Se reconvertir dans l’enseignement

Xavier de la Villegeorges, directeur diocésain adjoint de Nanterre, témoigne du succès d’une campagne de recrutement lancée dans son diocèse auprès des parents d’élèves dont 88 effectuent cette année un stage de découverte de cinq semaines dans l’optique de préparer les concours de l’enseignement.

Xavier de la Villegeorges, directeur diocésain adjoint 92 «  Nous avons envoyé un mailing « Enseignants, pourquoi pas vous ? » en début d’année à l’ensemble des familles de notre diocèse, 26 000 familles. Nous devons répondre à une demande accrue d’enseignant dans nos établissements et ils nous paraissaient intéressant d’interroger les familles, c’est-à-dire ceux qui nous confient leurs enfants dans nos établissements, qui ont une activité professionnelle et qui pourraient envisager une reconversion. Sur le courrier envoyé, il y avait deux points importants : un profil avec une formation intellectuelle qui permet d’intégrer le corps des enseignants titulaires, de passer les concours et des personnes qui répondent à cette dynamique de l’enseignement catholique autour d’un projet spécifique. »

Stéphanie Gallet «  88 personnes ont répondu positivement et elles sont en train de participer à un programme d’observation dans un établissement. »

Xavier de la Villegeorges «  En décembre, ils ont eu un entretien avec le chef d’établissement qui allait les accueillir. L’ensemble des établissements et des chefs d’établissement se sont portés candidat pour être établissement d’accueil. Puis une préparation de l’emploi du temps spécifique à chaque stagiaire et à l’heure actuelle la démarche est en cours. Chacun a fait part de la formation universitaire qui est la sienne pour mieux cerner la matière qu’il pourrait être amené à enseigner. Nous avons aussi lancé sur l’ensemble du diocèse des stages « perlés » pour leur permettre de se libérer, comme ils sont en activités, dans la journée ou dans la soirée pour participer bien évidemment à des cours, pour leur permettre d’être accompagné par un professeur tuteur ou accompagnateur, nous aimons bien ce terme, pour découvrir le métier, l’enseignement en propre, la préparation des cours, la préparation des évaluations, les corrections mais aussi et cela nous paraît important, la vie au sein d’une équipe car dans l’enseignement catholique c’est ce qui plait beaucoup, c’est le travail d’équipe. »

Les stagiaires se retrouveront le 1er février prochain pour faire le point avec les accompagnateurs et les chefs d’établissements pour décider ou pas de concrétiser cette reconversion en passant les concours.

Partagez cet article