Revue de presse de rentrée

Les journalistes se sont fait largement écho de la conférence de presse de rentrée de Philippe Delorme, secrétaire général de l'Enseignement catholique qui s'est tenue le 21 septembre dernier, à la Maison de l'Amérique latine à Paris.

Pour l'enseignement catholique, interdire l'abaya "ne règle pas la question" 

AFP - Sophie Laubie

Le 21/09/2023

L'interdiction de l'abaya à l'école "ne règle pas la question de fond", qui "traduit sans doute une volonté de repli identitaire", a estimé jeudi le secrétaire général de l'enseignement catholique, affirmant que ce sujet est "beaucoup moins prégnant" dans les établissements qu'il supervise.

« Nous participons aux évolutions du système, à notre manière, sans être un contre-modèle »

AEF Erwin Canard
Le 21/09/2023

Le secrétaire général de l’enseignement catholique, qui tenait une conférence de presse le 21 septembre 2023, promeut une "liberté responsable". Celle-ci qui rend l’enseignement catholique "conscient de ce que nous devons faire par nous-mêmes", même s’il demande le concours de l’État. Le Sgec revient aussi sur la rentrée : les établissements catholiques se sont "emparés du pacte" et ont connu une baisse des effectifs moins forte que prévu.

L'enseignement catholique satisfait des conditions de la rentrée, même
si subsistent des zones d'ombre

Pour le secrétaire général de l'Enseignement catholique, celui-ci n'est pas "la variable d’ajustement de l’école publique" : "Nous ne sommes pas simplement des supplétifs (...) Nous existons pour nous-mêmes, pour offrir aux familles et aux élèves une proposition éducative différente." Il en appelle donc "à la liberté et à la responsabilité des acteurs, pour éduquer à la liberté responsable".

L’enseignement catholique affiche
son bon bulletin de rentrée

L’enseignement catholique a plusieurs raisons de se réjouir en cette rentrée. Il ne l’a pas crié trop fort, mais l’a quand même exprimé clairement par la voix de son secrétaire général, Philippe Delorme, ce jeudi. Comme tout le secteur éducatif, il perd des élèves en raison de la démographie mais « nettement moins que ce qui était prévu ».

(…)

Un gros bémol, cependant, dans cette positive attitude : le chantier « pharaonique » de la rénovation énergétique des écoles, soit cinq milliards d’euros pour le privé catholique.

Salaire des enseignants : Pourquoi le pacte séduit-il les professeurs de l’enseignement privé ?

Dans le diocèse de Nantes par exemple, 70 % de l’enveloppe dédiée au pacte a déjà été consommée

Nouveau dispositif de la rentrée, le Pacte permet à des enseignants volontaires de s’engager à de nouvelles missions en échange de rémunération. S’il est rejeté dans le public, il séduit dans l’enseignement privé.

Selon le secrétariat général de l’Enseignement catholique (qui représente 97 % des établissements privés sous contrat), ses établissements se sont bien emparés du dispositif, surtout dans le second degré.

Dans le privé, les concours pour devenir prof ont fait le plein cette année.

France Info – Noémie Bonnin

Dans les concours spécifiques pour devenir professeur dans l'enseignement privé, 11 candidats se sont en moyenne présentés pour un poste, soit plus que dans le public. Et le Pacte aussi est plébiscité.

Interview de Philippe Delorme.

Vaccination contre le papillomavirus : les collèges privés pas toujours prêts à jouer le jeu

France Inter – Par Victor Dhollande
Le 21/09/2023

L'article en ligne

La vaccination généralisée des élèves en classe de cinquième contre le papillomavirus, promise en début d'année par le président Emmanuel Macron, débutera cet automne après recueil du consentement des parents. Mais certains collèges privés affichent des réticences.

Philippe Delorme, secrétaire général de l'Enseignement catholique, avance des contraintes logistiques pour défendre ses troupes : "Il faut rappeler que chez nous, il n’y a pas d’infirmière, ni de médecin scolaire. Il y a déjà des difficultés matérielles. Les chefs d’établissements catholiques n’en peuvent plus des missions rajoutées constamment. Le métier de chef d’établissement n’est pas d’être un centre de vaccination."

Deuxième argument avancé, celui de la pédagogie autour de la vaccination, trop difficile au sein d’un collège, selon Philippe Delorme : "Il y a une dimension éducative qu’il ne faut pas rater. Ce n’est pas à l’école de le faire. Si je vais voir mon médecin de famille avec mon enfant, il dira à l’enfant ‘voilà pourquoi tu es vacciné, voilà pourquoi il faut faire attention’. Il y a aura une pédagogie, ce n’est pas un acte ordinaire."

Dans le privé, les concours pour devenir prof ont fait le plein cette année.

« Une préoccupation accrue pour le métier d’enseignant », une adaptation des programmes de ses futurs enseignants avant leur concours… Le Secrétariat général de l’enseignement catholique a expliqué, jeudi 21 septembre, comment il a pu pourvoir tous ses postes, sans baisser le niveau de recrutement.

« Nous n’avons pas eu besoin de recourir à une liste complémentaire, a détaillé le secrétaire général adjoint Yann Diraison. Il y avait 11 candidats pour un poste dans le premier degré et 7,4 candidats par poste dans le second degré. Nous pouvons en conclure que le concours reste réellement sélectif. »

L'enseignement catholique est plutôt satisfait sa rentrée

France Culture - Hakim Kasmi
Journal de 18h00 - 21/09/2023

Les enseignants du privé semblent réceptifs au pacte proposé par le ministère de l'Education nationale. Ces chiffres pourraient aider Gabriel Attal. Interview de Philippe Delorme, secrétaire général de l'enseignement catholique. Il reconnaît des pressions.

Le Pacte : une réussite dans l’Enseignement catholique

France Inter – Sonia Princet
Journal de 18h00 - 21/09/2023

Le ministre de l'Education nationale, Gabriel Attal va pouvoir afficher un nombre de signataires du Pacte plus élevés grâce au privé. Interview de Philippe Delorme, secrétaire général de l'enseignement catholique : il explique que les remplacements entre professeurs sont plus habituels.

Bonne note pour l’Enseignement catholique

CNEWS
La matinale de 6h00 - 22/09/2023

Malgré une chute démographique, l'enseignement catholique perd moins d'élèves que dans le public.

Le 4 septembre 2023, en direct de la matinale de RCF, au micro dePierre-Hugues Dubois

Interdiction de l'abaya, où l'enseignement catholique se démarque grâce à sa volonté d'accueillir les questions religieuses dans ses établissement, prises de contact avec le nouveau ministre de l'Education Gabriel Attal, chute supposée du niveau scolaire... Philippe Delorme fait le point sur les grands dossiers de la rentrée qu'il souhaite avant tout placer sous le signe de la joie.

Baisse du nombre d’élèves : comment le secteur privé affronte la réduction de ses effectifs

La baisse démographique en cours est redoutée dans le privé sous contrat, où l’équilibre économique dépend du nombre d’élèves. Regroupement d’établissements, renforcement de leur attractivité… des changements sont déjà en cours. 

Le Monde du 04 septembre 2023 -  Par Eléa Pommiers

 

« L’enseignement catholique est un peu à un carrefour, détaille Philippe Delorme. Nous réfléchissons à la fois à la question démographique, mais aussi à notre organisation, à notre projet éducatif et pédagogique, pour assurer notre présence sur le territoire et répondre aux besoins des familles. »

Partagez cet article

>