Plan d’action pour la protection de l’école

Jérôme Brunet, adjoint au secrétaire général de l'enseignement catholique décrypte le plan de protection du ministère de l'Éducation nationale qui ne s'applique pas dans son intégralité dans l'enseignement catholique comme aux établissements publics.

Suite à l’agression d’une enseignante du lycée Edouard Branly à Créteil, avant les vacances de la Toussaint, le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer a annoncé, le 31 octobre dernier, la mise en place d’un Plan d’action pour la protection de l’école qui s’adresse aux établissements publics.
Il répond à un nécessité de protéger les personnes au sein des établissements, de les accompagner lorsqu'elles sont confrontées à des situations difficile.

Les établissements catholiques d’enseignement ont la liberté de s’inspirer des différentes mesures contenues dans le plan d’action, dont seuls deux points particuliers les impactent directement : les modalités de signalement des faits de violence et la contribution à l'enquête de victimation.

Partagez cet article