Tous mobilisés contre le harcèlement

La journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire du 8 novembre 2018 donne lieu à une grande mobilisation, fruit des politiques de prévention engagées par le ministère de l'Éducation nationale et dans l'Enseignement catholique.

Exemple au groupe scolaire Fénelon Notre-Dame de La Rochelle où, pour l'occasion, des réalisations d'élèves sur la problématique seront exposées: Affiches, photos, saynètes de théâtre, un Créative Lab d'une demi-journée a permis aux élèves cette expression artistique libératrice.

Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire axée sur les cyberviolences à caractère sexuel

©Atelier anti-harcèlement Fénelon-ND, La Rochelle

 

  • 5,6% des collégiens subissent des formes de harcèlement (dont 7% du cyberharcèlement)
  • 310 référents « harcèlement » mobilisés dans les académies
  • Deux plateformes de signalement : le 30 20 et le 0800 200 000

©Atelier anti-harcèlement Fénelon-ND, La Rochelle

Comment créer une synergie des adultes autour de la question du harcèlement ? Comment encourager les jeunes à être les acteurs des changements de mentalités ?
 C’est l’objectif d’un creative Lab suivi, à la mi-octobre par les élèves de 4è de l’ensemble scolaire rochelais Fénelon Notre-Dame. En plus des interventions ciblées prévues en 6e, 4e et 2nde, l'établissement a proposé cette année toute une matinée d’approche sensible et artistique du phénomène, à ses élèves de 4è, les 15 et 16 octobre 2018.

Cette initiative vient donner de l’ampleur au plan de prévention engagé depuis 2014 par l’établissement contre ce fléau scolaire, qui fait l’objet, ce 8 novembre d’une journée de mobilisation nationale. Elle croise en outre les parcours santé, citoyenneté, et l'enseignement moral et civique (EMC) et gagne à impliquer toujours davantage d'enseignants.

Développer l'empathie

Réalisation de clips vidéos, interventions ciblées en classes , les actions conduites auprès des élèves de Fénelon se sont étoffées au fil des ans. Elles sont coordonnées par la psychologue Charlotte O’Neill et Luc Peron, adjoint à la politique éducative. « Nous avons aussi élaboré un maillage d’adultes référents sur la question - infirmière scolaire, enseignants, personnels de vie scolaire, coordinateurs de niveaux- qui permet d’enclencher très vite, au moindre signalement, une procédure concertée d’alerte et de suivi» , détaille Charlotte O’ Neill.
Résultat, les cas de harcèlements sont en nette baisse et ceux qui sont révélés le sont précocement et donc plus facilement désamorcés.

 

©Atelier anti-harcèlement Fénelon-ND, La Rochelle

Les matinées de prévention destinées cette année aux huit classes de 4è visaient à une prise de conscience du ressenti des victimes. Les collégiens ont rencontré Noémya Grohan, auteur de La rage dans mon cartable, qui raconte son vécu d'élève harcelée, le temps d’une conférence débat préparée en amont en cours de français.

Théâtre, photos et création d’affiche… trois ateliers conduits avec es enseignants d’arts plastiques et une enseignante documentaliste, ont ensuite permis aux élèves une expression artistique libératrice:
«Développer l’empathie et l’entraide, faire contribuer les élèves à la sensibilisation d'un public plus large, impliquer toujours davantage d'enseignants: cette manifestation et les expositions qui en découlent contribuent à inscrire encore plus la prévention du harcèlement dans le quotidien de l'établissement", salue Charlotte O’ Neill.

Pour rompre la loi du silence, retrouvez ici les dernières mesures et préconisations du ministère de l'Éducation.

 

 

Partagez cet article

X