Éduquer: un bonheur à partager

La direction diocésaine de Nanterre propose à ses parents d’élèves d’accompagner leur reconversion professionnelle dans l’enseignement. L’initiative rencontre un succès inespéré avec 88 candidats à un stage d’observation de cinq semaines qui commence en ce début d'année 2017.

Retrouvez ci-contre, des témoignages d'enseignants venus d'autres horizons professionnels.

Témoigner de la beauté du métier d’enseignant, y sensibiliser à travers des questions de sens autour de la transmission et susciter des vocations. C’est le pari réussi de l’enseignement catholique des Hauts-de-Seine. Plus de 200 parents d’élèves intéressés par une reconversion professionnelle dans l’enseignement, ont répondu à sa campagne « Enseignant, pourquoi pas vous ? ». Tous ont été conseillés pour bâtir et affiner leur projet. Parmi eux, 88 candidats à la reconversion effectueront, à la rentrée des vacances de Noël, un stage d’observation perlé de cinq semaines.

salle profsLa quasi-totalité des 72 établissements catholiques de la DDEC 92 a accepté d’accueillir ces stagiaires d’un genre nouveau dont les deux-tiers se projettent plutôt dans le second degré. Chacun suivra un enseignant-accompagnateur, en classe comme en réunion de parents ou de concertation, sur des tranches horaires « à la carte » compatibles avec son activité représentant quatre demi-journées par semaine. Un temps d’échanges hebdomadaire participera à la découverte de l’intégralité du métier, depuis la préparation de cours jusqu’à l’évaluation en passant par la gestion de l’hétérogénéité, l’assise d’une posture d’autorité et le partage de la vie de la communauté éducative. Avec, à la clef, « l’objectif de donner un cours mais surtout, d’avoir expérimenté le réel du métier et de prendre goût à l’enseignement. Les réunions d’informations organisées par notre comité de pilotage composé de chefs d’établissement, d’enseignants reconvertis et de membres de l’Apel ont déjà donné lieu à de belles rencontres et l’envie de sens ajouté à la connaissance préalable de notre projet éducatif comme parents d’élèves donnent une valeur ajoutée importante à ces personnes volontaires pour s’investir dans l’enseignement catholique. À nous de les aider au discernement de manière à transformer ces projets de reconversion en véritables conversion !», s’enthousiasme Xavier de La Villegeorges, Directeur diocésain adjoint.

Cette initiative, s’inspire d’expérimentations menées au sein des établissements du réseau Saint-François-Xavier (Centre Madeleine Daniélou de Rueil) et le Lycée Notre-Dame-de-Boulogne. L’intérêt suscité dépasse les espérances : « Nous avons dû provisoirement fermer le site dédié face à l’afflux des demandes qui commencent d’ailleurs, via le bouche à oreille, à excéder le cercle des parents d’élèves. Si certains candidats n’ont pas pu être retenus faute de disposer d’un niveau de licence validé et si d’autres ont reporté leur projet de reconversion, nous espérons des retombées positives, dans un contexte de recrutement tendu. Certains candidats ont aussi été aiguillés vers des suppléances, les besoins en la matière étant très importants, dans tout le 1er degré et dans les matière scientifiques pour le second degré (sciences physiques, maths, SVT, technologie)», détaille Céline de Briançon, responsable des ressources humaines de la DDEC 92.

Cette politique volontariste, à la hauteur des besoins du diocèse qui doit recruter une centaine de nouveaux enseignants chaque année, s’intéresse prioritairement à la qualité de l’engagement des futurs enseignants : En ce sens, cette initiative, facilement transférable, contribue à partager plus largement mais aussi plus profondément le bonheur d’éduquer.

 

« Enseignant, pourquoi pas vous ?»,
campagne à retrouver sur le site de la DDEC 92.

Les lycéens, en ligne de mire aussi

L’autre volet de la campagne Enseignant pourquoi pas vous, engagé l’an dernier, a pris la forme d’une enquête en ligne réalisée auprès des 3500 lycéens du diocèse. Un tiers d’entre eux, soit 540 élèves, ont déclaré envisager une carrière d’enseignant, notamment par admiration pour certains enseignants. « Il s’agit maintenant de leur proposer de vivre des expériences pouvant confirmer cette envie en développant les nombreuses modalités de tutorat déjà en vigueur dans les établissements (aide aux devoirs, lecture suivie aux élèves du primaire…). Nous avons aussi perçu leur souhait d’entendre des enseignants exprimer leur joie et de ce qui les anime. À cette fin, une vidéo de témoignages se prépare et la participation des enseignants aux forums des métiers devrait s’accroître », complète Xavier de La Villegeorges.

Partagez cet article