Genèse de la démarche - Enseignement Catholique

Genèse de la démarche

Introduite dès l'été 2018 par le lancement d'un groupe de réflexion, puis d'une enquête diagnostique adressée aux directions diocésaines fin 2019, la démarche prospective a été présentée à la rentrée 2020.

Quelques mois plus tard, un séminaire réunit à Valpré, près de Lyon, les responsables de l'Enseignement catholique pour les faire entrer dans un processus d'intelligence collective original.

Depuis, la réflexion ne cesse de se nourrir des contributions des acteurs de tout le réseau, notamment par une série de séminaires organisés en territoire.

À démarche innovante, méthodologie nouvelle !

Faire entrer l'ensemble d'un réseau dans une dynamique d'anticipation et une logique de stratégie adaptative d'envergure ne va pas de soi. Surtout quand l'existant fonctionne bien.

Pour autant, persuadé que les enjeux éducatifs émergents et à venir impliquent de profondes transformation, l'Enseignement catholique s'est initié à une démarche de pensée créative innovante.

Dans un esprit de café forum favorisant les échanges libres, sans tabou, et la participation de chacun des acteurs des communautés éducatives, il s'agit d'engager les structures, à toutes les échelles dans des pistes d'action, en suivant un processus en trois étapes.

  • Dresser un diagnostic partagé

 

  • S'accorder sur les solutions adaptatives possibles définies comme les politiques structurantes des actions à venir.

 

  • Définir des pistes d'action concrètes opérationnalisables à plusieurs échelles locales, diocésaines, régionales, nationales...

 

Téléchargeable ici à partir du 14 mars:

La lettre d'orientation de la démarche prospective co signée par

Philippe Delorme,
secrétaire général de l'Enseignement catholique

et

Monseigneur Laurent Ulrich,
président du Conseil épiscopal pour l'Enseignement catholique

Assemblée permanente des directeurs diocésains

Montrouge, le 14 septembre 2020

 

 

Introduction du séminaire par Philippe Delorme

« Il nous faut prendre des décisions audacieuses. Nous réussirons cette opération de Prospective si l’on arrive à travailler entre l’assemblée plénière des directeurs diocésains, le bureau des directeurs diocésains, le Conseil épiscopal. L’objectif est clair : le vote au Cnec de juillet 2021 d’orientations pour les dix prochaines années.  Nous avons un vrai service à rendre. On ne peut pas rester les bras croisés. Certains se demandent où le secrétaire général veut les emmener, d’autres se disent que tout est déjà ficelé. Non ! Ensemble, dans une démarche d’intelligence collective, on va se laisser bousculer, on va remettre en cause des habitudes. Les décisions seront prises dans les domaines éducatif, pédagogique, financier…

Si l’on veut créer un nouvel élan, il va falloir s’y atteler dans l’espérance. 

Cela doit se faire dans le cadre de notre projet. Il faut se redire notre projet pour permettre l’adhésion des familles. Un projet « doit refléter l’amour du Seigneur… » (Christus Vivit, 116). La question de l’accueil de tous avec l’option préférentielle pour les pauvres et celle de la valorisation de toutes les formes de formation (dont les formations professionnelles), doivent demeurer des priorités.

Le Pacte éducatif mondial tourne autour de la Fraternité, tout comme la prochaine encyclique du pape François. On a le devoir d’aider les jeunes à cheminer vers la Vérité et à grandir en humanité. Comment vivons-nous tout cela dans nos établissements ? Quelles nouvelles solidarités devons-nous développer pour une recherche du Bien commun ? 

Je suis convaincu que notre proposition éducative répond au défi de notre temps à condition que nous osions dire qui on est et que nous vivions ce que nous annonçons. Notre projet doit être clair et lisible. On est capable de le faire mais il faut encore l’amplifier. Il faut surmonter les difficultés en terme d’effectifs, de moyens immobiliers… J’ai besoin de chacun et chacune d’entre vous. Voici comment j’entends démarrer cette année Prospective ». 

« Chaque assemblée de directeurs diocésains comportera un temps sur ce sujet jusqu’en juillet. La session fondamentale de mai sera en lien avec cette démarche. Nous envisageons le thème :  "En quoi notre école est-elle présence de l’Église ?" Je prendrai la parole devant les évêques à Lourdes en novembre prochain et je présenterai la démarche. Mgr Ulrich sera présent les trois jours de séminaire avec nous » .

 

Propos de Pierre Marsollier

« Nous avons  travaillé avec l’idée de construire quelque chose qui nous permette d’entrer dans un processus de transition. Une boussole pour l’action. Notre processus commence aujourd’hui et se termine en juin, autour de deux axes : travailler sur la raison d’être de l’Enseignement catholique, ce qu’il veut être en terme de mission éducative et sociale et travailler sur une vision cible, ce que nous voulons devenir.

La méthode que nous proposons : une vraie approche collaborative, d’intelligence collective et d’accumulation d’expériences, car les penseurs du changement sont les acteurs du changement !

Le  périmètre est volontairement large pour embrasser toute la surface. Il n’y aura pas de sujets tabous. Il faudra faire état de nos limites, voir ce qui nous empêche d’aller plus loin.

J’insiste aussi sur un autre point qui se résume à la phrase : « Chez moi, c’est différent ». Nous devons faire un travail de respect mutuel et arriver à une meilleure compréhension mutuelle. Au cours de cette démarche prospective, Il y aura une étape qui consistera à se demander : « Et si j’étais dans des circonstances différentes, qu’est-ce que je ferais ? ».

Il nous faut du réalisme, de la rigueur, de l’objectivité mais aussi une forme de transgression. Ce mini-site collaboratif vous permettra de commencer à réfléchir aux différentes séquences du séminaire Prospective : une séquence de scan permettant de poser un diagnostic ; une séquence de focus avec la tenue de 10 kiosques par des intervenants extérieurs compétents dans des domaines variés ; un travail sur des scenarios que vous élaborerez et une séquence d’actes qui sera le début du travail sur la boussole.

Des ateliers vont s’ouvrir dès demain autour de quatre thèmes à travers des capsules vidéo de trois à quatre minutes. Pendant le mois qui vient, vous regarderez les vidéos qui présentent un certain nombre de ces thèmes en vous en appropriant deux, trois ou quatre :

- éducation et pédagogie, 

- entre identité et ouverture, l’École catholique dans un monde sécularisé et pluriel,

- différenciation des territoires, mixité sociale et scolaire,

- investir aujourd’hui pour demain (de l’économie au développement durable) ».

Notre équipe de travail et de pilotage comporte plusieurs directeurs diocésains – François de Chaillé, Jean-Marc Aphaule, Françoise Gautier et Jean-Claude Fourmaux-Lainé–, ainsi que Pierre Marsollier, Benoit Vanachter et Marie-Amélie Marq

Partagez cet article

X