Webinaire : vers une conversion éducative

Après trois semaines de confinement et dans l'incertitude quant aux modalités de la sortie de la crise saniatire, annoncée à partir du 11 maiprochain, ce Webinaire, donné le vendredi 10 avril 2020, invite à tirer les premières leçons de cette expérience déstabilisante de dé-maîtrise. Joseph Herveau et Benoit Skouratko, du département Education du Sgec, fournissent ici de premières pistes pour avancer vers une conversion éducative.

« Non pas ce que je veux mais ce que tu veux », se positionnant à lumière pascale de ce
vendredi Saint, Joseph Herveau, en charge de l’animation pastorale pour le département
éducation du Sgec a invité chacun à sortir de l’urgence subie pour cheminer vers le
changement consenti. Pour ce faire, il a encouragé à mettre à profit l’épreuve du
confinement pour identifier nos peurs -du manque, du vide- pour tirer leçon de ce qu’elles
révèlent de nous. IL s’agit, pour les éducateurs d’entrer dans un nouveau style de relation
éducative marquée par une adaptation plus forte aux besoins et aux envies des jeunes.

Une relation qui serait imprégnée de confiance et davantage centrée sur les personnes que sur
les savoirs à transmettre.
Accepter de changer, prendre ses distances avec une société du trop-plein, trop bien,
trop vite pour se recentrer sur l'essentiel, c’est aussi oser inventer de nouveaux repères
spatio-temporels. C’est enfin accepter de donner toute leur place aux peurs, aux limites
et aux fragilités humaines, par exemple en priorisant son attention sur les 8 à 10% de
jeunes « perdus de vue » en menace de décrochage.

 

Benoit Skouratko, coordinateur du pôle lycée du Sgec, a poursuivi le propos en détaillant les leviers éducatifs permettant de réaliser cette conversion éducative.
L’enjeu majeur pointé est de s’attacher à faire vivre la continuité éducative autant que pédagogique en donnant du sens, en gardant le lien mais aussi en accompagnant dans la confiance et équipe.
Sur ce dernier point notamment, il a insisté sur le besoin de réinjecter de la concertation et du pilotage au niveau de cette continuité défi relevé par les enseignants dans l’urgence et dans une forme de solitude qui peuvent sur la durée s’avérer délétère. Comment gérer la respiration des vacances, instaurer des temporalités qui ne soient pas dévorante, trouver de nouvelles modalités d’interactions avec les élèves… pour ne pas risquer de s’essouffler, les multiples initiatives en la matière doivent être davantage mutualisées et mieux partagées et relayées entre les divers acteurs que sont les autres enseignants, les APS, les personnels de vie scolaire mais aussi les familles.

Pour cela, des temps de concertation en équipe doivent reprendre toute leur place. Autre point développé : la non validité des notes de confinement offre selon Benoit Skouratko l’opportunité de repenser l’évaluation en termes d’accompagnement. Il a pointé la réceptivité des élèves à identifier des critères d’amélioration à entrer dans une dynamique d’évaluation formative introduisant une part de co et d’auto-évaluation.

Partagez cet article