EARS : une session pour oser

Obligatoire depuis 2003, à raison de trois séances annuelles dès le primaire, l’éducation affective, relationnelle et sexuelle (EARS) reste le plus souvent à la porte de l’École. Seule la formation peut aider les équipes à se lancer sans crainte.

Par Virginie Leray

Maëlle Challan-Belval commente le jeu de rôle où les participants à la formation simulent une séance d'EARS avec des élèves.
Maëlle Challan-Belval commente le jeu de rôle où les participants à la formation simulent une séance d'EARS avec des élèves. © V. Leray

Groupe scolaire Saint-Jean-de-Passy, à Paris (XIVe arr.), le 15 octobre. Maëlle Challan-Belval introduit un jeu de rôle devant une dizaine d’infirmières et de psychologues scolaires d’Île-de-France. Il s’agit de mimer une séance d’éducation affective relationnelle et sexuelle (EARS) avec des élèves. « C’est sûr qu’on risque de vous demander votre position sur les positions !, prévient d’emblée la fondatrice de Comitys, organisme de formation et cabinet de conseil conjugal et familial. Mais il ne faut pas vous laisser déstabiliser par une question choquante. Il n’y a que des “questions cadeaux”, puisqu’elles offrent toutes des occasions d’échange. Il s’agit de privilégier l’écoute, sans se laisser envahir par son propre rapport au sujet. Sans perdre de vue ce que vous voulez transmettre… »

En cette dernière après-midi d’une formation de deux jours, il s’agit donc de travailler, voire parfois de découvrir, l’art de l’animation collective et de mesurer au passage les écarts de perception entre adultes et élèves.

Maëlle Challan-Belval a concocté un scénario au plus proche des préoccupations des jeunes, grâce à des questions recueillies au gré de sa propre pratique en milieu scolaire. Très vite, bégaiements et fous rires témoignent de la difficulté de l’exercice : « Les jeunes testent les adultes qui doivent donc avant toute chose asseoir leur propre posture, explique-t-elle. Et l’on sort du piège des questions techniques, en lançant une réflexion sur la notion de consentement et la définition d’une relation épanouie ».

Pour Florence Nicot, psychologue scolaire dans un établissement parisien, « cette formation nous permet de nous sentir plus légitimes pour intervenir auprès d’élèves… tout en réalisant combien ces sujets ne tolèrent aucune improvisation ». Et d’ajouter : « Nous avons compris combien il est important de poser un cadre d’intervention sécurisant et de définir les termes abordés. »

Son objectif : utiliser cette expertise pour lancer un comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté, instance normalement obligatoire dans tous les établissements scolaires. C’est le lieu idéal pour croiser les regards et travailler leur indispensable articulation : entre contenus d’enseignements (de la reproduction en sciences de la vie et de la Terre jusqu’aux poèmes amoureux en français) et approche pastorale. Mais aussi entre intervenants extérieurs et propositions faites en interne.

Ce « souci de reliance » préside aussi à la réorganisation du parcours EARS, en cours à Saint-Jean-de-Passy. Blandine Peltier, infirmière dans cet établissement, a d’ailleurs particulièrement apprécié « le ton décomplexé et la vision positive de Maëlle Challan-Belval ». « Son naturel met en confiance et son mode de transmission est très interactif », note l’infirmière. Et, en effet, la formation a alterné apports conceptuels, mises en situation ou analyses de cas concrets et présentation d’un large éventail de supports pédagogiques, parfois issus de la culture jeune (voir encadré).

Cet outillage permet aux éducateurs de s’acquitter de leur obligation légale en matière d’EARS (trois séances annuelles à chaque niveau de classe dès le primaire), avec plus de passion que d’appréhension. Pour en finir avec « les ennuyeux cours de plomberie sexuelle et accompagner davantage les jeunes dans la construction de choix de vie épanouissants. »

La boîte à outils de Comitys 

Comitys, l’organisme de formation créé par Maëlle Challan-Belval, a ouvert un site Internet riche en ressources pédagogiques. On y trouve de nombreux supports pour l’éducation affective, relationnelle et sexuelle (EARS), assortis de canevas d’exploitations pédagogiques, permettant de s’approprier ces outils et de les ajuster aux besoins : clips musicaux, derniers ouvrages parus, vidéos de prévention ou sketchs humoristiques… Cette diversité reflète la richesse de l’approche de Maëlle Challan-Belval, qui allie son expertise de conseillère conjugale, d’éducatrice EARS et de formatrice de professionnels en compétences psychosociales. Cette dernière dispense aussi des formations sur l’estime de soi.

Les ressources pédagogiques : du site comitys.com

eca370Issu du magazine Enseignement catholique actualités n° 370, décembre 2015 - janvier 2016

À retrouver dans l'ECA n° 370

Partagez cet article

X