Protocole Omicron (au 17/01) - Enseignement Catholique

Protocole Omicron (au 17/01)

Dans un contexte d’accélération de la diffusion du variant Omicron, un nouveau protocole est entré en vigueur à la rentrée de janvier 2022.

Ce dispositif a fait l'objet d'un ajustement au 14 janvier, notamment concernant les règles à propos des cas contacts. Des autotests déclarés sur l'honneur par les parents suffisent désormais pour la réintégration en cours des élèves qui ne sont plus non plus soumis à une éviction obligatoire en cours de journée.

Les élèves et personnels infectés depuis moins de deux mois ne sont plus soumis aux mesures d'isolement ni aux tests de contrôle.

Lorsque des cas se déclarent en cascade, le schéma de dépistage ne se ré-enclenche à nouveau que lorsqu'un cas survient 7 jours après le premier cas confirmé.

Les évaluations de mi-CP programmées dans les prochains jours, sont reportées à une date ultérieure. Les chefs d'établissement sont invités à conserver les cahiers reçus à cet effet.

 

Principales conséquences du maintien en niveau 3 du protocole en 1er degré

  • Le port du masque est obligatoire pour les élèves des classes élémentaires et pour tous les enseignants et personnels à l’intérieur ET à l’extérieur.
  • La limitation du brassage entre élèves de groupes différents (niveau / classe) est OBLIGATOIRE.

Les élèves des écoles ne peuvent donc pas être répartis dans d’autres classes lorsqu’un enseignant est absent et dans l’attente de son remplacement

  • Les récréations sont organisées de façon à respecter la consigne de limitation du brassage entre les groupes différents d’élèves.
  • Les locaux et matériels sont nettoyés et désinfectés plusieurs fois par jour. Les tables de réfectoire sont nettoyées et désinfectées après chaque repas.
  • La limitation du brassage entre classes est obligatoire pendant le repas.
  • L’offre alimentaire en vrac est proscrite.
  • Les activités physiques et sportives sont autorisées en extérieur ainsi qu’en intérieur pour les activités de basse intensité.

Les activités physiques qui se déroulent à l’intérieur sont compatibles avec le port du masque et les règles de distanciation.

Les activités en piscine couverte sont suspendues.

Formation continue
des enseignants 1er et 2nd degré

 

Afin de renforcer la présence du maximum d’enseignants dans les établissements, les actions de formation continue programmées, sur temps scolaire, durant le mois de janvier 2022 sont reportées.

Seules peuvent être maintenues les formations obligatoires, certifiantes, préparant à des concours. Dans toute la mesure du possible elles doivent se dérouler en distanciel.

Dans ce cadre les formations relatives au PSC1 organisées par l’UGSEL (formation des formateurs) peuvent être maintenues compte tenu des contraintes d’agenda. Ces formations peuvent également continuer à se dérouler en présentiel compte tenu de leur nature.

Un dispositif d’accueil des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire doit être activé en cas de fermeture d’une classe, d’une école ou d’un établissement.

Cet accueil exceptionnel se fera en groupe de 20 élèves maximum.

Cet accueil est assuré par les établissements scolaires sur le temps scolaire. En dehors de ces horaires et pendant les vacances scolaires, un accueil peut être mis en place par les collectivités territoriales.

Les élèves sont accueillis sur présentation d’une attestation sur l’honneur de réalisation d’un autotest et de son résultat négatif.

Les élèves identifiés comme cas contact avant la fermeture doivent respecter le protocole de dépistage par autotest à J0, J+2 et J+4.

Les élèves cas confirmés ne peuvent être accueillis qu’au terme de la période d’isolement qu’ils doivent respecter.

Les enfants éligibles à cet accueil

Sont exclusivement concernés les enfants de moins de 16 ans des personnels dont les professions sont détaillées ci-dessous et qui n’ont aucune solution de garde alternative (autre parent en travail à distance par exemple).

  • Tous les personnels des établissements de santé ;
  • Les biologistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, pharmaciens et préparateurs en pharmacie, sages-femmes, ambulanciers ;
  • Tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (effecteurs comme personnels administratifs) ;
  • Tous les personnels des établissements et services médico-sociaux : EHPAD et EHPA (personnes âgées) ; établissements pour personnes handicapées et d’aide sociale à l’enfance ; services d’aide à domicile pour personnes vulnérables ; services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ; appartements de coordination thérapeutique ; CSAPA et CAARUD ; centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus.

Pour solliciter cet accueil, il faut que :

  • un seul des responsables légaux de l’enfant appartienne à l’une des catégories prioritaires listées ci-dessus,

ET QUE
· l’autre responsable légal soit tenu d’exercer ses fonctions en présentiel, ET QUE
· aucune autre solution de garde ne soit possible.

