Dans la peau d’un migrant

Une campagne de sensibilisation aux enjeux humanitaires des migrations use de la réalité virtuelle pour susciter un choc émotionnel, l’empathie et l’engagement. L’expérience a servi d’objet de réflexion à une centaine d’étudiants de master de l’Institut catholique de Paris.

 

Se mettre six minutes dans la peau d’un migrant… C’est l’expérience immersive de réalité virtuelle proposée par smartVR for impact, entreprise innovante qui entend mettre les nouvelles technologies au service de problématiques citoyennes. C’est aussi l’expérience vécue par une centaine d’étudiants en master de l’Institut catholique de Paris, casques de réalité virtuelle vissés sur la tête et manettes en main. Dans la foulée de l’inauguration de son nouveau campus dédié aux Humanités, l’ICP expérimente ainsi les potentialités ouvertes par ses salles connectées et ses nouveaux espaces spécialement conçus pour les débats et autres joutes oratoires.

Cette journée du 20 octobre 2017, des étudiants se sont relayés pour vivre la simulation d’une traversée maritime dans l'un de ces canots de fortune, à la place d’Eyad, jeune syrien de 25 ans, qui tient la barre de l’embarcation. « Choquer pour toucher, cet outil vise à sensibiliser le grand public à ce drame humanitaire et à susciter l’empathie et l’engagement citoyen auquel 80% de la population française reste hermétique, un taux beaucoup plus qu’à l’étranger » explique Sarah Mariotte-Tirmache porteuse du projet pour SmartVR for impact.

Le choc émotionnel induit n’a pas laissé les étudiants indifférents et a été le point de départ d’une réflexion, en petits groupes sur la stratégie de cette campagne de sensibilisation liée à l’impact du média choisi : « Toute la séance de travail accompagne ce mouvement de prise de recul de l’analyse, de problématisation qu’ils ont engagé à partir d’une expérience forte, clivante, voire bouleversante », décrypte Sophie Rouay-Lambert, directrice du master Géopolitique et relations internationales

« Au delà de ce travail de fonds nos étudiants de divers master ont travaillé en petits groupes de réflexion mélangés, s’exerçant ainsi au débat entre personnes ayant des positionnements différents et que leurs cursus respectifs amèneront à travailler sur des problématiques communes à divers échelons », complète Laurence Rolinet, directrice du master d’action éducative internationale.

Dans un climat plus interactif , favorisé par la modularité des salles et le caractère inédit et innovant de l’objet d’étude, les discussions avec les enseignants et entre les groupes sont allées bon train. Peut-on utiliser un outil associé au divertissement pour aborder la souffrance humaine ? Comment susciter l’empathie ? Des séquences de vie d’avant l’exil ou de l’arrivée en France ne désamorceraient-elles pas plus efficacement les préjugés ? Pourquoi ne pas enrichir la séquence vidéo d’un dilemme qui favoriserait l’identification ? Quid de la rencontre de migrants « in real life » ? Comment articuler une expérience de Réalité virtuelle à une proposition d’engagement concret ?

Les questions, critiques ou propositions d’enrichissement des étudiants, qui devaient formuler leur propre proposition de campagne avec le support média de leur choix ont brassé de nombreuses problématiques et fait avancer la réflexion de chacun.

 

Immersion en classe pour les étudiants MEEF

Les nouveaux locaux du campus ICP comportent un studio de tournage et de montage tout équipé, qui permet des réalisations maison. Pour accompagner cette dynamique créative, l’ICP a embauché un designer pédagogique qui aide les enseignants désireux de se lancer dans des projets vidéo. Son expertise permet aussi d’agrémenter et de scénariser davantage les Moocs réalisés par les enseignants.

Parmi les premières productions de supports pédagogiques multimédia réalisées sur place, une séquence propose une expérience immersive dans une classe primaire aux étudiants des masters Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation. Ces expériences, assorties d'une analyse collégiale, permettent d'aguerrir les futurs enseignants à la gestion de classe en prenant conscience de la difficulté de l'exercice et en se sensibilisant aux situations et aux écueils les plus courants.

 

 

 

Plus d'infos
sur le site de l'ICP

Partagez cet article