Service civique: un engagement et une ouverture

Alors que le dépôt des missions destinées à accueillir des jeunes en service civique dans les établissements catholiques se clôture le 16 mai 2017, Aurélia de Saint-Exupéry, secrétaire générale de la Fnogec, fait le point sur un dispositif gagnant-gagnant pour les volontaires comme pour les structures d'accueil.

 

«  Les missions de volontariats du service civique ne sont pas des missions faites par des salariés. C’est un engagement le service civique ! Il est important de souligner que ce ne sont pas les diplômes qui comptent pour accomplir un engagement de service civique, pas de condition de diplôme et le savoir-être est aussi important que le savoir- faire.

Nous avons neuf axes de missions. Dans le domaine de l’environnement, pour aider, par exemple, un établissement à mettre en place un système de tri des déchets, nous avons aussi beaucoup de missions en lien avec la santé pour participer à l’information et à la prévention des risques liés à l’addiction ou participer à des actions en faveur de l’éducation à la nutrition. Autre axe de mission, le sport, participer au développement d’une nouvelle activité sportive, sensibiliser les élèves à la pratique d’une activité physique. Ce qui est important, c’est que c’est une forme d’accompagnement de pairs par les pairs parce que les jeunes qui s’engagent ont entre 18 et 25 ans et ils côtoient eux même des jeunes scolarisés entre 6 et 18 ans.

 

«  L’engagement civique est quelque chose de très important pour nous, nous sommes au service de l’intérêt général et la mission de service civique est bien une mission d’intérêt général. Dans nos écoles qui deviennent à la fois fondamentalement service d’Église et service de la Nation, puisque nous sommes associés à ce service public de l’Éducation nationale, et nous sommes très attachés à la notion de servir l’intérêt général que nous appelons aussi « le bien commun ». La deuxième chose c’est que ça nous ouvre à une mixité sociale puisque l’on accueille des jeunes qui sont différents des jeunes accueillis en tant qu’élèves et nous recherchons cette mixité par volonté pastorale ; l’enseignement catholique est ouvert à tous. On dit souvent que c’est parce que nous sommes associés par contrat à l’Etat mais c’est beaucoup plus fort que ça : il y a une volonté de l’ouvrir à tous, ce service civique.»

Partagez cet article