Réseau de protection en déploiement

 

Les référents missionnés par le Sgec pour lutter contre toutes les formes de maltraitance, actuelles ou passées, tissent liens et protocoles en territoire. Ils ont tenu leur deuxième session de formation annuelle le 7 juin 2019.

 

Travaux en petits groupe pour des échanges de pratique et la définition commune des contours de la mission de référent PPPF. (JH)

Un an après son lancement, l’intérêt suscité par le programme de protection des publics fragiles (PPPF) élaboré par le Secrétariat général de l’enseignement catholique pour lutter contre toutes les formes de maltraitances, ne se dément pas.

Le 7 juin dernier, une trentaine de référents PPPF chargés d’orchestrer sa mise en œuvre au niveau diocésain se sont à nouveau réunis au Sgec, pour une session de partage d’expériences. L’occasion pour Josiane Hamy, coordinatrice nationale des référents PPPF, de dresser un bilan positif du déploiement du réseau qui compte déjà 52 membres - : « À partir de la soixantaine de réponses remontées d’un questionnaire envoyé sur tout le territoire, on constate que les directions diocésaines sensibilisent prioritairement au programme leurs adjoints, des chargés de mission et des psychologues de l’éducation, trois profils pertinents car souvent déjà bien au fait des situations de maltraitance. De plus, 85% des DDEC ayant répondu, ont organisé des réunions d’informations auprès de leurs chefs d’établissement et, parfois aussi en direction d’autres corps professionnels comme les infirmières et les personnels éducatifs. Parfois, les parents (APEL départemental et UDOGEC) ont été sensibilisés. D’autres instances sont à privilégier comme l’Ugsel, fédération sportive et éducative de l’Enseignement catholique qui peut être un partenaire précieux. »

Muriel Salmona, psychiatre, donne des éléments de compréhension sur la mémoire traumatique (JH)

Le déploiement du PPPF a aussi offert l’occasion à quelques directions diocésaines de rédiger un protocole de procédures avec les CRIP (cellules départementales de recueil d’informations préoccupantes) et l’Éducation nationale. Ces liens contribuent à ce que l’Enseignement catholique devienne un partenaire reconnu sur ces dossiers. Parallèlement, des modules spécifiques ont été dispensés à l’École des cadres missionnés pour trois promotions de chefs d’établissement en formation et deux de chargés de mission tandis qu’un Webinaire d’initiation au PPPF a attiré une centaine de participants le 27 mai dernier.

La session du 7 juin a donné lieu à des apports sur la mémoire traumatique renforçant la capacité d’analyse et de dépistage des participants. Elle a aussi permis de continuer à définir la fonction de référent PPPF et de pointer l’importance qu’il soit explicitement missionné par les directeurs diocésains : la légitimité qu’il en retire alors incite les chefs d’établissements à les solliciter et donne de la visibilité à un sujet nouveau et singulier.

Les prochaines session de formations sont programmées les 22 novembre 2019 et 27 mars 2020.

Partagez cet article

X