Je filme le métier qui me plait

L’Enseignement catholique s’intéresse à tous les publics et est présent sur tous les segments de la formation professionnelle. Ses établissements concouraient déjà de longue date au concours vidéo vidéo "Je filme le métier qui me plaît" qui rpopose aux élèves de s'essayer à la réalisation filmique en découvrant le monde professionnel. Cette année, il participait au jury présidé par le réalisateur Costa-Gavras.

 

Jean-Marc Petit, délégué général de Renasup et chargé des questions d'orientation pour le Sgec
était membre du jury de Je filme le métier qui me plaît.

 

«  Ce concours offre aux établissement l'occasion de se mobiliser autour d’un projet, qui touche aux métiers, c’est à dire au choix d’orientation que les jeunes vont devoir faire. Dans ce festival, «  je filme le métier qui me plait » il y a des jeunes de tous horizons, en formation agricole, des élèves de collège qui ne savent même pas encore quel type d’études ils pourront faire demain et approcher ce monde des métiers c’est quelque chose d’intéressant. Par ailleurs, comme il s’agit de produire un clip scénarisé, il faut mobiliser le prof de français, le prof d’arts plastiques, le prof de technologie…donc c’est très mobilisateur pour les jeunes et pour les enseignants. Tout ce qui peut contribuer à une dynamique d’établissement est porteur pour la démarche d’apprentissage des jeunes.

«  Avec le prix que nous avons remis, il s’agissait de montrer que le métier d’agriculteur, ce ne sont pas les images d’Épinal que l’on nous montre. Il s’agit de montrer que c’est un métier moderne, que l’on utilise des techniques modernes tant du point de vue du matériel que du management et de la gestion. Ce sont des métiers assez complets. L’objectif de ce clip, et c’est pour ça que nous l’avons récompensé, c’était de montrer que les métiers de l’agriculture qui sont, parfois, vu de loin et présenté de façon désuète sont en fait des métiers totalement dans la modernité du point de vue économique et social. »

Partagez cet article