Paroles de jeunes confinés - Enseignement Catholique

Paroles de jeunes confinés

La DDEC de Strasbourg s’est dotée d’un Comité diocésain des élèves dont les membres se sont exprimés ou ont recueillis des témoignages de camarades sur leur vécu de la période de confinement et d’école à la maison. Retour sur cette expérience insolite.

Maache, élève de Terminale

"Pour ma part, le confinement s’est bien passé : de nature casanière, je n'ai eu aucun problème à rester chez moi !

Je sortais de temps en temps pour faire les courses mais c'était rare, j'ai vite pris l'habitude de ne pas bouger de mon domicile et cela ne me dérangeait pas plus que ça. Ce confinement m'a permis de prendre soin de moi, de faire plus de cuisine, d'être plus proche de ma famille, de me réorganiser dans mon travail et surtout, il m'a permis de mieux me connaître.

En ce qui concerne les cours, j'ai eu quelques problèmes de connexion mais je gère quand même. Je fais tous mes devoirs en temps et en heure même si je ne reçois pas les informations qui se diffusent dans le groupe snap de la classe (car je n'ai pas snap), je suis le rythme comme je peux.

La chose la plus dure pour le moment c'est d'attendre les résultats de Parcoursup, c'est vraiment un supplice de se lever chaque matin et de se voir en liste d'attente, mais bon on n'a pas vraiment le choix. J'espère que de votre côté tout va bien. Je vous remercie de prendre de nos nouvelles régulièrement, ça fait plaisir à toute la classe !"

 

 

Aimie, élève de première.

"Du mardi 17 mars jusqu’au lundi 11 mai, nous étions confinés. Pour ma part, j’ai trouvé le confinement assez long. Avec mon frère et ma mère, quand nous ne travaillions pas, nous jouions aux jeux vidéo ou aux jeux de société. Heureusement qu’on vit dans une maison avec extérieur, car j’ai pu faire un peu de jardinage. Au niveau relation, avec ma famille on faisait des sortes de dîner en visio. Avec mes amis au lycée, quand on avait des travaux de groupes, on faisait des Face Time, mais aussi les week-ends où on parlait de tout et de rien.

Sur les réseaux, je prenais souvent nouvelle des gens avec qui je n’étais pas forcément proche, je parlais avec les gens qui en avaient besoin. Avec les professeurs, certains nous donnaient des cours en visuel, d’autre nous ont envoyé des mails. J’ai gardé contact avec quasiment tous mes professeurs. Les points positifs dans ce confinement c’est le rapprochement avec ma famille. Avant je sortais beaucoup et la voyais peu. J’ai pu améliorer ma relation avec un des membres de ma famille. En revanche, ce qui était négatif, c’est le fait que je ne vois pas mes amis. Une de mes amies avait déjà des soucis avant le confinement, et ça ne ce n’est pas amélioré.

Je ne pouvais pas faire grand-chose pour elle vu que je vis à l’opposé de là où elle vit. Pendant le confinement, je m’amusais à faire des gâteaux ou à tester de nouvelle recette, j’ai aussi amélioré mes techniques en dessin, et j’ai dépensé beaucoup d’argent dans des livres. J’ai rempli ma bibliothèque. Je passais beaucoup de temps à lire, dessiner ou appeler mes amis. A présent, je vis autrement. Je prends le temps de me faire plaisir, et je donne aussi du temps à ma famille. Je papote avec ma mère, bricole avec mon père, joue avec mon frère et fait du shopping en ligne avec ma sœur. Le confinement a changé beaucoup de monde.

Finalement, ce n’était pas une si mauvaise chose. Même si c’était long."

 

 

Anaïs, élève de 2nde

"Durant ce confinement, j’ai beaucoup maintenu le lien avec mes amis du lycée via les réseaux sociaux ou des appels en face time de temps en temps. Bien que nous ne puissions pas sortir, nous avons bien discuté, nous nous sommes entraidés (par exemple avec les devoirs, les leçons non comprises…). Pour ma part, ma famille est très importante donc oui j’ai maintenu le lien familial en prenant des nouvelles plus souvent qu’habituellement.

Avec les professeurs, j’avais juste le lien scolaire ce qui veut dire juste les profs qui prenaient de leur temps pour nous donner des cours en visio-conférences sinon le reste des professeurs (physique, espagnol…) j’avais aucunes nouvelles ou juste très peu puisqu’il y avait des devoirs à rendre ou non. J’ai trouvé le début du confinement très long car je n’étais pas habituée à rester chez moi sans sortir mais finalement je me suis rendu compte que c’était mieux pour tout le monde. J’ai appris à travailler toute seule sans l’aide de mes camarades, la plupart du temps sauf quand j’en avais besoin.

Cela étant, j’ai trouvé que discuter derrière un téléphone ou même faire cours derrière un ordinateur n’est pas top, je préfère quand même aller au lycée et être entourée de mes camarades. Je ne pensais pas arriver à rester confinée, pour moi ça me semblait impossible ! Mais par la suite je m’y suis adaptée. Après ces deux mois et demi confinée, je pense prendre plus de mesures de sécurité (me laver plus souvent les mains, me protéger quand je suis malade) mais sinon je pense sortir autant qu’avant dehors que ce soit avec mes amis ou juste pour me balader."

 

 

Noura, élève de 1ère

"Pour ma part au début du confinement je ne m'inquiétais pas du tout, je me disais que ce n’était pas très grave et tout cela aller vite retourner dans l’ordre, mais, après deux semaine j’ai commencé à me rendre compte que la situation était grave, qu’il y avait beaucoup de décès, etc... cela a développé de la crainte et de l’inquiétude en moi je me suis dit qu’on était loin de s’en sortir, même avec les cours j’étais complètement perdue au début tout était mélangé.

