L’avenir à crédit?

Ce documentaire à charge sur la libéralisation des études supérieures dresse un panorama inquiétant de l'évolution du système à l’anglo-saxonne. Il décrypte la mécanique de la dette étudiante et interroge la compatibilité entre capital humain et croissance intellectuelle.
En pleine réforme les modalités d'entrée à l’université, et alors que le président de la République s’est exprimé sur l’organisation d’un grand pole d’enseignement et de recherche sur le plateau de Saclay, Public Sénat projette ce film pour introduire le débat sur le modèle français d'enseignement supérieur. À suivre ce samedi 11 novembre 2017.

 

L’économie de la connaissance, nouvel eldorado du néo-libéralisme?   C’est la conclusion de l’enquête menée dans six pays par Jean-Robert Viallet qui signe ici un documentaire à charge contre la marchandisation des études supérieures.

Alors qu'en France, les frais d’inscription en master dans les facultés publiques viennent d’être significativement relevés, le film analyse l’envolée spectaculaire des tickets d’entrées dans les universités britanniques dont l’accès n’est pourtant devenu payant qu’en 1997.

Comme aux États-Unis et en Chine, des témoignages poignants d’étudiants et des décryptages de chercheurs insistent sur le poids financier et humain de l’envolée de la dette étudiante.

Dans ces pays, le « droit à l’emprunt » s’est en effet substitué au droit à l’éducation, muselant une jeunesse rendue docile tout en faisant enfler une bulle spéculative qui annonce une crise comparable à celle des subprimes de 2008.

Dans le contexte inquiétant d’une compétition mondiale où des universités-entreprises s’affrontent à grand renfort de marketing, les modèles suédois et allemand qui entendent préserver les années estudiantines comme des espaces de liberté et de croissance humaine tranchent. Le film ne sort pas du clivage idéologique et il manque malheureusement des indicateurs de réussite pour étayer les postures humanistes des uns et les stratégies financières des autres.

Alors que la France, face aux difficultés financières de ses universités et à la concurrence d’un secteur privé en pleine dérégulation, avance vers une augmentation larvée de ses frais d’inscription universitaires, ce film a néanmoins le mérite de poser le débat.

Pour le poursuivre, il faudrait pouvoir comparer des critères combinés de performance d’employabilité, d’insertion sociale et d’épanouissement personnel, autres que ceux proposés par les classements internationaux… Comment promouvoir un souci d’excellence qui n’aboutisse pas à une course aux profits ni à une concurrence effrénée ? Comment éveiller la pensée critique et créative chez les jeunes tout en les préparant à devenir acteur du système? Comment concilier productivité des savoirs et développement du capital humain avec émancipation intellectuelle et progrès de l’humanité ? Autant de questions en suspens.

 

Diffusions sur Public Sénat:
Samedi 11 novembre à 23H30
puis
samedi 18 novembre à 22H

Quelle orientation pour l’enseignement supérieur ?
Après la projection du 11 novembre, Public Sénat organise un débat à 00h30, animé par Nora Hahami.

Invités :

Frédérique VIDAL - Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation
Danielle TARTAKOWSKY – Ancienne présidente de l’université Paris 8 (2012-2016)

Jimmy LOSFELD - Président de la FAGE 

Bernard RAMANANTSOA – Ancien directeur d’HEC Paris (1995-2015)

Sarah Pickard, Professeur de civilisation britannique, à l’Université Sorbonne Nouvelle

 

 

Après ces diffusions, le documentaire restera disponible en replay sur la plateforme de la chaîne

Des projections peuvent être organisées sur demande auprès de
m.devanssay@lejourduseigneur.com

 

 

Étudiants, l’avenir à crédit.
Film documentaire de Jean-Robert Viallet. 84 mn
Co-production CFRT –Arte France.
Le mini site

Partagez cet article