Réenchanter le Nous

Chaque premier vendredi de l’Avent, l’enseignement catholique propose, avec ces Rendez-vous de la Fraternité, un temps de ressourcement à ses communautés éducatives. Présentation de la journée du vendredi 2 décembre 2016 avec Yves Mariani, coordinateur du projet « Réenchanter  l'École» qui a participé à la conception du Web documentaire «Réenchanter le Nous »

Stéphanie Gallet : «  C’est un rendez-vous rituel, chaque premier vendredi de l’Avent, l’enseignement catholique propose, avec ces Rendez-vous de la Fraternité, un temps de pause et d’échange pour lutter contre la superficialité et la dispersion propres parfois à notre époque. Présentation de la journée de vendredi avec Yves Mariani, coordinateur du projet « Réenchantement de l’école »

Yves Mariani : «  L’ensemble des établissements et l’ensemble des communautés éducatives sont invités à faire une pause, à arrêter les cours, pour permettre de s’asseoir, de se rencontrer, de prendre du temps ensemble autour de cet axe d’année, particulièrement important, grand enjeu d’actualité aujourd’hui, qui est ce que l’on a appelé « Réenchanter le nous ». C’est à dire une école qui forme d’abord et avant tout des personnes à vivre ensemble et à avoir un projet ensemble. Ça concerne toute la communauté éducative. Les enseignants bien sur, mais le personnel éducatif et aussi les parents que l’on oublie souvent et qui sont une composante très importante pour nous et qui ont toute leur place et évidemment les élèves. »

 Stéphanie Gallet : «  La journée de vendredi lancera une dynamique de réflexion sur réenchanter le Nous. Des précisions. »

 Yves Mariani : «  Rapidement, il nous est apparu, qu’il fallait que l’on sorte l’école, un peu d’un enfermement et qu’elle soit à l’écoute de la société. Aujourd’hui, ces enjeux de vie collective, de bien commun, de vivre ensemble sont des enjeux essentiels dont l’école est forcément partie prenante et on s’est dit, particulièrement après la parution de « Laudato Si» et pour nous, la publication du texte des évêques il y a quelques semaines a été tout à fait déterminante, comment concrètement on peut penser un établissement comme une maison commune ? Comment faire de l’établissement un lieu où chacun à sa place, participe et est reconnu ? »

Partagez cet article