Rentrée 2014 des écoles, collèges, lycées de l’enseignement catholique – Conférence de presse de Pascal Balmand- 2 octobre 2014

L'Enseignement catholique mobilisé pour la réussite de tous et de chacun

Avec près de 9000 établissements et la barre des 2 millions d'élèves une nouvelle fois franchie (2 047 751), l'Enseignement catholique enregistre une progression de 0,3% par rapport à 2013, soit 6566 élèves supplémentaires. La rentrée 2014, toutes filières confondues, témoigne de sa bonne santé et de son dynamisme attractif.

Si cette progression des effectifs ne présente pas la même structure d'une académie à une autre, l'on observe qu'elle connaît cette année un mouvement inverse à celui de 2013 : le 1er degré enregistre une progression marquée, avec 7376 élèves en plus (0,9 %), alors que le 2nd degré connaît une augmentation plus ralentie de 2372 élèves (0,2%), imputable à la situation économique et sociale difficile. Pour les classes élémentaires la croissance est de 1,2% (+ 6400 élèves) et s'explique très principalement par la croissance démographique (0,9% soit 4900 élèves) et très secondairement par un probable « effet Rythmes scolaires » (0,3% soit 1500 élèves ce qui équivaut à 0,3 élève par école). Quant aux effectifs de l'Enseignement agricole, ils connaissent un recul attendu de 3182 élèves, qui trouve sa cause dans la fin du gonflement artificiel issu de la rénovation de la voie professionnelle qui a instauré à partir de 2009 un parcours en 3 ans au lieu de 4.

Mais comme le souligne Pascal Balmand, secrétaire général de l'Enseignement catholique, « au-delà des chiffres nous devons continuer à mobiliser l'ensemble de la communauté éducative autour du service rendu aux enfants, aux jeunes, aux familles et plus largement à la société française dans son ensemble ».

Conformément au texte d'orientation validé en mars 2014 par ses instances nationales sur l'engagement de l'école catholique pour les réussites, l'Enseignement catholique entend ainsi poursuivre son action « au service des enfants et des jeunes les plus fragiles, quelles que soient les formes de leur fragilité ». Déjà concrétisée dans de nombreux collèges et lycées, la vocation sociale de ses établissements continuera d'être une de ses priorités par le soutien de nombreuses initiatives locales et projets innovants.

L'enseignement catholique encourage en effet l'ensemble des équipes éducatives à travailler à l'innovation et la créativité. Plus que jamais, l'ouverture de l'école à tous passe par la créativité éducative et pédagogique, indispensable pour adapter le projet éducatif aux jeunes en fonction de leurs besoins propres. Elle repose sur l'entière responsabilité des acteurs de terrain et peut prendre des formes diverses : dispositifs de prévention contre le décrochage, de lutte contre l'illettrisme, école inclusive, Tice, classes inversées... Elle s'appuie sur une formation initiale des enseignants désormais plus professionnelle, dans laquelle l'Enseignement catholique s'est résolument engagé.

En ce qui concerne la réforme des rythmes scolaires et partisan d'une approche par subsidiarité, l'Enseignement catholique considère qu'il revient à chaque école de déterminer sa propre position en fonction du terrain et en lien avec les différents acteurs et partenaires des communautés éducatives, dans une recherche prioritaire d'adaptation aux besoins des enfants. Il privilégie la responsabilisation de ses acteurs et soutient une entrée progressive dans un aménagement du temps scolaire qui peut légitimement revêtir des formes diverses.

Partagez cet article