Mais au fur et à mesure du temps je me suis organisée dans mon travail, j’ai fait comme en cours, je notais tout dans mon cahier de texte, et puis je me suis adaptée et je me suis surtout habituée à cela. Aujourd’hui je me sens plus tôt bien, mais l’idée de retourner au lycée me met mal à l’aise car, d’un côté, il y a le risque de contamination et de l’autre il y a le rythme scolaire qu’il va falloir reprendre."

 

 

Emilie, élève de 1ère

"Au début, comme vous le savez j’avais du mal à faire les devoirs. Pas tant à cause de leur difficulté, mais par manque de motivation. Je faisais les devoirs dont j’avais envie sans problème, j’y passais même du bon temps. Les autres devoirs, je les faisais mais avec moins de motivation.

En Histoire et en Français j’ai vraiment eu un manque de motivation incroyable. J’ai, certes, participé à toutes les vidéoconférences, mais je n’ai pas rendu grand-chose. J’ai retrouvé la motivation il y a quelques temps, je rends tous les devoirs et participe à toutes les vidéoconférences.

Pendant le confinement, j’ai beaucoup chanté/écouté de la musique, j’ai regardé pas mal de séries, j’ai fait 4 semaines de sport (j’avais acheté un tapis quelques mois avant, heureusement !). J’ai participé aux diverses vidéoconférences, j’ai fait les devoirs et géré Parcoursup. J’ai aussi transféré plusieurs messages à la classe, j’ai proposé mon aide et répondu à beaucoup de questions. J’ai également passé des heures, des jours, sur le téléphone."

 

Melike, élève de Terminale

"Le confinement a été un moment rempli de remises en question. J’en ai profité pour établir un travail de réflexion, relativiser les choses, rester optimiste et ne pas perdre ma motivation et m’accrocher encore et encore jusqu’à la fin de l’année. Ce n’était pas toujours facile pour moi car il y avait des moments où clairement je me sentais comme si je n’avais plus cours et que c’était fini et je me forçais à faire un travail pour m’enlever cette impression.

Parfois j’en avais marre je pouvais plus supporter qui que ce soit et je préférais rester seule. Je pense le confinement a été bénéfique pour ma part, malgré certains jours qui ont été un peu durs, le confinement m’a permis de passer plus de temps avec ma famille, et je pense qu’il n’y a rien de plus important que ça car ça m’a apporté beaucoup de bien.
Un peu déçue de ne pas pouvoir revenir en cours à cause des transports en commun que je préfère ne pas prendre pour le moment...

D’ailleurs ce qui m’a énormément surpris de moi-même c’est que j’ai réussi à tellement optimiser la situation que je n’ai ressenti et je ne ressens toujours pas de stress pour les résultats de Parcoursup même si je suis en liste d’attente. Ma mère me trouve folle d’ailleurs elle stresse clairement à ma place.
Bon je pense j’ai assez écrit. Prenez soins de vous !"

 

Léa , élève de Terminale

"J’ai très bien vécu mon confinement, j’ai pu passer des moments avec mon père et mon frère. Au début du confinement, j’étais plutôt contente de pouvoir rester chez moi et de ne pas pouvoir sortir de chez moi, par contre vers la « fin » du confinement, le fait de rester chez moi, ne pas voir certains amis et d’être trop avec ma famille commençait à me peser. Voilà comment j’ai vécu mon confinement."

 

Félicia, élève de 2nde

"Au début, j’ai ressenti beaucoup de fatigue et l’envie de sortir, au fur et à mesure. J'avais tout le temps envie de dormir et je me couche vraiment tard, même maintenant, je n'arrive pas à me coucher tôt : j'ai beau essayer, ça ne vient plus.

Du coup vers le milieu, je commençais à saturer et enfin, vers la fin je ne pensais qu’à sortir… pour du sport ou autre. Niveau scolaire au début j'ai galéré mais après ça allait, même si ça reste compliqué de comprendre certains exercices sans que le professeur soit là.

L’aide reste toutefois possible en visio, même si je préfère les cours en face à face, car on peut mieux suivre alors que derrière l'écran c'est plus compliqué."

 

Violette, élève de Terminale

"Bonjour, j'ai très bien vécu le travail à distance, j’ai pu mieux gérer mon travail et donc ne plus avoir mes migraines au quotidien.  Je préfère ce système que d'aller en cours."

 

Lucie, en 6e.

"Le 15 mars notre école a fermé, pour certains c’était la fête mais pour d’autres c’était dur.

Je fais partie des personnes plutôt heureuses de se confiner… mais j’ai vite rencontré un problème… et oui je n’étais pas autonome ! J’avais besoin de quelqu’un à côté de moi pour m’aider, je ne savais pas travailler en autonomie et donc comme mes parents travaillaient, je ne m’attardais pas aux devoirs et je préférais m’amuser… mes parents m’ont remis dans le droit chemin car je m’éparpillais trop…il fallait qu’ils m’aident à m’organiser pour que je puisse travailler seule ; ils m’ont donc appris à me gérer.

J’ai mis beaucoup de temps à comprendre qu’il fallait que je me mette au boulot mais sinon mon confinement fut quand même cool. Ma grande sœur est revenue pour le confinement, nous nous sommes bien amusées ; des jeux, des dessins, des discussions et surtout la bonne humeur étaient au rendez-vous. Même s’il y a eu des hauts et des bas, le confinement a été aussi un moment pour se retrouver ensemble et nous amuser. Mon confinement s’est relativement bien passé mais bien sur j’ai hâte de retrouver une vie normale. Moi je me dis que c’est le destin qui a choisi que nous nous retrouvions dans cette situation."

 

Partagez cet article