Un effort de formation redoublé

enseignement-fait-religieux-enseignement-catholique

Fer de lance du dialogue interculturel, l’enseignement du fait religieux a fait son entrée dans le Socle commun voilà dix ans. Les événements de 2015 confirment son importance pour favoriser la compréhension réciproque comme celle du monde contemporain. L’un des axes du projet Éthique républicaine de l’enseignement catholique promeut donc la formation des enseignants et éducateurs aux religions et à la laïcité. Ce chantier avait été lancé par le Sgec dès 2002 par la mission Enseignement et religions. Elle s’appuie désormais sur un réseau de coordinateurs « Fait religieux » dans les régions et sur Formiris pour la formation.
En 2015-2016, les sessions nationales organisées dans ce cadre mettent d’ailleurs l’accent sur l’articulation entre religions et laïcité, la culture jouant le rôle de trait d’union entre deux notions longtemps opposées à tort. « Entre l’écueil du religieux déconnecté du contexte culturel et celui d’une culture athée expurgée de toute dimension spirituelle, l’enseignement catholique explore une troisième voie, celle d’une laïcité d’intelligence où raison et sciences entrent en dialogue avec la foi », explicite Xavier Dufour, enseignant et organisateur de la session nationale qui s’est tenue du 9 au 11 décembre 2015 à Lyon.

Transversalités

C’est aussi l’objectif du master MEEF Claire pour « Cultures, laïcité, religions » proposé par l’Isfec Aquitaine en lien avec l’Ispra (voir encadré). Pour sa responsable, Catherine Bloch, il est impératif de préparer tous les enseignants aux débats, voire aux contestations de plus en plus fréquentes pendant les cours : « Le fait religieux sans programme ni manuels spécifiques traite pourtant de sujets éminemment complexes, impliquant par exemple des questions géopolitiques. Les formations proposent des parcours progressifs compilant apports théoriques et propositions pédagogiques, de préférence interdisciplinaires : travail en sciences et en philosophie sur le découpage du temps à partir des divers calendriers, étude des interdits alimentaires… » Il s’agit ainsi d’enrichir et de problématiser davantage la sensibilisation aux questions religieuses dispensée en formation initiale.

Parmi les instituts pionniers de la formation au fait religieux, le CUCDB à Dijon ou l’ISTR à Marseille sensibilisent de longue date à une approche non confessante des religions, alors que certains manuels d’histoire les présentent encore sans mise en perspective suffisante. Loin d’évacuer les questions de sens, cette démarche suscite une demande d’approfondissement.

L’islam en question

 Autre grand sujet d’intérêt et de questionnement : l’islam. Le Centre d'études des cultures et des religions de l’université catholique de Lyon propose un cursus sur la culture musulmane et la laïcité à la française, suivi conjointement par des agents de la fonction publique, des acteurs associatifs et des imams. Véritable invitation au dialogue, cette formation est d’ailleurs soutenue par la faculté Lyon 2 et les pouvoirs publics, tous conscients qu’islamophobie et laïcité d’ignorance catalysent les processus de radicalisation.

Pour Xavier Leturcq, directeur diocésain de l’Orne et membre du groupe Dialogue interculturel et interreligieux du Sgec : « L’ouverture gratuite à l’amour d’autrui, prônée par le texte romain de 2013 sur le dialogue interculturel dans l’École catholique, constitue le cœur de nos réacteurs éducatifs et implique d’enchanter les relations par une reconnaissance de la différence, de l’altérité et in fine de promouvoir dialogue et rencontre. »

Le dernier ouvrage du père Christian Salenson, formateur à l’ISTR, Bouleversante fragilité, explore cette voie en témoignant de l’évolution interreligieuse réussie des communautés de L’Arche, foyers de vie et de foi, réunissant des personnes handicapées mentales et des volontaires : « Elles ont su éviter l’écueil de la sécularisation qui revient à privatiser le sens et donc à aseptiser les relations, à les priver d’un moteur essentiel. L’École catholique gagnerait aussi à refonder son rapport à l’altérité en engageant un travail sur les trois domaines qui, selon saint Paul (Galates 3-28), fondent l’ordre nouveau des relations dans le Christ : la parité hommes-femmes, les relations riches-pauvres et les séparations culturelles et religieuses. » Comme en écho, le projet Éthique républicaine prévoit, en autres pistes de travail, l’accueil de toutes les diversités, dont les spécificités liées au handicap et l’éducation relationnelle qui invite à repenser la coopération mais aussi les relations filles-garçons.

Partout en France…

Des formations sur le fait religieux dans les disciplines, la diversité culturelle et le vivre ensemble à l’École sont proposées sur tout le territoire aux enseignants, cadres éducatifs, chefs d’établissement…. Quelques exemples.

 

*Afarec – Île-de-France, Paris - Prochaine session : « Espaces et objets du sacré : judaïsme, christianisme, islam, bouddhisme ».  

*Ares, Montreuil (93) – Parmi les nombreuses propositions : « Favoriser le vivre ensemble dans la diversité sociale, culturelle et religieuse ».

* IFD, Grenoble Parmi les nombreuses propositions : « Accueillir les élèves de confessions différentes dans une école catholique » pour les personnels d’éducation et les chefs d’établissement (à la demande).

* Ifer-CUCDB, DijonOutre les sessions nationales, l’Ifer propose des formations diplômantes (DU « Fait religieux et laïcité »), un master ainsi que des interventions ponctuelles dans les établissements.

* Isfec Aquitaine, Bordeaux –Nombreuses propositions en lien avec l'Ispra.

* ISTR, MarseilleOn peut y préparer un DU sur l’enseignement du fait religieux ou suivre une session sur le fait religieux.

* Sans oublier les cursus sur l’histoire des religions ou la théologie proposés par les cinq universités et instituts catholiques.

Sites : (Angers) ; (Lille) ; (Lyon) ; (Paris) ; (Toulouse).

Et aussi…

Collège des Bernardins, Paris - Une formation à distance à la culture éthique et religieuse, ouverte à tous : Agapan (Formiris prend en charge 2 modules par an).

IESR- EPHE, Paris - L’IESR délivre des formations pour aider les enseignants à aborder les faits religieux à l’école primaire et dans l’enseignement secondaire, en lien avec le ministère de l’Éducation nationale.

Partagez cet article