Journalistes en herbe - Enseignement Catholique

Journalistes en herbe

Reportages, interviews, portraits… Les reporters en herbe de l’Institution Saint-Germain - Le Jouteux, à Bourgueil (37), usent de tous les genres journalistiques. Réservé au départ aux CE2, le blog « Petit reporters » est animé depuis la rentrée par une cinquantaine de volontaires de 7 à 12 ans.

 

Par Mireille Broussous

Deux élèves de CM1 préparant la première conférence de rédaction de l'année scolaire.
Deux élèves de CM1 préparant la première conférence de rédaction de l'année scolaire. ©Mireille Broussous
Pendant la conférence de rédaction…
Pendant la conférence de rédaction…

C’est dans un bureau de l’école Saint-Germain, à Bourgueil (Indre et Loire), que se prépare, non sans une certaine fébrilité, la rentrée du blog « Petits reporters ». À la pause méridienne se tiendra la première conférence de rédaction de ce site animé jusque-là par les élèves de CE2. Cinq « anciennes » rédactrices en chef, aujourd’hui en CM1, auront pour mission d’expliquer le nouveau mode de fonctionnement du blog, désormais piloté par des élèves volontaires de l’école primaire et de 6e.. « Tous les ans, les élèves rebattent les cartes et décident de la façon dont doit évoluer le site », précise Gaëtan Després, l’enseignant qui, depuis sept ans, porte avec passion ce projet d’initiation à l’écriture journalistique, remarqué par le ministère de l’Éducation nationale, lors de sa dernière Journée nationale de l’innovation, en mai 2015.

À l’origine de cette aventure, il y avait une classe de CE2 plutôt difficile à motiver. « J’ai demandé à Gaëtan Després qui venait d’arriver dans l’école, de lancer un projet stimulant et fédérateur », indique la directrice Elisabeth Souchu. Le professeur relève le défi en proposant à ses élèves d’animer le site internet de l’école. Il s’agit alors tout simplement d’indiquer les dates des vacances, les menus de la semaine… Mais bientôt les élèves décident d’interviewer les enseignants, de rédiger de petits articles sur la vie de l’école. Tout le monde se prend au jeu, élèves et enseignant. Le site s’enrichit. En 2014, le blog « Petits reporters » est créé. Il est alors possible d’aborder tous les sujets. Les enfants de CE2 écrivent de petits textes sur leurs animaux de compagnie, leurs sports préférés, leurs voyages.

Gaëtan Després et les élèves pendant la conférence de rédaction.
Gaëtan Després et les élèves pendant la conférence de rédaction. ©Mireille Broussous
Trois petits reporters…
Trois petits reporters… ©Mireille Broussous

 

Familles investies

Puis, ils se « professionnalisent », apprennent ce qu’est un titre, un chapô, une légende… Toutes les semaines, une conférence de rédaction de trente minutes est organisée, pilotée à tour de rôle par les enfants de la classe et ouverte aux parents. Certains d’entre eux, graphistes de profession, n’hésitent pas à s’impliquer pour rendre le site plus dynamique. D’autres traduisent des articles en anglais. « Les familles s’investissent beaucoup plus que s’ils devaient surperviser des exercices de grammaire. Il est vrai que des enfants qui demandent du temps à leurs parents pour écrire, c’est inespéré ! », note Gaëtan Després.

Le bénéfice pédagogique est indéniable. Le blog permet d’apprendre à rédiger des textes, à travailler ensemble et à s’ouvrir sur le monde. « Ce qui m’a le plus impressionnée, c’est la façon dont, au fil de l’année, les enfants sont parvenus à prendre la parole en conférence de rédaction, à expliquer leur projet d’article et à donner leur avis sur un sujet », observe Nathalie, mère de Corentin, qui a effectué son CE2 avec Gaëtan Després. « Écrire pour ce site donne de l’assurance à certains enfants en difficulté, affirme Elisabeth Souchu. Il leur permet d’aller à la rencontre des adultes, d’interviewer, par exemple, le maire de leur village, de réaliser des reportages chez les pompiers. C’est très valorisant. » 

Le projet est d’autant plus riche qu’il y a trois ans Gaëtan Després a sollicité l’École publique de journalisme de Tours pour un parrainage. Tous les ans, une douzaine d’étudiants en première année de journalisme conseillent les jeunes rédacteurs. Les textes des enfants sont d’abord corrigés par les parents et par Gaëtan Després, lus par les rédacteurs en chef du blog qui acceptent ou pas – ce qui est très rare – de mettre en ligne les articles. Les étudiants interviennent ensuite. Ils ajoutent un commentaire bienveillant – lisible par tous – qui pointe ce qui pourrait être encore amélioré. « J’ai rédigé un texte sur mon lapin nain. Le journaliste a trouvé que je parlais trop souvent à la première personne et qu’il aurait fallu que je m’adresse davantage aux lecteurs. Dans mes textes suivants, j’ai tenu compte de ces remarques », explique Clémence, élève de CM1.