Les responsables légaux devront fournir :

  • Un justificatif de la profession exercée (carte professionnelle, fiche de paie, etc.),
  • Une attestation sur l’honneur de l’absence d’une autre solution de garde,
  • La présentation d’une attestation sur l’honneur du résultat négatif d’un autotest réalisé depuis moins de 24 heures pour l’enfant accueilli.

L’accueil peut se faire, selon les organisations locales mises en place, soit dans l’école ou établissement habituel, soit dans un pôle d’accueil.

L’accueil se fait dans le respect du protocole sanitaire en vigueur.

Dès lors que les élèves sont accueillis après réalisation d’un autotest négatif, ils peuvent, à titre exceptionnel, être répartis dans les autres classes de l’établissement. Ils doivent en revanche fréquenter la même classe durant toute la période au cours de laquelle ils sont accueillis.

Renforcement du niveau 2  dans le 2d degré

 

Bien que le niveau 2 du protocole soit maintenu pour les établissements du second degré, il est très fortement recommandé de prioriser les activités physiques et sportives en extérieur. Lorsque la pratique en extérieur est impossible, des activités de basse intensité compatibles avec le port du masque et les règles de distanciation doivent être privilégiées.

Il est recommandé de suspendre les activités en piscine couverte.

 

Concernant les réunions et rassemblements

  • Les moments de convivialité entre élèves et personnels ou entre personnels doivent désormais être prohibés.
  • Toutes les réunions, y compris celles des diverses instances (conseils, de classes, conseils de discipline...) doivent de manière prioritaire être organisées à distance.
  • Si une telle organisation n’est pas possible, elles peuvent se tenir au sein d’une école ou d’un établissement scolaire dans le strict respect des gestes barrières, notamment le port du masque, les mesures d’aération/ventilation des locaux ainsi que les règles de distanciation.
  • Les réunions avec les parents d’élèves, même organisées selon un système de prise de rendez-vous, conduisent à un brassage important de personnes et posent la question du respect de la distanciation physique. Elles sont donc vivement déconseillées. Afin de maintenir le lien, indispensable, avec les familles, des rendez-vous individuels seront proposés aux responsables légaux, de préférence à distance.

 

  •  Il est recommandé de reporter les journées portes ouvertes. Si la configuration des établissements permet qu’elles soient maintenues, elles sont organisées dans le strict respect des consignes sanitaires.

 

Voyages et sorties scolaires

  • Au regard du contexte épidémiologique prévalant à la date du 3 janvier 2022, il est vivement recommandé de reporter les sorties scolaires comportant des activités en espace clos (théâtre, musée, cinéma ...), celles se déroulant à l’air libre (promenade en forêt, course d’orientation ...) pouvant naturellement être maintenues.
  • S’agissant des voyages scolaires, tout particulièrement à l’étranger, il est conseillé de les reporter dans la mesure du possible.

 

Période de formation en milieu professionnel (formations professionnelles en LP)

Si l’entreprise ou l’organisme d’accueil a modifié son organisation afin de généraliser le télétravail, une PFMP peut être partiellement ou totalement réalisée en télétravail à condition que la nature de la mission confiée par l’organisme d’accueil soit adaptée à l’exercice du télétravail et soit accessible à l’élève. À défaut, il est recommandé de reporter les périodes de PFMP.

Conduite à tenir en cas de contamination depuis le 3 janvier 2022

DEFINITIONS

 

Cas confirmé : Toute personne, symptomatique ou non, avec un résultat biologique confirmant l’infection par un test RTPCR, RT-LAMP, test antigénique ou sérologie de rattrapage.

Personne contact à risque : Toute personne non complètement vaccinée ou présentant une immunodépression grave, ayant eu un contact avec un cas confirmé ou probable en l’absence de mesure de protection efficace pendant toute la durée du contact (l’absence est constatée lorsqu’aucune des deux personnes, ni cas confirmé ni le cas contact ne portent un masque) dans l’une des situations suivantes :

  • Contact direct avec un cas confirmé ou probable, en face-à-face, à moins de 2 mètres, quelle que soit la durée (ex. : conversation, repas, contact physique).
    Attention : En l’absence de port de masque, des personnes croisées dans l’espace public, même de manière fugace, sont considérées comme des personnes contacts à risque négligeable.
  • Contact avec un cas confirmé ou probable pour prodiguer ou recevoir des actes d’hygiène ou de soins.
  • Contact avec un cas confirmé ou probable ayant partagé un espace intérieur (salle de classe, bureau ou salle de réunion, véhicule personnel, table de restaurant...) pendant au moins 15 minutes consécutives ou cumulées sur 24h.
  • Contact avec un cas confirmé ou probable en étant resté en face-à-face durant plusieurs épisodes de toux ou d’éternuement.

