Grand oral : Trouver sa voix (e) - Enseignement Catholique

Grand oral : Trouver sa voix (e)

Le 24 novembre dernier au Sénat, experts, enseignants et élèves ont échangé sur le thème du grand oral lors du petit déjeuner débat organisé par l’Apel. L’association a également présenté les résultats d’un sondage sur le sujet, qui montrent l’unanimité des parents d’élèves sur l’importance de la compétence orale.

François Husson

.L’année dernière, il avait eu lieu devant un écran. Cette année, le 24 novembre dernier, le petit-déjeuner débat de l’Apel (Association des parents d’élèves de l’enseignement libre) retrouvait les salons du Sénat.

Son thème – « Le grand oral : une chance pour nos jeunes ! » – était une affirmation assumée, confortée par les résultats d’un sondage commandé par l’association à l’institut BVA auprès des parents d’élèves, qui plébiscitent l’importance des compétences orales (cf. encadré).

Avec un café et les croissants au goût de convivialité, le président de l’association, Gilles Demarquet, a accueilli les participants, qui se sont également nourris des échanges entre experts et des témoignages d’enseignants et d’élèves.

 

Partager quelque chose de soi

« Partager une parole, c’est aussi partager quelque chose de soi. » Premier expert à intervenir, Cyril Delhay, professeur d'art oratoire à Sciences Po et auteur du rapport sur le Grand oral au bac 2021, a considéré le grand oral comme l’opportunité pour le jeune d’acquérir des compétences essentielles et de travailler sur l’estime de soi « C’est aussi une action physique qui joue sur la respiration et la position du corps. Et le grand oral se fait debout, c’est inédit », a-t-il pointé. Cyril Delhay a plaidé pour une pédagogie continuée de l’oral depuis la petite enfance jusqu’au bac, informant l’assemblée de l’existence d’une banque de ressources établie par l’académie de Limoges et destinée aux enseignants à laquelle il a participé, le Continuum Oralité. 

Il s’est également félicité de constater que de nombreux enseignants avaient des talents de sportif ou de chanteur, et pouvaient de ce fait « mettre à l’aise les jeunes dans le partage », avant même d’être formés à la transmission de la discipline orale.

 

La deuxième experte à prendre la parole était Marion Petitpré, directrice du dispositif PaRéO  (Passeport pour réussir et s'orienter) à l’université Paris Descartes, qui travaille sur le sujet de l’orientation depuis six ans. « Le jeune ne sait pas toujours ce qu’il veut faire, constatait-t-elle. Le grand oral l’amène à se révéler, à prendre possession de lui-même, et à se projeter dans le lendemain. » Pour elle, le « sens vocationnel », essentiel pour l’orientation, doit se déployer autour de quatre axes : expérimenter, apprendre à être et à devenir, s’ouvrir au monde, et surtout entrer dans une démarche d’autoréflexivité qui nécessite un questionnement personnel de l’élève. Marion Petitpré a incité les enseignants à ouvrir toutes les boîtes à outils disponibles pour accompagner les jeunes sur ces chemins, car parler en public n’est pas juste transcrire un écrit en oral. Lors de l’épreuve, « le choix du sujet amène aussi à savoir où l’on veut aller », a-t-elle fait remarquer.

 

« L’oral est essentiel pour l’insertion professionnelle »

La troisième collaboration nous venait de Giuseppe Tognon, professeur de l’histoire de l’éducation et de pédagogie générale à l’université Lumsa de Rome (Italie) et ancien secrétaire d’état pour la recherche scientifique et technologique. Malicieux, l’Italien a fait remarquer que son pays était la patrie de la rhétorique, et que si les Français avaient besoin de qualifier leur examen oral de « grand », le bac italien reposait depuis longtemps sur l’oral.

Celui-ci se décline dans deux matières pendant une heure, devant cinq à sept enseignants, et compte pour le quart de la note. Il est également évalué sur la capacité à faire passer des contenus et non pas seulement de mesurer la compétence de parler en public.

Nadège Havet, sénatrice du Finistère, avait tenu à être présente à cette rencontre matinale. « L’oral est essentiel pour l’insertion professionnelle », a rappelé l’ancienne responsable d’équipe d’une antenne bretonne de Pôle emploi. « C’est une compétence qu’on apprend tout au long de sa vie », a-t-elle précisé avant de plaider à son tour pour que l’oral soit enseigné dès le plus jeune âge.

Les témoignages d’enseignants et élèves des lycées Sainte-Marie de Stains (93) et Notre-Dame de Challans (85) (voir ci-contre) se sont ensuite succédé. Ils ont détaillé la préparation de l’épreuve, via des ateliers Arej ou théâtre, des accompagnements personnalisés, ou encore la gestion du stress qui permettait de poser sa voix.

 

Un biais sociologique ?

Provenant de la salle, quelques questions posées à la suite des interventions ont souligné le problème du possible (et probable) biais sociologique généré par le Grand oral. Cyril Delhay a affirmé qu’il fallait assumer la subjectivité du jury, qui existe aussi à l’écrit. Il a évoqué des études montrant que les biais sociologiques étaient même plus prégnants à l’écrit, raison pour laquelle aucune sélection ne se fait à Sciences Po sans oral.

« C’est une opportunité pour nos jeunes et un atout pour l’orientation », a résumé en conclusion Gilles Demarquet, qui a confirmé l’importance du grand oral pour les adolescents. S’appuyant sur les résultats du sondage BVA, il a aussi estimé qu’il fallait faire rentrer la culture de l’oralité dans l’enseignement « C’est un point d’étape qui doit s’enclencher dès le plus jeune âge, a-t-il également martelé. L’École doit bouger sur le sujet. »

Il a rappelé l’importance de la confiance en soi qu’il faut avoir pour s’exprimer devant les autres. « Il faut oser sortir ses tripes, et c’est pour cela qu’il faut de la bienveillance sinon le timide restera toujours un timide. »

Reportage au lycée Notre-Dame de Challans en Vendée

Reportage au lycée Saint-Marie de Stains, en Seine-Saint-Denis

 

 

 

Compétence orale : les parents unanimes

 

Une unanimité rare s’est dessinée dans les résultats du sondage commandé par l’Apel à l’institut BVA en octobre dernier :

97 % des parents d’élèves interrogés estimaient importante la compétence orale pour un élève, 93 % estimaient qu’elle était un bon levier pour élaborer leur propre réflexion, et 83 % pensaient que le grand oral favorise l’égalité des chances.

Ils sont 84 % à juger que la première difficulté de l’épreuve est le stress et la peur du jury. De fait, 68 % d’entre eux souhaite que l’oralité soit développée dès l’école primaire.

Partagez cet article

X