Bac 2021: les derniers ajustements Covid

Le ministre de l'Education a annoncé les dernières modifications du bac 2021 en raison de la crise sanitaire, dont l'annulation des épreuves de spécialités de mars.

Les enseignements de spécialité des baccalauréats général et technologique seront finalement évalués sur la base des moyennes des trois trimestres de terminale.

A noter que le décret n° 2021-100 du 1er février 2021 avance les épreuves de remplacement du bac de septembre à juin.

Par ailleurs, des consignes d'évaluation spécifiques ont été mises en ligne dans la foulée sur Eduscol, sur lesquelles Benoit Skouratko, du département Education du Sgec, livre ici son éclairage pour accompagner au mieux la mise en oeuvre du contrôle continu.

Guide de l'évaluation du bac 2021: décryptage

 

Document mis à jour en février 2021 sur eduscol et commenté ici par Benoit Skouratko, du département Education du Sgec

Ce document, précis, s'avère riche en concepts à retravailler dans l’approche de l’évaluation et pour chaque spécialité et chaque enseignement du tronc commun.

 

Il répond à un réel besoin : la pratique du contrôle continu, au-delà du contexte sanitaire, doit s’acculturer et ce n’est pas chose facile.

En effet, même si le contrôle continu était déjà présent dans la réforme précédente, il prend actuellement une toute autre dimension et ce guide permet d’accompagner la « mutation » que cela impose.

Nous aurions pu espérer qu’il arrive plus tôt, car le lycée français n’est pas encore très à l’aise avec une pratique de l’évaluation des compétences, approche pourtant essentielle pour la mise en place d’un contrôle continu pertinent et ajusté. L'enjeu principal du contrôle continu est bien d’accompagner le lycéen, tout au long du parcours de formation et bien de pouvoir, à la fois « produire » des résultats, mais aussi accompagner chacun des lycéens dans son parcours de formation et sa progression.

Et ce guide insiste fortement sur cette dimension. Elle est pour l’Enseignement Catholique essentielle, car un levier important pour accompagner les jeunes qui nous sont confiés dans une formation intégrale de la personne et non uniquement préparée le baccalauréat. Ce guide revient donc, sur les enjeux de l’évaluation comme levier essentiel de la formation tout au long de la vie.

Une ligne éditoriale entre théorie et pratique 

Le document propose un savant équilibre entre référents théoriques et pistes pratiques. En effet, il revient sur une approche diversifiée de l’évaluation. Il affirme l’importance d’une pratique variée de l’évaluation. Trop souvent réduite à l’évaluation sommative au lycée et réaffirme les enjeux de l’évaluation formative dans le parcours des lycéens. Démarche que le pôle lycée préconisée dès 2018 dans les documents d’accompagnement de la mise en place de la réforme dans les lycées de l’Enseignement Catholique.

Diversification des exercices, démarches et supports d’évaluation

 Me guide insiste sur l'importance de ne pas proposer uniquement des exercices « académiques » aux élèves au cours de leur formation.

En effet, si les élèves composent pour produire les exercices officiels des épreuves de validation, il faut aussi proposer de nombreux exercices pour former et évaluer l’oral et les compétences transversales (mener des recherches, conduire un projet…). Ceci permet aux élèves plus fragiles à l’écrit de pouvoir obtenir des résultats qui les motivent et les valorisent, mais aussi de valoriser leur créativité.

Ceci est aussi bénéfique pour les élèves d’un excellent niveau qui peuvent ici obtenir des notes qui explorent toute la latitude des grilles d’évaluation.

Une réflexion précieuse sur "la construction" des moyennes

Le système éducatif français est dans un entre-deux, souvent inconfortable, prônant l'évaluation par compétences et ayant recours à la production de moyenne pour la validation des examens, mais aussi pour l'orientation, avec Parcoursup.

Ce guide a le mérite de proposer une réflexion sur la "constitution" des notes, l'usage des coefficients dans la "constitution" des moyennes, qui ne peuvent relever de l'unique liberté pédagogique mais demande un travail de concertation et d'équipes pour le tronc commun, comme pour les spécialités. Ceci repose l'importance du pilotage pédagogique et éducatif dans nos établissements que l'on doit mener à propos des pratiques de l'évaluation.

