Allez hop, on bouge! - Enseignement Catholique

Allez hop, on bouge!

Les enfants vont adorer Diagnoform ! Ce dispositif lancé par L’Ugsel, fédération sportive et éducative de l’Enseignement catholique, vise à évaluer, en cette rentrée, leur condition physique puis de l’améliorer tout au long de l’année grâce à des exercices spécifiques.
L’analyse de ces données par un chercheur permettra aussi de faire un état des lieux de leur forme après une année et demi de crise sanitaire.

Mireille Broussous

Après des mois de confinement et de multiples couvre-feux incitant les jeunes à la sédentarité, l’Ugsel a souhaité les encourager à retrouver une pratique sportive tout en faisant le point sur leurs capacités physiques. La Fédération sportive a choisi le Diagnoform, mis au point par l’entreprise Irfo et validé scientifiquement.

 

Cinq qualités physiques évaluées

L’outil est idéal car il permet de mesurer l’endurance, la coordination, la force, la vitesse et la souplesse des enfants grâce à quelques tests simples, rapides et ludiques. Par exemple, pour évaluer leur vitesse, les élèves doivent courir sur la distance la plus longue possible durant 5 secondes. Pour mesurer leur force musculaire, on leur demande d’effectuer, les pieds joints, le plus grand bond possible. Parallèlement, ils doivent répondre à un petit questionnaire sur leur mode de déplacement, l’activité sportive qu’ils pratiquent éventuellement en dehors de l’école et le temps qu’ils passent devant un écran soit pour jouer soit pour travailler. Après cette petite série de tests, un compte-rendu est délivré à chaque élève, ce qui lui permet de prendre conscience de ses points forts ou faibles.

 

Des exercices pour améliorer les performances des élèves

Plus d’une centaine de professeurs d’EPS de 7 régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Grand Est, Hauts de France, Normandie, Pays de la Loire et Ile-de-France) se sont portés volontaires pour cette expérimentation qui concerne 4000 élèves de cycle 3 et qui commence dès la rentrée. Puis, tout au long de l’année, les enfants pourront améliorer leurs performances. « Nous proposons aux professeurs d’EPS, via un padlet, des exercices adaptés. Ils peuvent être effectués soit dans le cadre de l’échauffement au début du cours de sport, soit en fin de séance. Sur les trois heures de sport hebdomadaires, il est conseillé de consacrer une heure à ces exercices », explique Hervé Cardonna, en charge de l’animation éducative et institutionnelle de l’Ugsel.

 

Des données pour la recherche

Au mois de mai, les tests identiques à ceux de septembre seront passés par les élèves afin d’évaluer leur progression. « 8 à 9 mois d’entrainement, c’est une période idéale pour améliorer ses performances et pour renouer avec de bonnes habitudes de mobilité », explique le docteur en physiologie du sport Jérémy Vanhelst (CHU Lille) à qui l’ensemble des données recueillies par les enseignants seront transmises. Cela lui permettra de réaliser un état des lieux de la forme des enfants et de l’évolution de leur comportement par rapport à l’activité physique. A la rentrée 2022, l’Ugsel étendra l’expérimentation à toute la France afin qu’un maximum de jeunes retrouve l’envie de bouger…

 

Partagez cet article

X