Personne contact à risque modéré : Toute personne sans immunodépression grave ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination placée dans l’une des situations mentionnées ci-dessus en l’absence de mesure de protection efficace.

Personne contact à risque négligeable : Toute personne ayant un antécédent confirmé d’infection par virus datant de moins de deux mois placée dans l’une des situations mentionnées ci-dessus en l’absence de mesure de protection efficace.

Masque : Sont considérés comme masques suffisamment protecteurs les masques chirurgicaux ou les masques grand public ayant une capacité de filtration d’au moins 90% (anciens masques grand public de catégorie 1). Sont également considérés suffisamment protecteurs les masques grand public en tissu réutilisables possédant une fenêtre transparente homologués par la Direction générale de l’armement. Les masques fournis par le ministère de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports à ses personnels font partie de cette dernière catégorie de masques. La mention du masque dans le reste du protocole fait référence à ces catégories de masque.

Cette liste doit être considérée comme limitative. Les autres situations de contacts entre élèves ou élèves et enseignants ou personnels n’entraînent pas l’identification de cas contacts à risque.

 

GESTION DES CONTAMINATIONS SUCCESSIVES MULTIPLES
(1er et 2nd degré)

Lorsqu’un élève accueilli après un premier autotest négatif se déclare positif (par exemple suite à un autotest réalisé à J2 ou J4), le cycle de dépistage ne redémarre que si ce nouveau cas confirmé a eu des contacts avec les autres élèves après un délai de 7 jours suite à l’identification du premier cas.

Le schéma de fonctionnement des dépistages successifs est donc le suivant :

J0 : information de la survenue d’un cas confirmé ; J0 : réalisation du premier autotest ;
J2 : réalisation du second autotest ;
J4 : réalisation du troisième autotest ;

A compter de J7 : si un nouveau cas positif apparaît un nouveau cycle de dépistage doit être mis en œuvre (trois autotests).

 

 

GESTION DES ENSEIGNANTS ET PERSONNELS CAS CONTACT A RISQUES

S’agissant des personnels présentant une couverture vaccinale complète, ils n’ont pas à s’isoler après un contact avec un cas confirmé s’ils réalisent un test antigénique ou PCR immédiatement puis deux autotests à J2 et J4 qui peuvent être retirés en pharmacie gratuitement sur présentation du courrier remis par l’école ou l’établissement, et si les résultats de ces tests sont négatifs.

S’agissant des personnels ayant contracté la Covid-19 depuis moins de deux mois, ils n’ont pas à s’isoler ni à réaliser un dépistage.

S’agissant des personnels non vaccinés ou ne disposant pas d’un schéma vaccinal complet, ils doivent s’isoler durant 7 jours après un contact avec un cas confirmé. L’isolement prend fin au terme de 7 jours si un test antigénique ou RT- PCR est réalisé et que son résultat est négatif.

GESTION D’UNE PERSONNE PRESENTANT DES SYMPTÔMES EVOCATEURS DU VIRUS

Dans les situations où un élève ou un personnel présente des symptômes évocateurs d’une infection à la Covid-19 à l’école, la conduite à tenir est la suivante :

  • Isolement immédiat, dans une pièce de l’école, avec port d’un masque chirurgical (à défaut, un masque grand public filtration ≥ 90%) sauf pour les élèves en école maternelle, de la personne symptomatique dans l’attente de la prise en charge médicale ;
  • Information de l’élève et ses représentants légaux des démarches à entreprendre (consultation du médecin traitant ou de la plateforme de l’Assurance maladie) par le chef d’établissement, si nécessaire avec l’aide des personnels de santé ou sociaux de l’Éducation nationale ;
  • Suspension de l’accueil en présentiel ;
  • Délocalisation temporaire (dans la mesure du possible) du lieu de classe avant nettoyage et désinfection de ce dernier ;
  • Nettoyage et désinfection des lieux de vie concernés puis aération et ventilation renforcées.

 

GESTION DES CAS CONFIRMES

Il appartient aux responsables légaux d’informer le chef d’établissement qu’un élève est un cas confirmé.

L’isolement du cas confirmé est ainsi défini :

Élèves de moins de 12 ans
et
Élèves de plus de 12 ans et enseignants et personnels bénéficiant d’un statut vaccinal complet
Élèves de plus de 12 ans et personnels non vaccinés ou ne disposant pas d’un schéma vaccinal complet
Isolement de 7 jours.

