Synode des jeunes: vers l’exhortation

« Transformer » les structures parfois figées de l’Église qui détournent les jeunes d'elle... c'est l'invitation lancée mercredi 3 octobre par le pape François en ouverture du synode des jeunes et des vocations. Retrouvez ci-dessous quelques ressources pastorales pour s'associer à la réflexion.

 

Ce mercredi 3 octobre s'est ouverte à Rome la dernière phase d'un synode dédié "aux jeunes, à la foi et au discernement vocation" lancé voilà dix-huit mois.
 Elle doit aboutir à la publication de l'exhortation apostolique qui donnera les orientations pour que l'Eglise permette à la jeune génération de prendre toute sa part à la construction de cette "civilisation de l'amour" prônée par le Pape. 

Pendant plus de trois semaines, quelque 250 évêques de tous les pays, auxquels ont été adjoints 32 « experts », 34 jeunes et 49 auditeurs, dont quelques femmes, sont réunis à Rome. En introduction de ces travaux conclusifs, le pape a dores et déjà appelé de ses voeux des transformations alors que les scandales liés aux abus du clergé s'invitent dans les discussions.

Celles-ci portent aussi sur le rapport  introductif (instrumentum laboris), synthèse d'une vaste consultation internationale. 

Voici déjà quelques outils pour s'associer, dans le cadre de la pastorale des jeunes, par exemple, à cet événement, inédit de part sa manière d'impliquer les jeunes et de se mettre à leur écoute.

 

Le Jour du Seigneur (CFRT) propose une vidéothèque dédiée à la jeunesse et à la question de la vocation                     Lien vers l'ensemble des vidéos

Sa rencontre avec le Christ a bouleversé la vie de Frédérique Bedos. Ancienne animatrice à la télévision, elle a quitté le monde des paillettes pour se consacrer à ces “héros anonymes” qu’elle met en avant sur son site Projet Imagine. Une semeuse d’espérance dont la foi donne une magnifique leçon de vie.

Documentaire de Marie-Christine GAMBART

 

La Parabole des talents, relus par, avec et auprès les jeunes accueillis à la Fondation d’Auteuil

Documentaire de Jean-Claude Salou

Créée en 2009 par Samuel Grzybowski, l’association Coexister, en 2013, c’est : 300 jeunes membres actifs, 500 adhérents, 8000 sympathisants via les réseaux sociaux Facebook et Twitter. Depuis sa création, l’association est aujourd’hui représentée à Lyon, à Marseille, à Angers, à Lille et à Évry-Essonne, à Grenoble et au sein de campus : Centrale, la Sorbonne et Sciences-Po.

Par Sophie Tesson

Un professeur de philosophie enquête sur la question du bonheur auprès de tous ceux qu’il croise quotidiennement : des collégiens, des collègues, le personnel d’entretien. Avec ses élèves de terminale, il finit par esquisser, une conception du bonheur comme une adhésion à la vie jusque dans ses épreuves.

Un film de Marie Viloin

Les jeunes de la délégation envoyée par la Conférence des Evêques de France au pré-synode

Ils n’ont pas toujours le prix Nobel de la délicatesse… mais ils méritent d’être écoutés ! » C’était « avec enthousiasme » et « sans distance de sécurité » que le pape François s’était laissé interpellé par 315 jeunes réunis à Rome en pré-synode, du 19 au 24 mars dernier. Chrétiens mais aussi d’autres confessions religieuses ou athées, ils ont demandé une église plus « ouverte », « authentique » et « horizontale », dans leur contribution au synode d’octobre 2018 sur « la foi, les jeunes et le discernement des vocations ».

Parmi la délégation française, Adrien, 23 ans, « jeune baptisé sur le tard pour satisfaire une recherche d’absolu » a salué la volonté d’ouverture du pape tout en souhaitant « une Eglise qui mette la miséricorde au centre pour faire une place à tous : athées, agnostiques, d’autres religions mais aussi aux homosexuels souhaitant vivre leur foi... »

Pour Anne, de la CEF, « la variété des points de vue a enrichi la réflexion et permis une parole très libre. Les moments de partage interculturels non religieux ont été très intenses même si le besoin d’affiliation et l’attachement au rite perdurent: la récitation du Notre-Père dans chaque langue a été un grand temps fort… Globalement, on a l’impression que l’amalgame entre la religion et une forme d’entre-soi social diminue tandis que la société nous regarde avec davantage de bienveillance, d’intérêt pour la spiritualité. »

Un dialogue à approfondir, comme l’explique Chloé, investie à Fondacio : « Les mouvements d’Église offrent déjà des lieux de responsabilisation intéressants pour la jeunesse et cherchent à la rejoindre à l’aide de festivals ou d’initatives comme le bar de Cana à Lille… Cet exemple doit inspirer l’Eglise, que chaque chrétien, par son témoignage de foi, contribue aussi à déplacer. »

 

 

 

D'autres ressources pour vivre le synode,
sur le site de l'Eglise de France

 

 

Les texte de référence du synode

 

 

 

Retrouvez aussi les vidéos partagées par Mgr Emmanuel Gobilliard, l'un des représentants français à Rome
sur la plateforme que les jeunes catholiques de Lyon ont dédié au synode.

Partagez cet article

X