Mémoire des attentats de 2020

L'enseignement catholique s'associe à l'hommage rendu à l'enseignant Samuel Paty
dans les établissements scolaires, ce vendredi 15 octobre,
un an après son assassinat.

Il invite à ce que cette commémoration permette également d'honorer
l'ensemble des victimes du terrorisme.

Message adressé aux chefs d'établissement
de l'Enseignement catholique

Le 12 octobre 2021

 

 

Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

 

Le 16 octobre dernier, Samuel Paty, enseignant, était assassiné, victime d’un acte terroriste.

 

Nous invitons les établissements scolaires à s’associer à l’hommage qui lui sera rendu dans tous les établissements scolaires le vendredi 15 octobre.
Chaque chef d'établissement déterminera les modalités selon lesquelles les élèves, les enseignants et les personnels de l’établissement qu’il dirige seront invités à rappeler la mémoire de cet enseignant.

 

Cet hommage pourra aussi commémorer les victimes de l’attentat de Nice le 29 octobre 2020 ainsi que de l’ensemble des victimes du terrorisme.

 

À travers cet hommage, nous vous remercions de votre attention à manifester ainsi notre association à l’émoi suscité par cet assassinat, notre soutien à l’égard de l’ensemble des enseignants touchés par cet acte, notre solidarité envers toutes les victimes du terrorisme et leurs proches.

 

Nathalie TRETIAKOW et Yann DIRAISON
Adjoints au Secrétaire général
de l'Enseignement catholique

Outils pédagogiques en partage

Se recueillir, organiser un débat, parler avec les élèves de violence , de laïcité, de dignité, de fraternité ... Trouvez les ressources proposées par le Secrétariat général de l'Enseignement catholique le 2 novembre dernier.

 

« Samuel n’était pas croyant, mais il voulait comprendre la foi des autres»

Extraits du témoignage
de la soeur de Samuel Paty

dans la Croix du 10/10/2021

« Samuel était quelqu’un qui essayait de bien faire les choses. Ça lui tenait à cœur de faire réfléchir les élèves. Pas de leur faire ingurgiter les programmes.  (…)
Il avait lu le Coran. Samuel n’était pas croyant, mais il voulait comprendre la foi des autres et savoir ce qui était écrit et ce qui ne l’était pas.
(…)
Moi, en tant qu’enseignante, je n’aurais pas montré les caricatures. Ou alors pas celles-là. Parce que je ne suis pas très courageuse… Je n’aurais pas osé aller à l’opposition frontale avec certains élèves. Samuel l’a fait, parce que c’est un puriste. Elles étaient subversives ? Bien sûr, ce sont des caricatures. Elles allaient sans doute choquer ? Oui mais ce serait le point de départ d’un débat. Et puis… Quel intérêt de ne présenter que des choses lisses ?
(…)
Aujourd’hui je veux remercier tous ceux qui ont manifesté leur empathie et leur volonté que cela n’arrive plus.

 

 

 

A lire aussi le dernier dossier
du magazine Enseignement catholique Actualités n° 404 qui porte sur l'éducation à la citoyenneté
et la manière dont la laïcité se vit
en établissement catholique.

 

Partagez cet article

X