Il peut prendre fin au terme de 5 jours si un test antigénique ou PCR est réalisé et que son résultat est négatif

Isolement de 10 jours.

Il peut prendre fin au terme de 7 jours si un test antigénique ou PCR est réalisé et que son résultat est négatif

Si la personne contaminée a toujours de la fièvre au 5e jour, ou au 7e jour ou au 10e jour, ce délai est prolongé jusqu’à 48h après la disparition de celle-ci.

 

GESTION DES ÉLÈVES CAS CONTACTS A RISQUE EN 1er DEGRÉ

Il appartient au directeur d’école de prévenir les responsables légaux des élèves concernés qu’à la suite de la détection d’un cas confirmé, leur enfant est identifié comme cas contact.

(Cf. ANNEXE 1 : Modèle de note d’information des parents d’élèves du premier degré).

La survenue d’un cas confirmé parmi les élèves entraîne la suspension de l’accueil en présentiel des élèves de la classe (et ceux identifiés comme contacts à risque en dehors de la classe) dans l’attente de la réalisation d’un test.

Les élèves que leurs parents ne pourraient pas venir chercher sont admis à poursuivre la journée ou la demi-journée de classe dans l’attente que leurs responsables légaux puissent venir les chercher aux heures habituelles de fin des cours.

Les élèves de la classe (et ceux identifiés comme contacts à risque en dehors de la classe) peuvent reprendre les apprentissages en présentiel sous réserve :

  • de réaliser un autotest ou un test antigénique ou un test PCR,
  • d’attester sur l’honneur du résultat négatif de ce premier test et de s'engager à réaliser deux autotests à J2 et J4 à compter du premier test.
  • Sur présentation du courrier d’information remis par l’école (Cf ANNEXE 1) les représentants légaux de l’élève se verront remettre gratuitement 3 autotests en pharmacie.
  • Les élèves identifiés comme contacts à risques, ayant contracté la Covid 19 depuis moins de deux mois et ne présentant aucun symptôme, peuvent reprendre les apprentissages en présentiel immédiatement.

 

  • En l’absence de présentation de la déclaration sur l’honneur, la suspension de l’accueil en présentiel est maintenue pour une durée de 7 jours qui peut être ramenées à 5 jours sur présentation d’un test antigénique ou PCR négatif.

 

 

GESTION DES ÉLÈVES CAS CONTACTS A RISQUE EN 2d DEGRÉ

Il appartient à l’établissement de prévenir les responsables légaux des élèves que leur enfant est identifié cas contact à risque. (Cf. ANNEXE 3 : Modèle de note d’information des parents d’élèves du second degré).

L’identification d’un élève comme cas contact à risques entraîne la suspension de son accueil en présentiel.

Si les élèves ne peuvent pas immédiatement rejoindre leur domicile ou si leurs responsables légaux ne peuvent pas venir les chercher, ils restent accueillis dans l’établissement jusqu’à la fin de journée ou de la demi-journée de cours.

Les élèves identifiés comme contacts à risques peuvent reprendre les apprentissages en présentiel sous réserve :

  • d’avoir moins de 12 ans ou de justifier d’un schéma vaccinal complet (deux doses pour les 12-17 ans).
  • de réaliser un autotest ou d’un test antigénique ou d’un test PCR négatif,
  • d’attester sur l’honneur du résultat négatif de ce premier test et de l’engagement à réaliser deux autotests à J2 et J4 à compter du premier test.

(Cf. ANNEXE 4 : Modèle d’attestation sur l’honneur pour un élève du second degré.)

Sur présentation du courrier d’information remis par l’école (Cf ANNEXE 3) les représentants légaux de l’élève se verront remettre gratuitement 3 autotests en pharmacie.

Les élèves identifiés comme contacts à risques, ayant contracté la Covid 19 depuis moins de deux mois et ne présentant aucun symptôme, peuvent reprendre les apprentissages en présentiel immédiatement.

En l’absence de présentation de la déclaration sur l’honneur, la suspension de l’accueil en présentiel est maintenue pour une durée de 7 jours. Les parents doivent attester de la réalisation d’un test négatif au 7è jour.

 

 

DANS LES INTERNATS

Les règles en vigueur dans les établissements du second degré s’appliquent.

La quarantaine doit, dans toute la mesure du possible, être effectuée en dehors de l’établissement scolaire. Si, par exception, elle doit se dérouler dans l’internat, une chambre dédiée doit être attribuée à l’élève isolé. Si cette chambre n’en dispose pas, des sanitaires doivent lui être réservés. L’élève ne doit pas se rendre dans les lieux de vie collective (restauration, foyer ...).

Partagez cet article

X