Prospective : les Pays de la Loire concrétisent - Enseignement Catholique

Prospective : les Pays de la Loire concrétisent

Le 12 décembre dernier, près d’Angers, une centaine d’acteurs des Pays de la Loire se sont réunis pour une journée de travail sur la prospective régionale de leur territoire, qui prépare le grand rendez-vous national du 11 janvier 2023.

Noémie Fossey-Sergent

Un an après une première séance de travail autour de la prospective nationale dans le cadre de la démarche engagée par le Secrétariat général de l’enseignement catholique, une centaine de chefs d’établissement, membres d’Ogec, chargés de mission diocésains, représentants de l’Apel, responsables d’Isfec… se sont retrouvés le 12 décembre dernier au domaine de Belle Poule, aux Ponts-de-Cé, près d’Angers. Objectif de la journée ? Réfléchir à des actions concrètes autour des 12 propositions issues des 4 axes qui ont émergé des temps de travail menés dans chaque région l’année dernière.

 

Organisée par l’Uradel (organisation qui rassemble les directions diocésaines de Loire-Atlantique, Vendée, Maine-et-Loire, Mayenne et Sarthe) et animée par Aldo Foschia, son directeur, la journée s’est articulée autour de plusieurs ateliers thématiques sur lesquels les participants s’étaient préalablement inscrits. Aidés par un facilitateur qui animait les échanges, ils ont dû, par tranche d’une heure, imaginer à partir du thème de l’atelier une action déclinée en une ou deux pistes, avec un objectif, une échéance et un critère d’évaluation.

 

Ainsi, dans l’un des ateliers « Mutualiser et développer nos qualités d’expertise économique », les participants ont proposé une « harmonisation des présentations comptables des Ogec avec un partage des données sur le portail Isidoor » afin de pouvoir analyser les structures et fonctionnements des établissements et identifier facilement les éventuels besoins de solidarités. Cette harmonisation pourrait permettre in fine une mutualisation des Ogec entre certains établissements, avec le risque, en cas de fragilité du plan comptable, de mettre en grande difficulté plusieurs établissements.

Stéphane Nouvel, directeur diocésain de Vendée, a également émis l’idée, partagée par d’autres participants, de « développer un service de mécénat pour l’Enseignement catholique régional ». Une solution qu’il a lui-même déjà testée en Poitou-Charentes durant la Covid-19 et qui avait permis de lever près de 150 000 euros en un an. Cela impliquerait d’établir des liens étroits avec les entreprises locales, de « consacrer une année à la réalisation d’un diagnostic des besoins et à l’écriture d’un plan stratégique à présenter aux entreprises ».

 

Bourse d'emploi régionale pour personnels Ogec

 

Dans l'un des ateliers, « Faire confiance et prendre soin des acteurs », les participants se sont mis d’accord sur un « la création d’une plateforme d’offres d’emploi régionale ouverte à tous afin de favoriser la mobilité des personnels de droits privés ». Cela nécessiterait « que chaque établissement y inscrive les postes vacants et que l’outil lui-même soit très intuitif » afin de ne pas les décourager. Sur la temporalité, ils ont pensé qu’un test pourrait être envisageable dès la rentrée 2023 pour une mise en place réelle en 2024. Le succès de l’outil se mesurerait « au nombre d’annonces mises en ligne, de visites, et au vu de la fréquence de renouvellement des annonces ».

 

Plus-value inclusive

Lors un autre atelier, « Promouvoir l’inclusion comme levier essentiel du développement intégral de la personne humaine », c’est le « besoin de formation des acteurs » qui est ressorti à l’unanimité. « Vivre l’inclusion ne se décrète pas mais nécessite, outre une conviction personnelle du chef d’établissement, de se demander comment on équipe nos professeurs à accueillir cette inclusion », a suggéré Frédéric Delemazure, directeur diocésain de Loire-Atlantique. L’action à mettre en place serait donc une formation pour tous les enseignants sur l’inclusion (qui ne peut être réduite au handicap mais doit intégrer plus largement les élèves à besoins éducatifs particuliers) dans les cinq ans à venir. Les membres de l’atelier ont également souligné l’enjeu de promouvoir l’inclusion comme une plus-value, trop d’établissements estampillés « inclusifs » souffrant parfois d’une mauvaise image auprès de l’extérieur.

 

En fin d’après-midi, après que les actions ont été remontées par chaque facilitateur sur un padlet commun, les participants ont voté en direct,  via leur téléphone portable, pour une action parmi toutes celles proposées pour chacune des 12 propositions. Une synthèse restituant ces travaux et les pistes d’actions régionales retenues sera prochainement envoyée à tous les participants. Elle viendra nourrir le temps fort du 11 janvier 2023, prévu à la Cité des sciences à Paris et auquel participera une délégation des Pays de la Loire, composée de quatre personnes pour chacune des cinq directions diocésaines.

Partagez cet article