Les enfants apprennent aussi à connaître les médias en allant visiter l’école de journalisme de Tours, en découvrant ses studios et en parlant avec les enseignants et les étudiants. Véritables petites gloires locales, il n’est pas rare que les interviewers soient interviewés par… les chaînes de télé régionales ou par des radios.

Trois collégiennes relisant des articles. Derrière : la documentaliste du collège, Joëlle Roux.
Trois collégiennes relisant des articles. Derrière : la documentaliste du collège, Joëlle Roux. ©Mireille Broussous
Elisabeth Souchu, directrice du primaire et Christine Marchaland, chef d'établissement du collège Le Jouteux de Bourgueil.
Elisabeth Souchu, directrice du primaire et Christine Marchaland, chef d'établissement du collège Le Jouteux de Bourgueil. ©Mireille Broussous

10 000 visiteurs uniques

Désormais, les conférences de rédaction ont lieu à 13 heures, hors temps scolaire. « Les professeurs principaux du collège et ceux de français soutiennent le projet. La documentaliste du collège, Joëlle Roux, l’accompagne concrètement en suivant le travail des élèves », indique Christine Marchaland, chef d’établissement du collège Le Jouteux situé juste en face de l’école primaire.

C’est une cinquantaine d’élèves qui se pressent à la conférence de rédaction. Des équipes mêlant des enfants de tous âges sont constituées. De nombreux problèmes pratiques sont évoqués. Les jeunes reporters doivent, en effet, s’organiser pour pouvoir chaque semaine lire les textes de leurs camarades, les corriger, puis les mettre en ligne. Pour que tous soient informés des projets liés au blog, il devient essentiel de consigner par écrit et de diffuser sur un site internet l’ordre du jour de la conférence de rédaction ainsi que les décisions qui y ont été prises. Deux jeunes rédactrices de CM1 acceptent cette mission.

Le contenu du blog évolue à toute vitesse. Aux articles rédigés par les plus jeunes s’ajoutent maintenant ceux écrits par les 10-12 ans qui portent sur des sujets bien différents. Iliana, 11 ans, passionnée par l’actualité et le métier de journaliste, a déjà rédigé des textes sur les migrants et sur l’association Otages du monde. L’an dernier, 110 articles avaient été publiés et le site dénombrait 10 000 visiteurs uniques. Avec ces nouvelles contributions, la production annuelle ne pourra, c’est sûr, qu’augmenter et le nombre de lecteurs aussi…

Savoir plus

Le blog « Petits reporters », créé par l’école Saint-Germain, est ouvert désormais à tout enfant de 7 à 12 ans, scolarisé dans une école publique ou privée, qui souhaite produire des articles, à condition de présenter une autorisation écrite de ses parents.

Un blog pour les 13-17 ans
 

C’est à l’occasion d’une course d’orientation au profit d’Action contre la faim, que les 70 élèves de la Maison familiale rurale (MFR) de Bourgeuil, en Indre et Loire, ont rencontré les reporters  de l’école Saint-Germain venus couvrir l’événement. Élèves de 4e, de 3e ou apprentis, ils ont été séduits par le blog des écoliers. « Nos élèves ont d’abord collaboré au blog « Petits reporters ». Ensuite, nous avons décidé de créer, en 2015, notre propre site « Jeunes Reporters 13- 17 ans », explique Fabienne Sourdeau qui dirige la MFR. Une vingtaine d’élèves sont des contributeurs réguliers. Deux apprentis Atsem (agent territorial spécialisé des écoles maternelles) y parlent notamment de leurs premiers contacts avec le métier. « Leur objectif, c’est de pouvoir s’exprimer », précise Fabienne Sourdeau. Les élèves ont aussi bien compris l’intérêt d’être pilotés par les étudiants de l’École publique de journalisme de Tours pour progresser en français. « Mais plus que de meilleures performances scolaires, ce que nous attendons de ce site, c’est qu’il permette à nos élèves de développer leur autonomie et leur sens des responsabilités », conclut Fabienne Sourdeau.

eca369Issu du magazine Enseignement catholique actualités n° 369, octobre 2015 - novembre 2015

À retrouver dans l'ECA n° 369

Partagez cet article

X