre une réflexion pleine d’espérance sur ce que pourrait être leur place dans le monde qui vient.

Version longue (20min30s)
Version courte (04min33s)

« L’école fait face à une injonction paradoxale de massification et de personnalisation »

Marc Vanesson

L’école ne peut pas tout. Elle peut beaucoup mais pas toute seule. Marc Vanesson, délégué général de Vers le Haut, un Think tank dédié aux jeunes, aux familles et à l'éducation analyse ici les grandes évolutions du rapport à l’école dans notre société.

Il estime que l’institution scolaire se trouve confrontée à des injonctions paradoxales, relayées notamment par les familles. Ainsi, on lui demande d’assouplir une forme jugée trop rigide pour mieux prendre en compte les besoins particuliers des jeunes… tout en les « armant » pour la course au diplôme puis la compétition pour l’emploi qui s’en suit… Le tout dans un contexte d’anxiété généralisé sur l’avenir.

L’école doit-elle réintroduire le préceptorat dans la classe ? Répondre à l’exigence sociétale de sélection ou cultiver une ambition plus humaniste ? Marc Vanesson montre combien ces contradictions gagneraient à être explicitées. Il estime qu’il y a urgence à s’accorder collectivement sur les finalités éducatives de l’école et invite pour cela à ce que chacun prenne part à l’œuvre d’éducation.

Version longue (19min14s)
Version courte (05min19s)
Différenciation des territoires, mixité sociale et scolaire

« Partir des besoins des enfants les plus en difficulté entraine tous les enfants sans pénaliser ceux qui réussissent le mieux. »

Marie-Aleth Grard, Présidente d’ATD-Quart-Monde

Essor des pédagogies coopératives, formation des enseignants à la relation Ecole-famille et à une meilleure connaissance des divers milieux sociaux, travaux autour des déterminismes qui biaisent encore certains processus d’orientation… Marie-Aleth Grard fait ici un tour d’horizon des leviers à activer pour éradiquer les inégalités scolaires et ne laisser aucun enfant sur le bord du chemin.

Ses 38 ans de militantisme à ATD-Quart-Monde, qu’elle préside depuis l’été, ont conforté sa conviction que la mixité sociale représente une chance pour tous et pour l’unité de notre société.

Photographe de profession et membre du Conseil économique, social et environnemental depuis 2008, elle a y notamment présenté l’avis « Une école de la réussite pour tous. Depuis mars dernier, elle porte aussi la voix des plus pauvres au sein du Conseil scientifique Covid 19.

Version longue (20min30s)
Version courte (04min33s)
Ecouter l'interview d'Agnès Van-Zanten (version longue)

« Les élèves progressent mieux dans des contextes scolaires hétérogènes. C’est une politique à promouvoir au niveau national »

Agnès Van Zanten

Directrice de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) Membre du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP). Spécialiste des inégalités scolaires

Directrice de recherche CNRS à l’Observatoire sociologique du changement (OSC) et membre du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP), Agnès Van Zanten s’est spécialisée sur la question des inégalités scolaires. Elle les aborde du point du vue social mais également ethnique, en s’intéressant à l’ensemble de la population, des plus démunis aux très privilégiés ainsi qu’à la diversité des situations internationales.

Dans cette vidéo, elle explique comment l’école catholique peut participer à augmenter la mixité sociale des populations scolaires. Elle préconise pour cela de conjuguer pilotage national, régulations inter-établissements… sans oublier de cultiver le souci de l’hétérogénéité des publics jusque dans l’organisation même des établissements, la composition des classes et la pédagogie qui y est pratiquée.

Version longue (19min33s)
Version courte (05min24s)

« L’enjeu consiste à faire des écoles rurales des acteurs du développement local »

Yves Alpe

Spécialiste des inégalités territoriales, ce sociologue de l’éducation a participé à la création de l’observatoire des écoles rurales, dont l’isolement se trouve aujourd’hui atténué par le numérique et l’ouverture socio-culturelle de leurs territoires.

Au-delà des clichés, il dresse ici l’évolution de leurs fragilités, notamment en termes d’effectifs, mais aussi de leurs forces : innovation pédagogique, performances scolaires, relations de proximité avec leur environnement… Des atouts que menacent une tendance au désengagement financier des collectivités locales ou la déstructuration du tissu social de proximité.

Dans ce paysage en profonde mutation, si les écoles tirent encore leur épingle du jeu, les collèges, en particulier les plus petits, souffrent. L’enjeu, pour les milieux ruraux, est de faire de tous ces établissements des acteurs du développement local qui dynamisent la vie de leur territoire et leur permettent de se rêver dans le monde demain.

Version longue (20min44s)
Version courte (04min27s)
X