On a beau tuer les hirondelles

Accueilli en apprentissage dans un établissement de l'enseignement catholique agricole, Kaïrollah, un jeune afghan y a mis en mots son carnet d'exil, à l'aide des élèves et de l'équipe enseignante. Son histoire fait aujourd'hui l'objet d'un film documentaire diffusé ce lundi 12 novembre sur France 3 puis en replay.

« Ils peuvent tuer toutes les hirondelles, ils n’empêcheront pas la venue du printemps. » Ce proverbe afghan, Khairollah Alémi l’a fait sien.

Arrivé, en novembre 2014, à l’âge de 16 ans comme apprenti au lycée Iseta, à Poisy, près d’Annecy (Haute-Savoie), ce jeune Afghan a dû fuir à 11 ans son pays.

Parti à pied après la mort de ses parents, et laissant derrière lui un petit frère, Khairollah a sillonné le Pakistan, l’Iran, la Turquie, la Grèce et l’Italie avant d’arriver en France dans l’espoir de trouver une vie meilleure.

Dans l’établissement, les élèves ignorent tout de son histoire. Aline Nevez, professeur d’enseignement socio-culturel auprès des Bac pro Aquaculture, lui propose un jour de janvier 2015 de venir raconter son parcours devant ses élèves. C’est le choc pour ces lycéens français qui ont le même âge que Khairollah. Ils décident ensemble de retracer son histoire dans un Carnet d’exil, aujourd’hui publié grâce à une levée de fonds sur la plateforme Kisskissbankbank.

Un projet qui durera près de deux ans : interviews de Khairollah, retranscription détaillée de son périple, résidence avec un écrivain, cartographie de son exil, recherches sur l’ethnie Hazara dont il est issu, dessins des visages des passeurs dont il se souvient les traits...

Les caméras de France 3 ont assisté à cette rencontre forte entre ces adolescents aux trajectoires si différentes, à leur cheminement sur la question si politique des migrants... Le résultat est un documentaire à l’approche sensible et d’une grande finesse. Intitulé On a beau tuer les hirondelles, il sera diffusé lundi 12 novembre, sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, après Soir 3. Puis sera visionnable en Replay dans toute la France durant un mois sur le site : aura.france3.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez cet article