Le vade-mecum «La laïcité à l’école »

Le vade-mecum « La laïcité à l’école » envoyé par le ministère de l’Éducation nationale à tous les établissements le 30 mai 2018 ne concerne pas l’enseignement privé associé à l’état par contrat.

 

 

Pourtant non obligatoires en 5e, les cours de culture religieuse sont largement suivis par les élèves.Mercredi 30 mai, le ministère de l’Éducation nationale a envoyé, sans distinction à tous les établissements, un vade-mecum de la laïcité à l’école.

Fruit du travail du Conseil des sages de la laïcité, installé en décembre dernier, ce document précise la position de l’institution scolaire en matière de laïcité et de fait religieux» en réalisant un « recensement exhaustif de l’ensemble des atteintes au principe de laïcité dans les écoles et les établissements».
Son objectif : « établir des stratégies pédagogiques pour former à l’esprit critique et à l’enseignement du fait religieux ».

Tout en comprenant les enjeux de ce document le Secrétariat général de l’enseignement catholique confirme que que le vade-mecum « La laïcité à l’école » n’est pas applicable aux établissements d’enseignement privés associés à l'État par contrat, au nom de leur caractère propre.

Ce document, comme indiqué en page 3, ne concerne donc « que les établissements scolaires publics ».

 

L'École catholique promeut une laïcité d’intelligence et de respect. Le site de l’enseignement catholique propose une page et un document entièrement dédié à la déclinaison de ce principe dans ses établissements où elle s’articule nécessairement à leur caractère propre. Éclairages historiques, juridiques et philosophiques y posent les conditions d’une coexistence apaisée, qui évite l’écueil d’une laïcisation asséchante.

 

Téléphone portable : un choix d’établissement

Une loi adoptée à l’Assemblée le 7 juin 2018 interdit l’usage par les élèves du téléphone portable dans les écoles et collèges « sauf pour des usages pédagogiques » et dans les lieux où « le règlement intérieur l’autorise expressément », conformément à ce que prévoit le Code de l’Education depuis 2010. Il est à noter que cette disposition relevant de la vie scolaire et donc du caractère propre, ne s’applique pas aux établissements privés associés sous contrat avec l’Etat, qui choisissent de la mettre en pratique ou pas.
À signaler également que les députés ont supprimé un amendement qui prévoyait d'étendre l'interdiction de l'usage du téléphone aux enseignants et aux personnels des établissements scolaires.

Partagez cet article