 

Ce guide a le mérite d'aborder l'évaluation par le prisme de problématiques, de gestes et de postures professionnels à travailler. Ceci demandera, un accompagnement sur le long terme : alliant formation et pilotage éducatif afin de répondre à la fois aux attendus des examens mais surtout d'accompagner au plus près chacun des lycéens.

 

Guide d'évaluation

Bac 2021

et

décret n° 2021-100 sur l'avancement des épreuves de remplacement en juin 2021.

 

 

Lire aussi: les ajustements du bac 2021 et de l'organisation des enseignements au lycée décidés à l'automne 2020

Des ajustements exceptionnels de l'organisation du baccalauréat ont été annoncés le 5 novembre par Jean-Michel Blanquer qui a aussi encouragé à faciliter l'enseignement distanciel en lycée pour des raisons sanitaire (avec maintien de 50% au moins de présentiel) :

  • Annulation des évaluations communes de première et terminale
  • Report de la certification numérique Pix

Voici ci-dessous le courrier adressé par Jean-Michel Blanquer aux enseignants de lycée le jeudi 21 janvier 2021

Il annonce l'annulation des épreuves de spécialité de mars au profit d'une évaluation par contrôle continu.

Les épreuves de philosophie et de français de juin restent programmées ainsi que le la majeure partie des épreuves du bac professionnel.

Mesdames, Messieurs les professeurs,
 
Je tiens à revenir vers vous sur les adaptations de la session 2021 du baccalauréat général et technologique, dans le contexte sanitaire exceptionnel auquel nous sommes confrontés.
 
Depuis le début de l’année, grâce à votre engagement et dans le cadre d’un protocole sanitaire adapté, nous avons collectivement réussi à poursuivre les enseignements dans les écoles et les établissements, tout en protégeant les élèves et vous-mêmes. À partir du mois de novembre, partout où c’était nécessaire, les lycées ont adapté leur organisation pour permettre la poursuite des apprentissages selon des dispositifs hybrides, associant enseignement en classe et enseignement ou apprentissages à distance. Je tiens à en remercier l’ensemble des équipes éducatives. C’est l’ensemble du pays qui peut être fier, par votre action, de notre capacité à maintenir l’enseignement pour tous nos élèves.
 
Nous devons cependant tenir compte des effets de la crise sanitaire et de ces nécessaires adaptations sur la tenue des examens. J’ai examiné attentivement les remontées des cellules académiques de continuité pédagogique ; j’ai reçu et étudié les propositions des membres du comité de suivi de la réforme du lycée général et technologique. Dans les propos des élèves, j’ai entendu les inquiétudes exprimées face aux difficultés de préparation aux épreuves des enseignements de spécialité. Dans ceux des professeurs, j’ai été sensible à l’expression d’une fatigue éprouvée dans ce qui est vécu comme une course contre la montre, difficile à tenir en cas d’enseignement hybride, pour préparer au mieux les classes aux exercices de ces épreuves.
 
En considération de ce qui précède et à la lumière de l’ensemble des consultations menées, j’ai donc pris les décisions suivantes que je tiens, dans le prolongement de mon courrier du 5 novembre, à expliquer le plus précisément possible et à relier toujours aux finalités des réformes : mieux préparer les élèves à leur poursuite d’études dans l’enseignement supérieur et, pour ce faire, garantir la qualité de leurs apprentissages.
 
 Le détail des décisions :
Nous sommes confrontés à des circonstances exceptionnelles qui bousculent nos cadres de travail. Si toute notre École a montré en ces derniers mois une admirable capacité d’adaptation, nous devons également, en cette période, préserver les phares de notre système éducatif : le baccalauréat est assurément le premier d’entre eux, qui sanctionne un parcours d’apprentissage et constitue un nouvel élan. Je sais pouvoir compter sur votre plein dévouement afin que les élèves soient au mieux préparés à cette étape importante de leur formation.
 
Je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs les professeurs, à l’assurance de mon soutien et de ma confiance.
Jean-Michel BLANQUER
Ministre de l’Education nationale, de la jeunesse et des sports

Partagez cet article