Portes ouvertes virtuelles et inscriptions à distance

Alors que le protocole sanitaire durcit les conditions d'accueil des parents dans les établissements et interdit la tenue des portes ouvertes en présentiel, les établissements tirent les leçons du confinement du printemps 2020 pour aborder cette deuxième campagne d'inscription en mode Covid.

Au printemps 2020, nombre d'établissements ont tiré la sonnette d'alarme avec des prévisions d'effectifs en berne pour la rentrée. L'état de paralysie engendré par le confinement n'est certes plus le même... Mais cette année, l'impact économique de la crise sanitaire, couplé à l'impossibilité de recevoir les familles et à tenir des portes ouvertes rend malgré tout la situation délicate.

Heureusement, les établissements ont tiré les leçons de l'an dernier et anticipé des outils de communication adéquats: leurs site Internet affichent en une la procédure et les contacts pour les inscriptions. Leurs portes ouvertes prennent la forme pour beaucoup, de véritables événements digitaux avec conférences en ligne et visites virtuelles d'établissement.

Ils peuvent communiquer aussi sur les mesures de solidarité déjà prises et à venir envers les écoles et les familles fragilisées financièrement  (Lire ici).

Nombre de directions diocésaines enfin continuent, comme ils l'ont fait l'an dernier dans l'urgence, à orchestrer une campagne d'inscription pour les établissements de leur territoire. C’est par exemple le cas à la DDEC du Puy-en-Velay qui dispose d'un annuaire diocésain ou celle de Saint-Brieuc qui mutualise aussi, sur son site, les pages de présentation des établissements (par options ou thématique (bilingue, section européennes, sections sportives, internats…) et est très active sur les réseaux sociaux. Idem pour la DDEC de Nantes qui a lancé une plateforme qui centralise les sites de ses 350 établissements, de la maternelle au post-bac ainsi que leurs visites virtuelles.

 

Lycée pro et agri en pointe

Dans ce domaine, lycées professionnels et agricoles se sont montrés particulièrement pro-actifs en terme de communication, sur les spécificités de leurs établissements comme sur leur réforme en cours. Exemple à Talensac à Nantes (voir ci-dessous) ou à Notre-Dame à Vannes.

Réussir ses portes ouvertes à distance

 

Acteurs à associer, choix du calendrier et d’horaires décalés, éléments de communication à privilégier et à articuler entre l’établissement et le niveau diocésain… Pour aider les équipes à élaborer et donner un maximum de visibilité à leur campagne d’inscription pour la rentrée 2020, un groupe de travail composé de référents numériques a été missionné par le département Education du SGEC sur la question de l’organisation de portes ouvertes à distance. « L’objectif est d’aider à repenser simplement et concrètement ces événements en raison du confinement pour donner l’occasion de vivre de vraies rencontres pleinement humaines », explique Mickaël Gac, chargé de mission au département Education. Du réinvestissement des contenus vidéos existants pour proposer la découverte virtuelle de l’établissement à l’organisation de rendez-vous en visioconférence, la note de synthèse diffusée aux directeurs diocésains fin avril propose un vademecum basé sur les « incontournables » à ne pas manquer -en termes méthodologique, technique et organisationnel-, pour réussir ce rendez-vous.

 

D’autres établissements misent sur instagram, twitter, des spots publicitaires radiophoniques ou encore des portes ouvertes virtuelles largement relayées sur les réseaux sociaux. A l’invitation de Philippe Poussin, directeur général du Cneap, à préparer le jour d’après, une page facebook dédiée recense ainsi des dizaines de visites virtuelles d’établissement agricoles privés. Des découvertes à faire aux quatre coins de la France, depuis chez soi !

 

Partagez cet article

X