Parents-école: une responsabilité partagée - Enseignement Catholique

Parents-école: une responsabilité partagée

À l’occasion de la Semaine du Réenchantement, l’Apel du Pas-de-Calais s’est mobilisé pour proposer des rencontres parents école, autour de sujets thématiques. A Hesdin, le 4 janvier, l’école Saint Joseph et le collège Notre Dame ont accueilli une trentaine de membres de la communauté éducative, parents, enseignants, personnel d’éducation, pour un atelier d’échanges sur l’autorité.

 

Parents d’élèves de collège et de primaire, enseignants et chefs d’établissements se mêlent pour former des groupes de quatre ou cinq. Ils tirent deux phrases d’une enveloppe. « Certaines sont volontairement provocatrices », prévient Violaine Bigot, présidente de l’Apel du Pas-de-Calais.   Attablée avec deux autres mamans, et un enseignant d’éducation physique, Valérie Coudeville, mère de deux collégiens et d’un élève de primaire, lit : « L’autorité, c’est pour le père » et « C’était plus facile avant ». Devant eux, des feuilles blanches et de grands post-it fluos, sur lesquels ils notent ce que leur inspirent ces phrases.

Ce soir-là, l’école Saint Joseph et le collège Notre Dame, à Hesdin (diocèse d’Arras), participent pour la première fois à une rencontre parent école. Sujet de la soirée : l’autorité. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre de la Semaine du Réenchantement, du 4 au 9 février, sur le thème « La responsabilité en partage » (voir verbatim ci-dessous). Avant de se mettre au travail, les participants sont conviés à un moment de convivialité, dès 19h, autour d’un pot d’accueil, suivi d’un dîner dans la salle de restaurant de l’établissement. L’occasion de se découvrir dans un contexte différent.

Pas de solutions toutes faites

La thématique a été choisie de concert par Elodie Duhamel, présidente de l’Appel d’Hesdin et les chefs d’établissement de l’école et du collège. « L’autorité est un sujet qui questionne autant les parents que le corps éducatif : face aux élèves d’aujourd’hui, on ne peut plus se positionner comme le sachant détenteur de l’autorité. Nous sommes d’ailleurs confrontés à des parents qui, eux-aussi, remettent en question notre autorité », souligne Franck Beuvin, directeur du collège.

L’objectif de la soirée n’est pas de présenter des solutions toutes faites. « Il s’agit de partager, sur le mode : et toi, comment tu fais ? », explique la présidente de l’Apel 62. Nathalie Colombel, venue avec ses deux filles, faute de pouvoir les faire garder, est pleine de doutes : « On croit bien faire, mais finalement on ne sait pas si nos décisions sont bonnes pour nos enfants ». A sa table, Martine De Jong, maman de quatre enfants abonde : « Avec les portables, les enfants sont tellement différents d’autrefois…  », souligne-t-elle. En face d’elles, Valérie Coudeville s’interroge : « Qu’est-ce que l’autorité sans violence ? » Matthieu Milbled, professeur d’éducation physique et sportive, aborde quant à lui l’autorité sous deux casquettes différentes : « En tant qu’enseignant, je bénéficie d’un cadre pour asseoir mon autorité, tandis qu’à la maison, avec ma fille, c’est plus difficile, alors qu’elle n’a que de trois ans ! » Chacun espère trouver des réponses à ses questions.

 

Vidéo de la psychologue Anne Baccus

Pour animer la séance, Violaine Bigot suit le fil conducteur d’un kit fourni par l’Apel national (voir encadré). Après une restitution du premier atelier par chacun des groupes, une vidéo de la psychologue Anne Baccus, est diffusée. Elle définit ce qu’est l’autorité et donne quelques conseils. Puis nouveaux travaux pratiques : cette fois, les participants sont invités à réagir à des scènes de la vie quotidienne. Parmi elles : « Votre enfant a tapé un camarade de classe. Vous n’êtes pas d’accord avec l’enseignant qui l’a réprimandé : mon enfant est encore petit ». « Nous sommes en plein dans la responsabilité en partage !, fait remarquer Violaine Bigot. Il est de notre responsabilité, en tant que parent, de respecter les règles de l’école, à qui nous déléguons notre autorité ». Pour conclure la séance, chaque groupe est invité à trouver une phrase de huit mots définissant l’autorité et à la partager avec les autres. Huit propositions que le directeur du collège prend en photo pour les partager avec le reste de la communauté éducative les jours suivants.

« La responsabilité en partage, une thématique qui nous interpelle en tant que parents »

Violaine Bigot, présidente de l’Apel 62

« La thématique de la responsabilité en partage nous interpelle évidemment en tant que parents d’élèves. C’est pourquoi avec François Holland, directeur de la DDEC d’Arras, nous avons invité les parents et les chefs d’établissement à se rapprocher. Des classes sont par exemple ouvertes aux parents cette semaine, à travers des ateliers de découverte. Dans d’autres écoles, un travail est mené de concert sur la charte éducative. En tant qu’Apel 62, nous avons également proposé aux établissements d’organiser des rencontres parents école. Il s’agit de soirée d’échanges, réunissant parents, enseignants et personnel d’établissement, sur un thème éducatif, que nous organisons à partir d’un kit fourni par l’Apel national. Ils s’en déroulent quasiment tous les soirs de la semaine dans le Pas-de-Calais ».

 

Partagez cet article

X