Un dialogue constructif avec le ministère

Les responsables de l'Enseignement Catholique ont rencontré le 1er juin dernier Jean-Michel Blanquer le nouveau ministre de l'Education Nationale qui a appelé l'Enseignement Catholique à être aux avant-garde du volontarisme pédagogique.
Pierre Marsollier, délégué chargé  des relations politiques au sein du secrétariat de l'Enseignement Catholique faisait partie de la délégation.
Au micro de Stéphanie Gallet, il revient sur ce temps d'échange avec le nouveau ministre. Un moment important qualifié d'extrêmement positif.

Pierre Marsollier, délégué général des relations politiques

«  Un climat très constructif, très facile de premiers échanges. On s’est mis très rapidement d’accord sur des intuitions partagées autour d’une école de la confiance pour aborder les sujets, difficiles de l’éducation, mais sous un angle assez optimiste. Nous avions plaidé pendant les élections pour ne pas sombrer dans le discours de la déploration de l’école et sur ce point on s’est vite retrouvé. On s’est retrouvé aussi sur l’idée qu’il y a besoin d’un moment d’innovation éducative et pédagogique et qu’il faut s’en donner les moyens. Autour de cela, le climat était constructif et au travail !

Nous n’avons pas plaidé pour une grande réforme mais la conviction que de nombreux petits pas peuvent être faits en particulier autour de l’idée d’un assouplissement d’un certain nombre de règles, d’un certain nombre de décloisonnements, d’une gestion plus souple, des éléments qui sont aujourd’hui très contraignants avec un certain nombre d’entraves administratives. Puis, se redire que l’autonomie des établissements n’est pas une option idéologique, elle est d’abord une méthode de travail et pour aller vers cet assouplissement, conférer plus d’autonomie est certainement le bon chemin.

Innovation, autonomie… et un autre mot est revenu régulièrement dans la bouche du ministre, car il lui est très cher, et il va avec les deux premiers, c’est cette idée d’expérimentation. Faire avancer le système par des petits pas, sur la base du volontariat, pour ceux qui souhaitent expérimenter telle ou telle méthode, telle ou telle façon de s’organiser, telle ou telle organisation du temps scolaire »

Partagez cet article