Bacheliers pro en BTS : les expérimentations du ministère en question

Quid des bacheliers professionnels dans l’enseignement supérieur? Après les quotas, un accueil prioritaire sur décision rectorale est engagé dans cinq académies. Cette logique d'affectation qui va à l'encontre du libre choix des familles et de l'établissement interroge l'enseignement catholique.

enseignement supérieur

En conférence de presse de rentrée le 19 septembre dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est revenue sur la question très attendue des bacheliers professionnels dans l’enseignement supérieur. « La progression de leur nombre dans les effectifs accueillis en STS est encore modeste, mais réelle : en 2013, 32% des admis en STS étaient des bacheliers professionnels contre 39% en 2015 », a soutenu Najat Vallaud Belkacem, réitérant sa demande aux recteurs que cette progression soit amplifiée pour atteindre au total une amélioration de 10 points au niveau national. Suite à la décision prise après le rapport Lerminiaux « de ne pas avoir de filière post-bac spécifique pour les bacheliers professionnels », la ministre a annoncé la création de 2000 places nouvelles en STS à leur attention chaque année pendant 5 ans. Pour la 1e année, ces 2000 places vont être réservées à cinq académies expérimentales (Rennes, Lille, Dijon, Amiens, Besançon) au sein desquelles « les bacheliers professionnels pourront par dérogation, être admis dans les STS par décision du recteur d’académie prise au vu de l’avis (favorable) rendu par le conseil de classe ». Qu’en est-il pour l’enseignement catholique ? En sera-t-il comme l’y invite le recteur de Rennes ou non ? « Ce dispositif expérimental, prévalant sur le classement APB, nous pose problème à plusieurs titres », indique Yves Ruellan, président de Renasup, « au nom d’abord de la Loi Debré et du libre choix mutuel famille et établissement incompatible avec le principe d’une affectation administrative, mais aussi de la mixité de recrutement - entre filières générale et professionnelle - que nous défendons et qui font la richesse de nos BTS ». Une piste possible d’association à l’expérimentation semble toutefois émerger : « l’idée serait de garantir l’accueil à tout jeune ayant formulé sur APB une demande en BTS dans l’un de nos établissements, mais dans une logique d’entretien individuel d’orientation préalable au choix de la filière comme de la structure d’accueil. »

Partagez cet article

X