Tous à vos écrans de poche !

infilmement-petit-imagePour son édition 2017, le Festival Infilmement Petit qui récompense des productions vidéos réalisées par des lycéens de l'enseignement catholique, s'est délocalisé dans plusieurs régions. Une manière de diffuser plus largement la réflexion qu'il occasionne sur la mécanique de la création visuelle. Le prochain rendez-vous national au Sgec se tiendra le 7 avril 2018, sous le nom de Façonneurs d'images. les inscription seront ouvertes prochainement.

images-faconneurs-numerique

A vos smartphones, tablettes et autres écrans de poche! Le Festival Infilmement Petit se démultiplie pour cette 6è année d'existence. S'il continue de récompenser les meilleures productions vidéos réalisées par des lycéens de l'enseignement catholique, cette édition donnera lieu à plusieurs manifestations en région. Pour démultiplier cette occasion de réflexion sur la mécanique de la création visuelle.

Le rassemblement national auquel il a encore donné lieu le 2 avril 2016 avait réuni cinquante-quatre lycéens de toute la France autour de la thématique « Machine à images ». Des prototypes d’antan, des fabriques à hologrammes et des drones cascadeurs ont ainsi investi les locaux du Secrétariat général de l’enseignement catholique, à Paris.

Cette 5e édition, à la fois journée d’étude et de présentation du palmarès (10 projets sélectionnés sur les 215 productions vidéos* reçues), s’est placée sous le signe de la « slow technologie, de l’artisanat et de la poésie ! », explique Françoise Maine du département Éducation, qui en était le maître d’œuvre.

Parmi les ateliers proposés aux réalisateurs en herbe, Valentin et Thomas, lauréats du festival 2013, devenus étudiants en cinéma, animaient une séance de travail sur les fondamentaux du cadrage. D’autres lycéens ont découvert l’art de photographier autrement, avec les techniques de l’ère pré-numérique : la chambre noire du photographe Abel Bourgeois ou le sténopé géant réalisé par Bruno Floquet, éducateur, et les jeunes qu’il encadre à l’IME Le Nid basque d’Anglet.

© V.Leray
© V.Leray

Après avoir patiemment développé leurs clichés dans la lumière rouge du laboratoire de tirage, les jeunes ont pu réaliser de courts films d’animation mettant en scène les émincés de légumes d’Élise Chabert, réalisatrice. Une autre série de films réalisés sous la direction d’Alain Larhant et Hervé Tréguier, animateurs TICE des directions diocésaines de Côte d’Armor et du Finistère ont mis les jeunes au défi : « Avec un cadre minimaliste, des grains de riz sur fond noir, nous avons mis leur imagination à rude épreuve, mais certains ont même réussi à raconter le big bang ! »

Pour Cécile Crouspeyre, directrice du lycée agricole Frantsesenia de Saint-Jean-Pied-de-Port (64), « les jeunes sont ravis d’avoir ainsi pu prolonger un travail vidéo déjà riche d’enseignements sur l’usage pédagogique du portable. L’expérience les aide à transmuer le mode virtuel en outil créatif et à passer des réseaux d’avatars à la coopération dans la vraie vie ! »

Savoir plus

Usine à rêves, mémoires du cœur, machines à écrire ou à remonter le temps… Le palmarès du concours vidéo sur le thème « Machine à images » est en ligne sur le site du festival où seront prochainement données les informations pour la prochaine édition qui se tiendra le 7 avril 2018.

Partagez cet article