Budget : un même nombre d’emplois pour le privé en 2018

Lors d’un point presse sur le projet de loi de finances 2018 qui s’est tenu le 27 septembre dernier rue de Grenelle, Christophe Kerrero, directeur de cabinet du ministre de l’Éducation nationale a annoncé que le nombre d’emplois de l’enseignement privé serait stable.

Christophe Kerrero, directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale, entouré par Guillaume Gaubert, directeur des affaires financières (à gauche) et David Knecht, conseiller budgétaire, lors du point presse organisé le 27 septembre 2017 rue de Grenelle. ©S.H.

« Le budget du ministère de l’Éducation nationale reste en 2018 le premier budget de la Nation. Il s’élève à 59,6 milliards d’euros, hors contributions aux retraites des fonctionnaires, et 70,6 milliards d’euros avec ces dernières », a annoncé Christophe Kerrero, directeur de cabinet de Jean-Michel Blanquer, lors d’un « briefing informel » sur le projet de loi de finances 2018 qui s’est tenu le 27 septembre dernier rue de Grenelle.

 

Une part de cette somme revient à l’enseignement scolaire, soit 50,1 milliards d’euros (hors retraites) qui enregistre une hausse de 2,6 % par rapport à 2017 ; l’autre part revient à la jeunesse et à la vie associative, soit 541 millions d’euros.

« À périmètre constant, ce budget est en hausse de 1,3 milliards par rapport à 2017, a poursuivi Christophe Kerrero, +2,6 % pour l’enseignement scolaire et +12,3 % pour la jeunesse et la vie associative ».

Enfin, le plafond d’emplois du ministère s’établit à 1 021 721 ETP (équivalents temps plein).

 

Priorité au 1er degré

La rentrée scolaire 2018 verra le nombre d’emplois de professeurs devant élèves augmenter de 3 881 à l’école primaire pour compenser « un sous-investissement chronique » dans ce niveau d’enseignement.

  • L’ensemble des 5 600 classes de CP auront été dédoublées dans les réseaux d’éducation prioritaire, soit 3 400 classes de plus qu’à la rentrée 2017.
  • Le déploiement progressif de la revalorisation de 3 000 euros par an pour les personnels qui sont affectés en REP+, débutera à la rentrée 2018. Cela concerne 43 000 enseignants.
  • Enfin, le fonds de soutien pour le développement des activités périscolaires est maintenu en 2018 à hauteur de 237 millions d’euros. « Il bénéficiera à toute les communes qui conservent une organisation de la semaine scolaire de plus de quatre jours », a précisé Christophe Kerrero.

Un nombre de postes stable en 2018

Les emplois budgétaires seront globalement stabilisés en 2018 par l’effet des variations suivantes :

  • Une hausse de 2 800 ETP dans le 1er degré ;
  • Une diminution de 2 600 ETP dans le 2nd degré. « Cette diminution n’aura pas d’impact sur les moyens d’enseignement qui seront stabilisés dans le 2nd degré », a précisé Christophe Kerrero, car il s’agit de postes n’ayant pas été pourvus lors des concours de recrutement de 2017 ». Cette suppression va toutefois induire une réduction du nombre de postes mis aux concours 2018... Guillaume Gaubert, directeur des affaires financières, a expliqué que ce besoin scolaire avait été compensé « par des heures supplémentaires qui seront conservées dans la masse salariale globale du ministère ».
  • Une diminution de 200 emplois de personnels administratifs.
  • Concernant l’enseignement privé, aucune variation d’emplois n’est prévue pour la rentrée 2018 pour le 1er et le 2nd degré.

À noter : le budget comprend les mesures de revalorisation prévues par le protocole PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations) pour les personnels de l’Éducation nationale.

Accompagner tous les élèves vers la réussite

  • Les crédits en faveur des « stages de réussite » vont augmenter (35 millions contre 15 millions en 2017). Ces stages de remise à niveau sont proposés pendant les vacances scolaires de printemps et d’été aux élèves des classes de CM2 ayant des difficultés dans leurs apprentissages en français et/ou mathématiques.
  • Le programme Devoirs faits sera déployé : 220 millions y seront consacrés en 2018 grâce à la mobilisation d’enseignants volontaires (rémunérés en heures supplémentaires) mais aussi d’assistants d’éducation, de 10 000 jeunes en service civiques et d’intervenants associatifs.
  • Les bourses de collège seront revalorisées de 25 % à la rentrée 2017. Une enveloppe de 43 millions d’euros supplémentaires leur sera consacrée en 2018.
  • Le dispositif la mallette des parents sera doté d’un million d’euro.

 

  • Le financement du parcours d’éducation artistique et culturelle progressera de 50 % pour atteindre 3 millions d’euros.

Accompagner les élèves
en situation de handicap

Le budget 2018 prévoit enfin la mobilisation de 10 900 nouveaux emplois d’accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH). Soit 6 400 accompagnants au titre de la poursuite du plan de transformation des contrats aidés en AESH, auxquels s’ajoutent 4 500 recrutements supplémentaires directs d’AESH en 2018. Le plan de « CDIsation » progressive des AESH employés en contrat à durée déterminée sera en outre poursuivi.

Le contingent des contrats aidés à la disposition du ministère sera consacré à l’accompagnement d’élèves en situation de handicap. Il diminuera au fur et à mesure de l’accès de ces derniers à un emploi AESH.

Enfin, 100 nouvelles unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) seront créées.

Partagez cet article