Rentrée 2020: Postes et entrants dans le métier

Plus 225 postes ont été annoncés pour les écoles rurales de l’enseignement catholique, par application de la règle tacite du 80/20.

Par ailleurs, les lauréats du concours externe 2020, faute de pouvoir passer les épreuves orales d’admissibilité, ne se verront pas attribuer de préaccord collégial systématique.

Aurélie Sobocinski

 

Après avoir annoncé qu’il n’y aurait pas de fermetures de classes en zone rurale à la rentrée sans l’accord des maires, le ministre de l’Éducation nationale a attribué des moyens supplémentaires (1 248 postes) pour septembre prochain.

L’enseignement privé sous contrat a reçu le nombre d’emplois qui lui correspond – par application de la règle tacite du 80/20, soit 250 emplois, dont 25 réservés à l’enseignement privé autre que catholique.

Ces 225 postes ne peuvent être attribués qu’à des établissements du 1er degré situés dans une commune rurale de moins de 5000 habitants.

Les Caec (Comités académiques de l’enseignement catholique) ont donc travaillé sur l’annulation de fermetures et la proposition d’ouvertures, non prévues dans le cadre initial faute de moyens. Suite à l’arbitrage du ministère, une première dotation globale de 190 emplois (76 pour des annulations de fermetures ; 114 pour des ouvertures, dont 13 créés en ASH) est répartie entre les académies. Les 35 emplois restants abonderont les enveloppes de suppléances des académies les plus déficitaires en la matière.

Pas d’oral pour les futurs profs !

 

Le ministre de l’Éducation nationale a annoncé que les concours internes pour les enseignants se tiendraient à l’automne 2020, puis que les épreuves orales d’admission seraient supprimées, comme pour les concours externes. Les concours sont donc réduits aux épreuves d’admissibilité qui deviennent des épreuves d’admission, via une nouvelle délibération des jurys. « Cette décision simplifie la gestion de l’emploi des enseignants en permettant aux lauréats des concours (un peu plus de 1800 dans l’enseignement catholique, N.D.L.R.) d’être placés avant la rentrée sur des emplois pour effectuer leur stage », observe Yann Diraison, adjoint au secrétaire général de l’enseignement catholique. S’agissant des lauréats des concours externes (au nombre de 2 000 dans l’enseignement catholique), l’absence d’oraux d’admission est en revanche problématique : elle a conduit la Commission permanente à suspendre la transformation automatique du préaccord collégial en accord au moment de l’admission. Les modalités d’attribution de cet accord seront prochainement précisées.

Partagez cet article