Forum des initiatives solidaires

Louis-Marie Piron, délégué de l'Enseignement catholique aux affaires internationales

 

« L’objectif du Forum était de rassembler à la fois des établissements qui présentaient des initiatives de projets de solidarité que ce soit de la solidarité locale ou de la solidarité internationale et des associations qui ont des outils pour faciliter la mise en œuvre de ces projets. Et puis nous avons ajouté à cela un certain nombre d’entreprise qui présentait leurs initiatives de solidarité pour montrer que la solidarité ne s’arrête pas à la sortie de l’école mais qu’elle peut se vivre tout au long de la vie professionnelle et personnelle. Pour les Trophées iniSia, 50 établissements ont proposé des projets et le jury en a retenu quinze. Cette quinzaine de projet a été dotée d’une contribution financière allant de 1000 à 4000 euros. Les projets allaient de projet d’électrification d’école au Sénégal, des cours de secourisme au Cambodge avec des élèves ou un jardin solidaire partagé avec des migrants ici en France. L’idée, à travers les trophées, était de valoriser des projets qui portent un certain nombre de critère que l’on veut mettre en avant comme l’intégration au projet de l’établissement, la prise en compte véritablement d’une rencontre avec les personnes qui sont concernés par le projet et nous avons pu mettre en valeur certains de ces projets par à une dotation financière grâce à la Fondation Saint-Matthieu et à la fondation Caritas qui ont abondé les bourses.

Christian de Boisredon était le grand témoin de cette journée. Il a présenté son expérience et ses convictions en faisant rimer la solidarité avec la créativité, avec l’initiative, avec l’inventivité, et nous a montré que la solidarité n’était pas uniquement une question de gros sous ou une question de dons de gens qui ont plus de moyens vers des gens qui ont moins de moyens mais que l’on pouvait faire de la solidarité à tous les niveaux, avec tous les moyens, ici ou plus loin. Les jeunes ont envie de s’engager dans la solidarité, à condition qu’on leur fasse confiance, c’est le message que Christian de Boisredon a fait passer, et qu’on leur montre que la solidarité est un moyen de donner de l’espérance à eux mais aussi aux gens envers lesquelles la solidarité est destinée. »

Avec cette journée l’enseignement catholique redit que les projets de solidarité font partis de l’ADN des ses établissements.

Partagez cet article